Articles Tagués ‘culture’


Au fond des choses avec Hocine Malti : Sur Sonatrach, les réserves de gaz, la formation des cadres et l’état de l’Algérie

Ali Saket
Mardi 27 Septembre 2011
lanation.info

Le secteur vital des hydrocarbures a été mis en « débat » récemment avec la publication des câbles diplomatiques par l’organisation Wikileaks avec notamment des estimations alarmistes sur l’état des réserves gazières. Ce thème et d’autres questions liées au secteur des hydrocarbures et donc nécessairement à l’état général du pays sont évoqués au fond dans cet entretien avec Hocine Malti, un des fondateurs de Sonatrach et l’auteur d’une « Histoire Secrète du Pétrole Algérien » publié aux éditions « La Découverte ».

La Nation : Un câble de Wikileaks rendu public récemment  laisse penser que l’Algérie éprouverait bientôt des difficultés à honorer ses contrats gaziers en raison de l’épuisement des gisements. Qu’en est-il d’après vous ?

Hocine Malti : En fait, ce câble reprend les propos de l’ancien DG de BP Algérie qui annonce que le pays ne pourrait plus honorer ses engagements à partir de 2014. Si l’on se base sur les chiffres publiés par le ministère de l’Energie, l’Algérie aurait exporté 69 milliards de m3 de gaz naturel en 2008 et 63 en 2009. Certes il y a une diminution des quantités exportées non pas en raison de l’épuisement de la ressource mais du fait de la baisse de la demande, probablement en lien avec la crise économique globale.  L’Algérie produit environ 140 milliards de m3 par an dont grosso modo la moitié est réinjectée dans les puits (après extraction des condensats) et l’autre moitié est commercialisée. Au rythme actuel de production et de consommation les quantités de gaz réinjectés représentent à elles seules la couverture des besoins de l’exercice suivant. Il est néanmoins certain que dans un avenir assez lointain la production pourrait baisser mais certainement pas dans les années à venir et encore moins à partir de 2014. Cette réalité peut être illustrée, entre autres,  par le fait que le nouveau gazoduc Galsi qui doit approvisionner l’Italie via la Sardaigne devrait entrer en fonctionnement en 2014. Ce gazoduc est propriété d’un consortium composé de Sonatrach, associé minoritaire et de compagnies étrangères, italiennes en particulier, dont on voit mal qu’elles se seraient engagées avec une confondante légèreté sur des engagements à long terme. Le même raisonnement explique le récent règlement du litige qui avait opposé la Sonatrach à la compagnie espagnole Gas Natural.

Siège de la Direction Générale de Sonatrach à Alger
Mais alors pourquoi ce représentant de BP avance-t- il des prévisions aussi alarmantes ?

Soit par incompétence soit, ce qui est plus probable, parce qu’il cherche à nuire à l’image de Sonatrach. Ce dirigeant avance, selon ce même télégramme, que BP est l’une des trois grandes compagnies mondiales qui maitrise la technique d’exploitation des gaz de schiste, ce qui est exact. S’agirait-il alors d’une approche marketing qui viserait à pousser Sonatrach à se lancer dans l’exploitation de ces fameux gaz de schiste ?

Il est quand même incompréhensible qu’un responsable de ce niveau puisse colporter de telles allégations et que l’ambassadeur des Etats-Unis les prenne pour argent comptant. Ceci alors même qu’il aurait pu vérifier une information aussi sensationnelle auprès des compagnies américaines présentes en Algérie !

C’est effectivement incompréhensible. Par ailleurs, dans l’hypothèse où la situation des gisements aurait atteint un tel seuil catastrophique, à brève échéance de surcroit,  je vois mal l’ancien ministre de l’énergie ne pas en référer au chef de l’Etat, quoique l’on puisse penser des uns et des autres. Cette autre affirmation de l’ancien DG de BP est au moins aussi surprenante que celle relative au soi-disant épuisement des réserves de gaz. Imaginez vous que l’on dise aujourd’hui pour le lendemain qu’on ne livre plus de gaz à la France ou à l’Italie…C’est purement invraisemblable. Il ne s’agit pas de gestion boutiquière, mais bien de relations stratégiques et de questions éminemment sensibles. Comment penser qu’à l’image d’un épicier de quartier Sonatrach dise à l’un de ses clients « Ca manque…. ». Ce n’est pas sérieux.

