Le Front des Forces Socialistes (FFS) a décliné une offre d’entrer dans le gouvernement d’Abdelmalek Sellal

Publié: 3 mai 2014 dans actualité
Tags:, ,

haa

Le Front des Forces Socialistes (FFS) a décliné une offre d’entrer dans le gouvernement d’Abdelmalek Sellal, rapporte le journal en ligne, proche du parti,

Libre Algérie.

Le site Libre Algérie rapporte, aujourd’hui, que le parti FFS a décliné une offre faite par Abdelmalek Sellal d’intégrer le gouvernent. « L’instance présidentielle du FFS a été, apprend-on de sources sures, contacté par le premier ministre pour faire partie de son équipe ». Sellal a proposé deux postes ministériels pour « pour appliquer le programme du président ».La Direction nationale du FFS « a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS c’est la reconstruction d’un Consensus national et l’organisation d’une Conférence nationale de consensus ». Le FFS n’entend pas intégrer un gouvernement « avant l’aboutissement de ce projet, qui vise à élaborer avec l’opposition politique, la société et le pouvoir un programme consensuel de sortie de crise ». Ali Laskri, membre de l’instance présidentielle du Front, assuré que l’organisation d’une  conférence nationale de consensus était la « priorité » du parti. Le rejet de la proposition d’entrée au gouvernement ne constitue pas une surprise, le FFS considérant que la présidentielle du 17 avril ne résoudrait en rien la crise du pays et qu’il fallait aller vers un « consensus national » pour organiser le changement. Le FFS a d’ailleurs annoncé avoir engagé des contacts avec des forces politiques et des personnalités pour aller vers cet objectif. Ali Laskri s’est abstenu de donner des détails sur les démarches menées et les contacts entreprises par le parti. Le FFS, a-t-il indiqué  » rendra « public au moment opportun » les « contacts » avec des formations politiques, des candidats à l’élection présidentielle, des personnalités indépendantes et universitaires et des animateurs des organisations sociales qui ont,, manifesté un « intérêt pour une issue démocratique et pacifique à la crise nationale ». Ahmed Betatache, premier secrétaire du parti, a exprimé ses réserves à l’égard de de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique en relevant que celle-ci a déjà fixé, sans consulter les autres, le lieu et la date de la conférence nationale pour la transition démocratique, les 17 et 18 mai 2014. Pour lui, il faut  établir au préalable une « entente et un consensus entre les différentes parties, y compris le pouvoir, pour que cette initiative réussisse ».

commentaires
  1. Dr. Cherif Ghalizani dit :

    Je trouve que c est une attitude politique très négative du FFS depuis sa création. Le FFS ne peut rien faire de l extérieur en étant minoritaire dans une opposition qui va être éternelle en Algérie. Je vois très mal un jour le FFS obtenir une majorité à des élections pour former un gouvernement. Il ne devrait pas rêver en couleur et berner son électorat ad libitum un peu comme l a fait le Parti Québécois au Canada depuis 1970 qu’ il promet l indépendance a ses adhérents.

    Je recommande au FFS d accepter de joindre ce gouvernement et a l intérieur faire tout son possible pour influencer les processus de décisions politiques et essayer de former une opposition avec les autres partis politiques qui partageront les mêmes objectifs, pour changer le modus vivendi des élections, et du système politique du pays installé depuis 1962. Ces histoires de boycotte des élections et le refus de prendre part dans ce gouvernement sont des décisions improductives qui n avantageront jamais ces partis qui en font la promotion a chaque élection au pays. Good Luck FFS.

    L Algérie a une culture politico- militaire spécialement ces dernières années, a cause du terrorisme Islamiste. Ce genre de culture politico- militaire a déjà existe après l indépendance des pays d Amérique latine après voir chasse les Espagnoles. Les islamiste sont très puissants en Algérie, mais gardent le silence de crainte des militaires, et non du Président Boutefka. L Algérie s est libérée du colonialisme Français, mais glisse actuellement, lentement vers un colonialisme du capital transnational.

    Il ne faut pas s imaginer que les investissements 49/51% permettent aux algériens de garder le contrôle de leur économie. Les investisseurs étrangers qui acceptent le 49/51% auront toujours le bon bout du bâton. D âpres la réunion des économistes Allemands en Bavière dernièrement, l économiste américain d origine algérienne, le Dr. Ahmed dahamni, en a fait une démonstration très claire et nette sur cette situation. Ils contrôleront indéfiniment leur investissement car ils contrôlent la technologie, les brevets, la mise a jour de la technologie, et la finance internationale. Les algériens sont pieds et mains lies à ces investisseurs étrangers. Les algériens sont au niveau uniquement du montage et rien de plus.

    C est l innovation qui contrôle les économies a travers cette planète. L Algérie n est pas encore au niveau de l innovation et de la création. Elle dépend a 100% des entreprises étrangères. Elle ne fait que l assemblage avec des pièces fabriquées dans les maisons mères a l étranger (Exemple dernièrement les camions Mercedes, l automobile Renault) et un peu de copiage. Les entreprise, les banques et les gouvernements étrangers sont appelés à prendre le contrôle de l économie algérienne dans une vingtaine d années. Le Qatar qui n a aucune technologie à offrir, il ne joue que le rôle d intermédiaire, entre les entreprises et gouvernements étrangers et le gouvernement algérien, en touchant des commissions.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s