Il y a 26 ans, Ali Mécili meurt assassiné pour avoir trop aimé l’Algérie

Publié: 8 avril 2013 dans Action Syndicale, actualité, Affaire Mecilli


houari 2

L’Algérie, cette terre maudite, dont le peuple sera condamné à l’oppression et à toute sorte d’injustice pendant presque les deux derniers siècles qui viennent de s’

écouler, verra mourir assassinés ses meilleurs hommes et femmes, pour le seul tord de l’avoir trop aimé et de lui avoir été rester fidèles jusqu’au dernier souffle de leur vie.

C’est ainsi que le 7 avril 1987, Ali André Mécili, l’un parmi ceux-là, fut assassiné par balles au bat de l’immeuble où il résidait en plein cœur de Paris. Il mourra sous des balles algériennes, lui aussi pour avoir trop aimé l’Algérie, pour lui avoir été resté fidèle jusqu’à ce que les balles qui ont transpercé son corps ce jour-là ! avaient eu raison de cet amour.

Une énième tragédie, qui jeta encore une fois l’émoi dans la conscience collective, par la manifestation de cette malédiction injuste, qui continue à poursuivre et à persécuter les amoureux de cette patrie, éternellement confisquée et qui n’a jamais pu offrir à ses hommes et à ses femmes de répit partout où ils se trouvent.  Encore une fois ce jour-là ! coulera le sang de l’un de ses enfants parmi les plus courageux et les plus dignes, poursuivi jusque dans les derniers retranchements de son exile. Ali Mécili est mort ce jour-là pour avoir trop aimé l’Algérie.

Déjà très jeune, il s’était engagé dans le combat pour la libération de l’Algérie de l’occupation coloniale. Après l’indépendance, il va continuer son combat dans l’opposition pour la démocratie dès 1962, qui a débouché, en 1985 sur la proclamation de Londres entre le FFS, dont il était un militant très actif et le MDA. Il dira à propos de cette déclaration, lors de son dernier discours, prononcé à Paris le 21 mars 2007, quelques jours seulement avant son lâche assassinat : « La proclamation de Londres a été l’aboutissement de la fin d’un processus qui a commencé dès l’indépendance et qui était le prolongement naturel du combat qui a commencé avec l’OS et le FLN pendant la lutte pour la libération nationale. »

L’objectif de cette proclamation était de vouloir la paix civile dans un climat démocratique. Elle visait la démocratisation des institutions en Algérie, en offrant la possibilité au peuple algérien d’élire librement ses représentants à une assemblée nationale constituante, qui elle seule a le droit de définir en toute liberté et dans le pluralisme politique  une authentique démocratie. Elle proclama à cette occasion un certain nombre de principes, qu’elle considère comme indispensables à une véritable démocratie. Il s’agit du respect des droits de l’homme, c’est-à-dire les droits civils et politiques, qui font de chaque citoyen un citoyen responsable : la liberté d’expression, la liberté d’aller et venir, la liberté d’association, la liberté de créer des partis politiques, la liberté syndicale, le droit de sûreté (qui empêche les arrestations arbitraires), les libertés économiques et sociales, le pouvoir d’achat, le droit au logement, le droit à la santé et à l’instruction. Parce que le respect des droits de l’homme permet effectivement au citoyen de pouvoir jouir de sa liberté et s’épanouir pour pouvoir participer à la construction du pays.

Cet appel s’adressait à toutes les forces politiques du pays, sans aucune exclusive, à la seule condition qu’elles respectent les principes démocratiques. Il s’agissait d’ouvrir bien grand les portes du débat démocratique à toutes les personnalités politiques, à tous les partis politiques, à toutes les associations et les mouvements politiques, sur la base d’un texte qui est le plus large et de les inviter à venir pour pouvoir engager une action commune pour l’instauration de la démocratie.

Après l’appel de Londres, Ali André Mécili ne cessa d’organiser des meetings  un peu partout en Europe, pour informer l’opinion algérienne de l’existence de cette proclamation et de faire un travail de conscientisation. Il créera en même temps, avec d’autres militants, un organe  d’information qui s’appelle libre Algérie, à travers lequel il a essayé de poser dans un cadre plus large le problème de la démocratie en Algérie et à donner la parole de façon très  libre à tous ceux qui voulaient la prendre. À ce propos, il n’hésitera pas à manifester son amertume, lors de son dernier discours à Paris, en critiquant la démission de la société et notamment celle des intellectuels, qu’il considère démissionnaires, pour ne pas répondre aux obligations qui devraient être les leurs dans une situation aussi catastrophique que celle que vivait l’Algérie à ce moment. Mais hormis cette déception, il se contentera du parcours qu’a eu l’organe d’information libre Algérie, qui a connu une bonne réussite, aussi bien dans l’émigration qu’en Algérie, lorsqu’il a réussi à passer par les mailles de la censure.

Malgré ces difficultés, il ne s’est jamais avoué vaincu. Il déclara, toujours dans ce dernier discours à Paris, qu’il y a diverses manières de faire de l’opposition politique, il y a l’écrit et il y a les débats au sein d’assemblées citoyennes. Il y a de multiples formes d’expression pour un mouvement politique. Bien que l’écrit reste quelque chose de bien plus important. Le combat de l’opposition est un combat essentiellement lié à l’information. Ce qui fut d’ailleurs comme premier objectif pour l’appel de Londres, par rapport à l’opinion publique, d’engager la bataille de l’information, en se dotant d’un support de communication autonome et ouvert à l’ensemble du peuple algérien, à travers la naissance de ce journal qu’était libre Algérie.

Une autre difficulté, de taille celle-là, va frapper de plein fouet le combat que mené Ali André Mécili et ses camarades, celle de la raison d’État. Elle va tour à tour liquider d’abord libre Algérie, puis le journal l’alternative démocratique qui a essayé de la contourner par son remplacement.Mais le militant sincère qu’étaitAli André Mécili, dont  le combat  pour la liberté a façonné sa personnalité, depuis la guerre de libération nationale déjà et dont l’amour pour l’Algérie était infaillible, ne pouvait se décourager devant de tels obstacles, il en a connu pire, notamment pendant son emprisonnement par la dictature de Boumediene. Il insistait sur le fait, qu’il y a diverses manières de faire de l’opposition politique. Ce qui lui importer était de forgerune opinion politique capable de dynamiser la société et canaliser la mobilisation populaire pour l’instauration de la démocratie, seule forme politique à permettre au peuple d’accéder à sa liberté et à sa dignité.

La raison d’État finit par avoir raison devant la décapitation de ce mouvement de libération du peuple algérien le 7 avril 1987, treize mois après l’appel de Londres, où Ali André Mécili était lâchement assassiné en plein cœur de paris, dont ce crime abject, commis contre tout le peuple algérien, demeure à ce jour non élucidé.

Il a écrit dans ce texte, qui sera trouvé après sa mort : « Lorsque l’on ouvrira cette lettre, se sera accomplie une destinée qui, depuis ma plus tendre enfance, n’aura jamais cessé de hanter mon esprit. […] Je meurs sous des balles algériennes pour avoir aimé l’Algérie. […] Je meurs seul, dans un pays d’indifférence et de racisme. […] Je meurs pour avoir vu mourir l’Algérie au lendemain même de sa naissance et pour avoir vu bâillonner l’un des peuples de la Terre qui a payé le plus lourd tribut pour affirmer son droit à l’existence. »

Youcef  Benzatat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s