La presse nationale s’est fait récemment l’écho de propos particulièrement sévères de l’actuel ministre de l’énergie Yousfi sur la situation héritée de son prédécesseur le décidemment très contesté Khelil en matière de formation. Existe- il vraiment un risque de pénurie de cadres dans le secteur des hydrocarbures ?

Si les propos rapportés par la presse sont exacts et si la réalité est telle que décrite, nous nous trouvons alors devant une situation désastreuse : l’Algérie est revenue quarante ans en arrière, au moins. Le ministre dit que nous avons pris un énorme retard dans le forage et que nous n’avons pas d’équipes d’engineering. S’agissant du forage, l’effort de formation consenti dès les années soixante-dix avait permis de produire un nombre de cadres qualifiés au point qu’une bonne partie des équipes de foreurs opérant aujourd’hui dans le Golfe sont constituées d’Algériens. En Algérie même, les plus grandes compagnies de forage au monde, Nabors par exemple, emploient des ingénieurs et techniciens algériens débauchés de Sonatrach. Au sujet de l’engineering, le ministre ne fait que confirmer ce que l’on savait et que j’avais personnellement dénoncé en de nombreuses occasions, à savoir que BRC n’avait pas formé d’Algériens dans ce domaine et n’était, en réalité, qu’une courroie de transmission, un apporteur d’affaires agissant pour le compte de Brown and Root, filiale de Halliburton, dont le président n’était autre que Dick Cheney, vice-président des Etats-Unis.
L’exode massif de cadres est le résultat direct de la faiblesse des rémunérations, de l’absence de plan de carrières et plus généralement de la politique de gestion de personnel voulue par Chakib Khelil en personne. Le système mis en place pour la promotion des cadres par ce ministre n’a servi en définitive que de camouflage à la promotion des pistonnés et des protégés et bien évidemment, au départ en nombre des plus expérimentés et des plus méritants. D’ailleurs pour revenir à ce fameux télégramme diplomatique américain, l’ambassadeur reconnait lui même qu’à une seule exception, tous les cadres supérieurs de la Sonatrach restés en place après les arrestations de 2010 ne présentaient pas le niveau requis par leurs fonctions.
Quant à l’IAP, sa situation s’est particulièrement  dégradée suite à la décision de Chakib Khelil de transformer l’Institut en entreprise privée en y associant une compagnie étrangère, la norvégienne Statoil. L’actuel ministre déplore que l’Algérie  n’ait pas formé le moindre spécialiste de l’offshore. Ceci est d’autant plus étonnant que l’associé norvégien est précisément l’un des plus grands spécialistes au  monde de l’offshore…On  peut se poser légitimement des questions sur un tel état de fait plutôt curieux. Peut-être est il plus profitable pour des intérêts particuliers de faire appel à des compétences extérieures plutôt qu’à des nationaux…

La situation du secteur des hydrocarbures nous emmène naturellement à évoquer celle du pays. Dans un contexte international troublé l’Algérie semble en panne de projet et de perspectives ?

Le seul projet que l’on peut identifier est celui du maintien en l’état du régime grâce à la rente hydrocarbures justement. Le régime dispose d’un très important matelas financier qui lui permet d’acheter un semblant de paix sociale et de conforter ses fragiles alliances extérieures. Ce que l’on constate aujourd’hui est que de l’ensemble des pays de la région, le seul pays immobile est l’Algérie. Tous ont bougé, du Maroc, même si c’est superficiel, à l’Egypte. L’Algérie est sans voix alors même que l’Otan est à ses portes. Il fut un temps où les Occidentaux tenaient  compte de la position algérienne, sourcilleuse quant aux intrusions étrangères et aux aventures militaires des puissances extracontinentales. Cela appartient au passé. Le régime actuel est complètement dépendant pour sa survie de ces puissances qui ne rencontrent donc plus aucune résistance dans leurs stratégies de domination. Mais cette situation ne peut perdurer,  car un pays composé à plus de 70% de jeunes de moins de trente ans ne peut indéfiniment être dirigé par un groupe inamovible de quasi-octogénaires. C’est le même personnel, en place depuis l’indépendance il y a cinquante ans, qui conduit dans une impasse renouvelée une société en panne.

