LA CRISE ECONOMIQUE MENERA A LA GUERRE

Publié: 14 septembre 2011 dans actualité, analyse & opinion, Economie, international
Tags:, , , , , , , , ,

LA CRISE ECONOMIQUE MENERA A LA GUERRE

 

 

Le ralentissement économique intensifie la guerre mondiale des devises

 

Trois jours après l’intervention de la Banque nationale suisse, le franc suisse est repassé sous 1,21 vendredi après une journée mouvementée pour les bourses européennes.

par Andre Damon


En plein torrent de nouvelles désastreuses pour l’économie mondiale, la Banque nationale suisse a pris la mesure radicale mardi de fixer un plafond au franc suisse, un geste sans précédent depuis les dévaluations compétitives et les guerres de devises des années 1930.


La Banque nationale suisse a annoncé qu’elle allait adopter un taux de change minimum de 1,20 franc suisse pour un euro, et qu’elle était prête à acheter des devises étrangères en « quantités illimitées » afin de défendre le franc.

Cette décision a déclenché une vente massive de la monnaie, qui a perdu presque immédiatement près de dix pour cent de sa valeur face à l’euro.

 

Le franc avait en un éclair reculé de 10 centimes face à l’euro.

 

Au cours des deux dernières années, le franc suisse a augmenté de 25 pour cent face à l’euro, devenant ainsi une monnaie refuge pour les investisseurs aux prises avec la crise de la dette allant en s’intensifiant dans la zone euro.


Dans son communiqué de presse annonçant la mesure, la Banque nationale suisse a déclaré que la « surévaluation du franc suisse constitue une menace aiguë pour l’économie suisse », et que la banque centrale « vise à un affaiblissement substantiel et durable du franc suisse ».

La banque va appliquer le nouveau taux minimal avec « la plus grande détermination », ajoute le communiqué.


L’économie suisse est fortement axée sur l’exportation, et l’augmentation continue de la valeur du franc augmenterait considérablement le prix de ses exportations, ce qui aurait de sévères répercussions sur les ventes des fabricants suisses à leurs principaux partenaires commerciaux de l’Union européenne. Mardi, la firme suédoise de prévisions économiques BAK Base prédisait un taux de croissance pour la Suisse à 0,8 pour cent pour l’an prochain, alors qu’elle l’avait estimé à 1,9 pour cent pour cette année.


Le franc suisse a fortement augmenté la semaine dernière en réaction à l’aggravation de la crise de la dette européenne et aux craintes d’une récession encore plus marquée de l’économie mondiale. Depuis le 30 août, cette monnaie a en effet augmenté de huit pour cent face à l’euro, balayant du même coup tous les efforts précédents de la banque centrale du pays pour contrôler son appréciation.


Les nouvelles économiques désastreuses qui ont conduit les investisseurs à rechercher la sécurité du franc continuent d’affluer. Parmi celles-ci, on compte un rapport selon lequel les États-Unis ont connu une croissance nulle du nombre d’emplois créés le mois dernier, de même que plusieurs indices annonçant un nouveau ralentissement économique trois ans seulement après le krach de 2008.


L’économie mondiale a progressé à son rythme le plus lent en deux ans, selon l’indice du directeur du service des achats de JPMorgan Global Manufacturing & Services publié mardi matin. L’indice est en effet passé de 52,5 à 51,5 de juillet à août, quelques points seulement au-dessus du chiffre médian de 50 divisant la croissance de la contraction. Ces chiffres ont considérablement baissé depuis le début de l’année.


L’activité manufacturière a chuté à son niveau le plus bas en deux ans dans la zone euro et pareillement en Inde pour une période de 27 mois. « Bien que ce soit l’activité manufacturière qui ait connu la baisse la plus marquée, le secteur des services ne va que modérément mieux », a déclaré David Hensley, directeur à la Coordination économique mondiale chez JPMorgan.


L’indice composite du directeur du service des achats (Purchasing Managers Index) produit par le groupe financier Markit pour la zone euro est passé de 51,1 en juillet, à 50,7 en août, soit son niveau le plus bas depuis 2009. Mais encore plus désastreux, l’indice de l’activité manufacturière de la zone euro est passé à 49,0 en août, ce qui représente la première contraction en deux ans.


