Articles Tagués ‘coordination’


Appel pour une transition démocratique en Algérie
10 Février 2011 Par ahmed.dahmani

Appel pour une transition démocratique en Algérie.

L’Algérie vit un moment dramatique de son histoire, potentiellement aussi explosif que celui qui affecte d’autres pays de la région, du fait des blessures encore ouvertes des deux dernières décennies, des politiques économiques incohérentes et des politiques sociales injustes. Les blocages du système politique autoritaire sont tels que l’émeute apparaît comme l’unique recours à une grande partie de la population qui subit le déni des droits et la hogra des détenteurs du pouvoir. De plus en plus de voix s’élèvent aujourd’hui pour revendiquer un changement radical du système politique autoritaire et corrompu qui préside aux destinées de l’Algérie depuis son indépendance.
La dernière initiative en date, une marche nationale pacifique le 12 février prochain, émanant d’une « coordination nationale pour le changement démocratique » vient de se voir signifier une interdiction en violation des droits et libertés garantis par la Constitution. Un pouvoir, déconnecté de son peuple et sourd aux aspirations des populations, semble décidé à employer tous les moyens répressifs pour empêcher toutes expressions et manifestations populaires et notamment celles de la jeunesse dépossédée de son présent et de son avenir. Ira-t-il jusqu’à l’irréparable comme ce fut le cas en octobre 1988 et avril 2001 ? L’Algérie et les Algériens, non encore remis d’une guerre civile qui a causé des centaines de milliers de morts, des milliers de disparus, des blessures physiques et psychologiques profondes doivent pouvoir retrouver la paix, jouir de conditions d’existence décentes.

Nous appelons tous les patriotes où qu’ils soient pour agir et peser de tout leur poids afin d’en finir avec la répression et d’engager l’Algérie dans une véritable transition démocratique. Cette transition démocratique veillera à la mise en place des institutions nécessaires à l’établissement et au fonctionnement de l’Etat de droit et définira les politiques pour la réalisation d’une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire. Le contexte exige que s’engage un véritable débat national qui associera toutes les sensibilités politiques et culturelles pour une refondation de la République algérienne. Cette refondation, tout en tenant compte des sacrifices et de l’héritage de la lutte de libération nationale, ouvrira la voie au respect effectif des droits et des libertés garantis par les différents pactes internationaux que l’Algérie a ratifiés.

Paris le 9 février 2011

Mohammed Harbi (Professeur d’histoire) ; Madjid Benchikh (Professeur de droit) ; Aïssa Kadri (Professeur de sociologie) ; Ahmed Dahmani (Maître de conférences en économie)

Merci de nous aider à faire connaitre notre appel pour une transition démocratique en Algérie.


12 avril, 2011 Posté dans Algérie Révolte

Après avoir organisé plusieurs sit-in et rassemblements, des milliers d’étudiants et étudiantes de différentes universités de l’Algérie, répondant à l’appel de la Coordination Nationale Autonome des Etudiants, ont marché aujourd’hui à Alger pour dénoncer la sourde oreille de la tutelle et rejeter en bloc les résultats de la Conférence nationale sur l’enseignement supérieur.

Le Rassemblement actions jeunesse (RAJ) tient à saluer la mobilisation pacifique et responsable des étudiants, et affiche son entière solidarité et soutien au mouvement des étudiants pour la démocratisation de l’université comme entre autres revendications.

Le RAJ dénonce la répression, la violence et les manipulations qu’ont subies les étudiants, et celles immanent de l’administration de l’université de Béjaia, et exprime son soutien aux étudiants et enseignants menacés d’être traduits devant le conseil discipline. Le RAJ condamne toute violence d’où qu’elle vienne.
Le RAJ reste mobilisé, attentif et impliqué dans le mouvement pour garantir sa poursuite.

Alger le 12/04/2011

P/RAJ
Le Président
A.Fersaoui


Déclaration – appel

Marche populaire à Bejaia

20 avril 1980, nos ainés étaient au rendez vous de l’histoire pour la lutte pour la reconnaissance de la langue amazighe et le respect des droits de l’homme. Les artisans des luttes des années 80 avaient subi emprisonnement, torture, intimidations et diverses pressions. Leur combat de porter le message, a l’intérieur comme a l’extérieur, d’une Algérie en lutte pour la liberté, la démocratie et la prospérité de la jeunesse algérienne.

21 ans après, en avril 2001, le pouvoir a récidivé par le recours à la violence et a l’usage des armes en assassinant 126 jeunes en Kabylie. Certains d’entre eux étaient lycéens, collégiens ou même élèves au primaire.

10 ans après le massacre, les assassinats de nos jeunes demeurent impunis. Ni les commanditaires, ni les assassins ne seront traduits en justice.

Lors de la révolution 54-62, les lycées algériens s’engageront corps et âme dans la lutte armée pour la libération du pays. Leur objectif est atteint.
Aujourd’hui, les peuples opprimés, face aux dictateurs, sont en route vers leur libération et luttent pour la dignité, la liberté et la démocratie. Nous, lycéens, serons aussi de ce combat, dans notre pays, pour le changement et la démocratie.

A l’occasion de la commémoration du printemps berbère et du printemps noir, nous appelons les lycéennes et les lycéens, les étudiantes, les forces politiques et l’opposition, les associations et la société civile à prendre part a une marche populaire à Bgayet, le Mercredi 20 avril 2011 à 11h00, de la maison de la culture(Aamriw) au siège de la radio Soummam.

Pour la coordination des lycéens de la willaya de Bejaia :

CL El kseur , CL Sidi aich, CL Seddouk, CL Souk-letnine, CL Akbou, CL Amizour, CL Bejaia , CL Chemino, CL Ouzellaguen, CL Aokas, CL Adekar, CL Kherrata, CL Timezrit, CL Tazmalt, CL Beni-maaouche, CL barbacha, CL Tichy, CL Ighil ali et CL Darguina.

Bgayet, le 13 avril 2011