Veto

Publié: 29 mars 2011 dans Académie Politique

Veto

Définition de veto

Etymologie : du latin veto, j’interdis, je dis non, je m’oppose. C’était la formule utilisée par les tribuns du peuple de Rome pour s’opposer à un décret du Sénat.

Le veto (ou véto) désigne la faculté dont dispose une personne, une autorité ou une partie d’un groupe d’empêcher unilatéralement l’adoption d’une décision commune. Dans une assemblée législative, un droit de veto donne donc un pouvoir absolu de blocage.

Exemples :
En France, entre 1789 et 1792, le roi Louis XVI avait un droit de veto suspensif, qui ne pouvait s’exercer pendant plus de deux législatures (quatre ans).
Au Conseil de Sécurité de l’ONU, les cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, France, Grande Bretagne, Russie) ont un droit de veto qui donne la possibilité à l’un de ces pays d’empêcher une prise d’une décision commune, même si tous les autres membres du Conseil sont d’accord.

Par extension, un veto désigne une opposition catégorique, un refus formel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s