Discours de Ali Laskri au nom de l’Instance Présidentielle du FFS

Publié: 3 mai 2014 dans actualité

Discours de Ali Laskri au nom de l’Instance Présidentielle

Chers camarades

Bonjour, Salem, Azul

Depuis notre 5ème Congrès, dont le mot d’ordre est la reconstruction d’un Consensus national nous avons fait du chemin dans cette direction pour concrétiser cette orientation.

Comme vous le savez, nous avons tenté d’abord de cadrer et de cerner les contours de ce Consensus, en abordant un certain nombre de questions qui nous paraissaient essentielles et qui pouvaient constituer la substance de ce Consensus.

C’est ainsi que nous avons tenu la conférence économique et sociale, la Convention nationale sur l’énergie, la journée parlementaire sur les droits de l’homme et l’indépendance de la justice ainsi que la journée sur les transitions démocratiques à travers le monde.

Nous affirmions alors :

 « L’ouverture politique post événement d’octobre 88 a échoué. Le pays n’est pas entré dans un processus de transition véritable.

 La nécessité d’une transition démocratique se fait chaque jour plus urgente. Chaque occasion ratée ajoute à la complexité de la situation. Le statu quo est le contraire de l’unité et de la cohésion sociale, le contraire de la stabilité et de la sécurité du pays.

Tout est possible dès lors qu’il existe une volonté politique de considérer l’intérêt national avant les intérêts particuliers.

Le changement n’est possible que si les tenants du système et ceux qui s’y opposent trouvent un intérêt à ce changement. Si tous ne sont pas convaincus qu’il y a une montée des périls et que le statu quo est suicidaire pour tous, alors rien ne bougera et l’on va droit à la catastrophe avec des scénarios à terme imprévisibles et violents ».

Nous aurons certainement à analyser les résultats de l’élection présidentielle et le dernier discours du chef de l’Etat à la lumière de ces conclusions et ainsi évaluer les chances d’une ouverture politique dans la période actuelle.

Pour notre part, nous ne sommes pas restés inactifs ; vous avez eu à connaitre notre campagne de sensibilisation et d’explication que nous avons menée pour rendre visible et lisible la position de notre parti concernant les élections.

Nous projetant dans l’après 17 avril, vous savez également que nous avons annoncé que des contacts allaient être pris avec  des formations politiques, des candidats à l’élection présidentielle, des personnalités indépendantes, des universitaires,  et des animateurs  des organisations sociales par delà leur position du moment, qui ont manifesté un intérêt pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale. Ces contacts ont débuté et nous les rendrons publics au moment opportun. Au delà du débat en plénière à l’occasion de ce Conseil, je vous invite à apporter une contribution à part entière à la préparation de cette conférence afin de réunir toutes les conditions de sa réussite.

Nous devons savoir que parallèlement à notre projet de Conférence, d’autres initiatives ont été lancées. Certains acteurs de ces initiatives nous ont contacté, nous vous en rendrons compte en temps utile et nous discuterons ensemble des suites qu’il convient de leur donner.

Chers Camarades ;

L’actualité politique récente a été marquée par la commémoration du 34ème anniversaire du printemps Amazigh. Conformément à notre position constante sur la langue Amazigh, c’est-à-dire Tamazight langue nationale et officielle et à notre option qui est la construction démocratique de la nation algérienne, la direction nationale du parti a choisi de commémorer le 20 avril de façon decentralisée et nous sommes heureux que la fédération du FFS de Constantine en collaboration avec l’association culturelle Ilham de Constantine aient organisé une journée d’étude dont l’intitulé est « La dimension Amazigh de l’histoire de l’Algérie, facteur de cohésion nationale».

Comme vous le savez déjà, le FFS a dénoncé et condamné l’empêchement de la marche pacifique commémorant le printemps Amazigh. Pour nous l’empêchement et la violence constitue un acte de repression et une dérive politique. C’était aussi un acte de provocation aux conséquences graves, à la fois sur le plan local et national. Nous avons alerté sur les dangers d’une stratégie de provocation et de tension particulièrement à Ghardaia et en Kabylie.

Enfin, l’Instance présidentielle du FFS a été contactée par le Premier Ministre, Mr Abdelmalek Sellal, pour lui proposer d’entrer au gouvernement avec deux (02) postes ministériels « pour appliquer le programme du président ». La Direction nationale du FFS a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d’un Consensus national et l’organisation d’une Conférence Nationale de Consensus et que le FFS n’envisage pas d’entrer dans un gouvernement avant l’aboutissement de ce projet, qui vise à élaborer avec l’opposition politique, la société et le pouvoir un programme consensuel de sortie de crise.

Le volet organique de cette session vous sera exposé par le 1er secrétaire du parti.

Il m’est agréable de célébrer en votre compagnie le 1er mai, journée internationale des travailleurs de même que la journée mondiale de la liberté de la presse.

Je souhaite que cette session soit féconde et nous permettra d’avancer dans la bonne direction.

Je vous remercie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s