La crise de la dette publique, quant à elle, remet en question la solvabilité de plusieurs banques européennes. « Il est évident, pour ne pas dire un truisme, que de nombreuses banques européennes ne pourraient réduire la valeur comptable des obligations du gouvernement détenues dans les portefeuilles bancaires à la valeur du marché », faisait remarquer lundi Josef Ackermann, PDG de la Deutsche Bank.


Le ralentissement économique continue d’approfondir les divisions en Europe, en plus de redoubler la tendance des sections dominantes de la classe dirigeante européenne, notamment en Allemagne, à imposer avec acharnement des mesures d’austérité.


Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble a en effet réitéré son soutien pour de nouvelles mesures d’austérité en Grèce, au Portugal, en Espagne et en Italie, en dépit de preuves renouvelées de l’impact désastreux qu’ont ces mesures sur l’économie mondiale. Dans une chronique publiée mardi dans le Financial Times et intitulée « Pourquoi l’austérité est l’unique remède pour la zone euro », Schäuble s’oppose à tout relâchement dans le sabrage des dépenses publiques. Il rejette d’emblée toute augmentation des dépenses dans les économies les plus fortes de la zone euro pour compenser les compressions effectuées dans les économies les plus faibles.


Pourtant, ces mesures d’austérité ne font qu’intensifier la récession économique mondiale, qui à son tour vient mettre encore plus de pression sur les pays pour poursuivre des politiques de taux de change unilatérales.


L’annonce de la Banque nationale suisse d’imposer un plafond de change au franc n’est que le dernier signe de la montée des tensions internationales dans le domaine de la politique des taux de change. Plus tôt cette année, le Japon a en effet aussi annoncé qu’il s’efforcerait de diminuer la valorisation du yen. Et les États-Unis mènent une politique du dollar à bon marché depuis ces dernières années.


Certes, les États-Unis n’ont pas ouvertement revendiqué comme objectif politique la quête d’un dollar faible, mais les taux d’intérêt proches de zéro et les deux rondes d’« assouplissement quantitatif » menées lors des achats d’actifs par la Réserve fédérale ont néanmoins eu pour effet de faire baisser la valeur du dollar de 15 pour cent face à l’euro depuis juin 2010.


Le ministre des Finances du Brésil Guido Mantega a déclaré vendredi que cette politique du dollar à bon marché est en partie à blâmer pour le ralentissement du taux de croissance de son pays qui est passé de 1,2 pour cent au premier trimestre, à 0,8 pour cent au second.


« Une partie de la croissance du Brésil fuit à l’étranger », a-t-il dit, attribuant la raison pour laquelle les exportateurs brésiliens se retrouvent dans une position désavantageuse à la dévaluation du dollar. Mantega a dit qu’une troisième ronde d’assouplissement quantitatif, actuellement débattue à Washington, signifierait une nouvelle « dévaluation du dollar et un surplus de liquidité interne, ce qui probablement conduira à l’appréciation de la monnaie brésilienne, le real, et à la poursuite de la guerre des devises. »


Il a ajouté : « Malheureusement, la politique monétaire semble être la seule arme que les États-Unis ont choisi d’utiliser pour résoudre leurs problèmes, et cela entraîne des problèmes pour l’économie mondiale. »


La politique américaine depuis la crise de 2008 a été dictée par la volonté de renflouer le système financier grâce à la fourniture sans fin d’un crédit à bon marché. Cette politique a gonflé les marchés, aidé les exportations américaines, et placé d’immenses pressions sur le système monétaire mondial.


La crise monétaire mondiale est enracinée profondément dans le déclin à long terme du capitalisme et du dollar américains, cette devise étant le fondement du régime monétaire de l’après-guerre. Ce déclin conduit maintenant à un effondrement général du système de taux de change internationaux et à un tournant vers le protectionnisme, alors que tout mouvement de devises défensif par un pays met de la pression sur les autres pour suivre la même voie.


Comme les événements de cet été l’ont clairement démontré, les mesures prises par la classe dirigeante en réponse à la crise de 2008 n’ont rien résolu. La classe dirigeante n’a aucun moyen de se sortir de la catastrophe qu’elle a créée.

