Un seul héros : le peuple !
Par Samir Bouakouir (FFS)
Mercredi 18 Mai 2011

Episodiquement, tenaces, les vieilles rancunes et inimitiés ressurgissent pour occuper un temps durant les médias. Le spectacle donné, lamentable et affligeant, par ceux que la mémoire officielle ou les contingences et surtout le hasard ont érigé en symboles, illustre la puissance symbolique que la lutte révolutionnaire pour l’indépendance exerce sur les individus et les pouvoirs.

Pour n’avoir pas réussi la transition de la légitimité historique vers la légitimité démocratique, notre pays demeure otage d’une histoire falsifiée, unique ressource politique d’un système finissant, au sens politique et biologique, et destructeur de l’environnement social et humain.
Ce qui doit constituer un objet de d’investigation scientifique pour les historiens est devenu un enjeu politicien et un lieu où se déversent mensonges et contre-vérités, où s’exhibent sans aucune pudeur des états d’âmes tourmentées, chagrinées et aigries.

Quel bel exemple pour les générations postindépendance !
Aux rituels commémoratifs officiels abêtissant, où seuls les faits d’armes sont glorifiés, s’ajoute, maintenant, avec les « confidences », empreintes d’un narcissisme maladif, de Ben Belle à Jeune Afrique, une vision de l’histoire jalonnée d’intrigues, de luttes sanglantes et de complots divers. Bref, une conception du mouvement de libération qui réduit le peuple, principal agent de son émancipation, au rôle passif de figurant.

Faut-il encore rappeler à tous ces chefs autoproclamés, violeurs de la mémoire historique, que la résolution des Nations-Unis, reconnaissant le « droit du peuple Algérien à l’autodétermination », est intervenue suite aux mouvements populaires du 11 décembre 1960 ? C’est cet événement historique qui a réussi à débloquer le processus politique et mettre fin à l’impasse politique provoquée par les luttes sourdes entre les différents clans qui se disputaient le contrôle des organes de la révolution.

C’est toute la différence entre Ait Ahmed et Ben Bella !
Dans ce rapport au peuple. Ben Bella représente cette élite politique qui a tourné le dos au peuple et qui a servi d’escabeau aux appareils militaro-policiers pour confisquer la révolution et imposer la dictature.

Il représente cette élite politique adoubée, il en est en quelque sorte le précurseur, dont le profil psychologique répond aux critères établis par les officines de l’ombre, ces vrais maitres du pays : les services de renseignement. Mégalomanie, soif de pouvoir, comportement autoritaire, ambition démesurée, ces « qualités » requises pour accéder aux responsabilités politiques sont encore aujourd’hui celles présidant à la sélection et à la cooptation d’un personnel politique qui sert depuis bientôt cinquante ans de « façade civile » au système militaro-policier. Une « façade » renouvelée aux rythmes des crises internes cycliques et qui s’embellie, à l’occasion, de certaines figures de l’ « opposition ».

La trahison des clercs

C’est bien là que réside l’extraordinaire longévité du système. Dans la « trahison des clercs ». Et c’est ce qui rend la « spécificité algérienne » intelligible. Voilà pourquoi, entre autres raisons, la contagion démocratique, tant espérée, comme un processus mécanique, n’a pas eu lieu, même si le divorce entre le pouvoir et la société est largement consommé. Mais un divorce qui s’accompagne, ici mécaniquement, d’un rejet des «politiques » et de la « politique ».

La stratégie des « artistes-comploteurs » de l’ombre est d’une redoutable efficacité : rendre impossible, toute alternative démocratique en empêchant, par la combinaison corruption- manipulation- répression, la constitution d’une élite algérienne autonome, condition pour l’émergence d’une vraie société civile.

Mais cette stratégie est en même temps extrêmement périlleuse : la guerre contre le politique peut ressembler à ces guerres qui aboutissent à une sorte de « victoire à la Pyrrhus ». Avec à terme un effondrement brutal du système, et non pas simplement une chute du pouvoir visible. Inutile d’imaginer les graves conséquences dans un pays où l’obsession maladive à s’accrocher au pouvoir, à ne rien céder sur le fond sinon dans la forme, va fatalement libérer les forces centrifuges de désintégration du lien social et national.

lanation.info

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s