Les messages d’Ait Ahmed aux Algériens, au pouvoir et aux dirigeants islamistes

Publié: 23 mars 2011 dans actualité, initiatives pour une transition Démocratique

Il a adressé une lettre aux Algériens

Les messages d’Ait Ahmed aux Algériens, au pouvoir et aux dirigeants islamistes

 

Pour la seconde fois et en l’espace de quelques jours seulement, Hocine Aït Ahmed s’exprime sur la situation que traverse l’Algérie en la mettant dans le contexte de l’actualité environnante dans le monde arabe. Alors qu’on attendait une nouvelle proposition pour une sortie de crise, le premier responsable du Front des forces socialistes (FFS) livre une analyse de la situation sans formuler de propositions concrètes, à l’exception de l’élection d’une assemblée constituante.

 

Dans son message, le président du FFS reconnaît que l’Algérie ne peut pas faire « exception » à tous les bouleversements récents dans le monde arabe. Mais, selon lui, il ne s’agit pas nécessairement de« copier » la solution de tel ou tel autre pays. « La crise algérienne s’inscrit naturellement dans le cadre des crises en cours. Pour autant, il n’est pas question de céder à une quelconque contagion démocratique dans l’explication et le traitement de chaque situation nationale », écrit-il dans la lettre à travers laquelle il s’est adressé aujourd’hui aux Algériennes et aux  Algériens (lire).

 

Pour la seconde fois également, le leader du parti d’opposition avertit contre les risques de céder à la violence. Il rappelle dans ce contexte le lourd tribut payé jusque-là par le peuple algérien dans sa quête pour les libertés et la démocratie. « Trop pressés de substituer leur agenda à celui de la société, ils ont voulu profiter de quelques confusions médiatiques soigneusement entretenues pour semer encore une fois le trouble », écrit-il notamment.

 

Pour Aït Ahmed, ce que vit aussi le pays est le résultat des erreurs de gestion politique, sociale et économique cumulées depuis l’indépendance : le déni au peuple « le droit d’avoir des droits », l’absence d’un Etat de droit, trop d’injustices et d’inégalités.

 

Se refusant à la fatalité qui veut que les Algériens n’aient d’autres choix qu’un Etat policier ou un Etat intégriste, Aït Ahmed clarifie également la position de son parti sur la période tragique qui a suivi le coup d’Etat de 1992. Il met les responsables de la tragédie nationale, pouvoir et islamistes, face à leur obligation de « rendre des comptes » et de « s’expliquer ».

 

En cela, il prend le soin de noter que le pouvoir en place n’a pas manqué de « tenter le diable » en manipulant les courants intégristes. Mais « quel que soit le lourd soupçon de manipulation par le pouvoir réel qui pèse sur ces courants, il n’en demeure pas moins qu’une clarification de leur part demeure indispensable pour signifier clairement un saut qualitatif dans la formulation du sacré en politique », écrit-il en allusion aux responsables de l’ex-FIS.

 

Aït Ahmed estime qu’il serait « léger de croire qu’il suffirait de dissoudre des institutions ou des partis pour que sortent de leurs décombres d’autres institutions et d’autres partis tous prêts pour un usage démocratique », en allusion au projet du président Boutefllika de dissoudre les assemblées élues.

 

Hocine Aït Ahmed se prononce en faveur d’une assemblée constituante, seule à ses yeux à même de garantir une refondation institutionnelle. « C’est seulement au terme d’une remobilisation citoyenne et politique des Algériens que nous pourrons aborder l’ensemble du processus électoral devant aboutir à une refondation institutionnelle, qui remette les droits des citoyens, leur sécurité et leur développement ainsi que ceux du pays au cœur d’une constitution digne de ce nom, parce qu’enfin issue d’une assemblée constituante librement élue par des algériens libres ».

 

Dans une sorte de synthèse de toutes ces réflexions et suggestions, le leader du parti historique insiste sur ce qu’il qualifie de « droit des Algériens à avoir des droits » ou encore le « droit à l’autodétermination ». « Ceux qui participeront à l’élaboration de ce processus seront les premiers Algériens véritablement libres, et ceux qui seront partis avant, ne se seront pas battus pour rien »,conclut Hocine Aït Ahmed.

 

commentaires
  1. l’opposition se réveille en force pour demander le départ du régime qui a prouvé son incapacité à apporter vraiment la dignité, le respect, les libertés et la démocratie. Nous avons constaté les compétences du régime en terme de répression et de la fuite en avant. un gouvernement inerte, des ministres qui ne s’occupent de leur carrière et de leur gains substantiels, une assemblée dite nationale, mais individuelle qui jour le rôle de chambre d’enregistrement des lois absurdes du régime ou les députés peaufinent leur avantages de toutes natures et une anarchie dans le quotidien du peuple à tous les niveaux. la classe moyenne formée normalement des cadres moyens se trouve relayée au statut de mahgorines. l’informel soutenu par le régime dépassé par le temps et les événement, s’installe de manière sauvage et les lois de commerces sont bafouées au plus haut degré. voila l’Algérie de 2011 ou boutef est président depuis 1999 et ouyahia comme chef du gouvernement choisi par boutef 3 fois de suite. pourtant nombreux hommes valeureux existent dans ce pays qui peuvent occuper de grandes responsabilités avec une totale honnêteté. mais les fantômes qui installent et place les hommes font leur choix en fonction de leur degré indifférence vis à vis de l’Algérie. le seul qui peut sauver l’Algérie est le peuple. Alors enfants de la patrie, marchons, scandons, faisons la révolution pour libérer l’Algérie de ces tyrans, installés en 1962. tous à l’unissons citoyens qui aiment vraiment l’Algérie. un pour tous et tous pour ladzayer

    Cherif Al KADI ;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s