L’annonce explicite par la Suisse qu’elle cherchera à protéger sa monnaie par l’acquisition de quantités « illimitées » d’espèces étrangères va inévitablement mettre de la pression sur les autres pays pour réagir par des mesures encore plus radicales et unilatérales.


Le ralentissement continu de l’économie mondiale, de concert avec la crise financière et fiscale mondiale, prépare le terrain pour un retour au protectionnisme du chacun-pour-soi des années 1930, une politique qui a considérablement intensifié la Grande Dépression et préparé l’arrivée de la Deuxième Guerre mondiale.

 

Andre Damon


 

TROISIEME GUERRE MONDIALE

 

La consommation dopée au crédit (lui-même alimenté par une création monétaire déconnectée de l’économie réelle) qui a régi les économies occidentales depuis plusieurs décennies, stagne quand elle ne régresse pas. Dans les prochaines années, elle sera foudroyée par l’inéluctable faillite en série des États surendettés.
Cela va entraîner de lourdes conséquences pour les pays fortement exportateurs du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), qui jusque-là font figure de grands gagnants face aux pays occidentaux « sur le déclin » : ils entreront à leur tour en crise, faute de pouvoir développer à temps une demande intérieure solvable pour prendre le relais de la demande internationale défaillante. Alors, c’est l’économie mondiale dans son ensemble qui sera en crise. Le marasme des pays émergents s’ajoutera à celui des pays occidentaux.

 

Guerres civiles, guerres internationales, terrorisme

 

Ce cataclysme économique planétaire provoquera des guerres civiles à base d’antagonismes sociaux, ethniques, religieux , et des guerres internationales (comportant aussi des ingrédients ethno-religieux) catalysées par d’âpres compétitions pour les matières premières (hydrocarbures, céréales, minerais, eau…). Ces violences seront colorées d’un terrorisme à l’efficacité démultipliée par la vulnérabilité des infrastructures modernes (industries chimiques, réseaux électriques, centrales nucléaires…) qu’il est possible de saboter avec un minimum de moyens pour un maximum de dégâts matériels et humains : la concentration des populations dans les villes est de nature à amplifier démesurément l’impact des actes terroristes.

La crise de 29 conduisit à la 2ème Guerre mondiale

L’aggravation de la crise économique par la prochaine faillite des États occidentaux et son inéluctable extension aux pays du BRICS entraineront le monde dans la guerre sous toutes ses formes. Comment pourrait-il en être autrement ? La crise de 1929 déboucha sur l’accession du nazisme au pouvoir et la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, cette crise se produisit dans un contexte différent de celui d’aujourd’hui : les économies étaient beaucoup moins interdépendantes, beaucoup d’entre elles étaient encore quasi autarciques, le volume du commerce international était moindre, l’économie mondiale comportait des caissons étanches. De nos jours, avec la mondialisation, les transports intercontinentaux de masse, la numérisation globale, toutes les économies sont interconnectées. Il n’y a plus d’aire économique qui soit à l’abri des tempêtes. Une crise boursière fait le tour du monde en quelques heures.

Le naufrage de « la gouvernance mondiale »

Au cours des dernières décennies, l’idée d’une gouvernance mondiale faisait son chemin au diapason de l’essor de la mondialisation de l’économie. Les organisations internationales (ONU,FMI…) étaient volontiers présentées comme la préfiguration de cette gouvernance mondiale. Après l’effondrement de l’URSS, la puissance américaine catalysait ce processus de gouvernance mondiale, qui prenait les allures d’une « pax americana ». L’élan vers la gouvernance mondiale est battu en brèche par la crise, qui exacerbe les antagonismes monétaires, commerciaux… Les pommes de discorde se multiplient. L’autorité de « gendarme du monde » qu’exerçaient les États-Unis se désagrège rapidement au fil de la crise économique. Le monde va vers le polycentrisme. Les désaccords économiques qui s’exacerbent feront le lit des prochaines guerres.

 

Laurent Artur du Plessis

Toute reproduction autorisée sous réserve de citer :

http://doriot-univers.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s