Beaucoup se posent la question : pourquoi la jeunesse algérienne ne bouge-t-elle pas ?


Je ne vous apprendrai rien en vous disant que cette jeunesse ne veut pas imposer au pays le retour à la violence et aux atrocités de la guerre civile des années quatre-vingt-dix. Chacun de ces jeunes a un parent, un voisin, un ami ou connait quelqu’un qui a tué ou a été tué, torturé ou emprisonné ; cette jeunesse est saturée de violence et ne veut pas revivre ce cauchemar. Par ailleurs, le régime  continue de bénéficier du soutien des grandes puissances qui n’ont pas encore sifflé la fin de partie. Mais aussitôt que les Occidentaux auront stabilisé la situation en Libye, ils seront amenés naturellement à traiter l’exception algérienne. Les puissances qui ont conduit la guerre en Libye ne rééditeront probablement pas le même scénario en Algérie, les conditions n’étant  pas les mêmes que chez le voisin.  Elles affirment néanmoins haut et fort que la stabilité à long terme, dont elles ont besoin pour la préservation de leurs intérêts, ne peut être garantie que par un système  démocratique. L’épouvantail islamiste semble avoir fait son temps et l’alibi ne trompe plus grand monde. Il est certain que des pressions de plus en plus vives s’exerceront sur le pouvoir réel pour l’amener à évoluer et à ouvrir sérieusement le champ politique. Personne ne se satisfera à l’intérieur et à l’extérieur de réformettes cosmétiques. Les risques induits par le blocage actuel sont très importants en termes de sécurité régionale notamment. La panne économique et sociale de l’Algérie pourrait déboucher sur des ruptures extrêmement graves. L’évolution démocratique est inscrite dans la logique de l’Histoire.

En conclusion, êtes-vous  plutôt optimiste ou pessimiste ?

Hocine Malti: Je suis de nature optimiste et j’ai confiance en la jeunesse algérienne. Elle saura imposer le changement. Les potentialités sont immenses et la construction d’une société libre et heureuse appartient au domaine du possible. Utiliser nos ressources pour construire un pays prospère où tous auraient leur chance est largement dans nos moyens. Les facteurs du blocage actuel, aussi puissants soient-ils, sont condamnés à disparaitre. Espérons que leur chute sera la moins douloureuse possible pour une population qui a déjà payé un tribut très élevé pour sa liberté.


20 avril 1980 : réaction disproportionnée à une revendication ancestrale.
Depuis l’indépendance, le régime algérien privilégie une voie répressive pour répondre aux revendications des citoyens. Il est un secret de polichinelle que le but latent est sa pérennisation au pouvoir. Toutefois, jusqu’au 20 avril 1980, le régime avait réussi à instaurer un climat de peur faisant du citoyen un sujet docile. Coupé des réalités, le régime ignorait que cette soumission du peuple était due à l’épreuve endurée pendant la guerre de libération. Par ailleurs, bien qu’il ait existé des simulacres d’organisations, ces dernières se limitèrent uniquement au rôle de courroie de transmission. Quant aux partis, ils furent tout bonnement interdits. Partant, les dirigeants de l’opposition furent forcés à l’exil. Selon le professeur Hacene Hireche : « Les opposants, comme Mohamed Boudiaf ou Hocine Ait Ahmed, n’avaient qu’à bien se tenir pour éviter le sort de Mohamed Khider ou de Krim Belkacem et, plus tard, Ali Mécili, assassinés sur le sol européen par les services algériens… » (1) Du coup, dans les années 1960, les Algériens, comme en 1926, ne pouvaient s’organiser que dans l’exil. L’université Paris XIII offrit par conséquent un lieu idoine de rencontre aux militants, venus notamment de Kabylie. Cependant, la fin de la formation de cette jeune génération coïncida avec la disparition de Hourai Boumediene, chef de l’Etat issu du coup d’état de juin 1965. A peine enterré, les chefs militaires préparèrent un successeur en dehors de toute consultation du peuple. Ce successeur, et si le moins que l’on puisse dire, n’avait pas l’étoffe d’un président. Dès la prise de ses fonctions, les rênes du pouvoir lui échappèrent totalement. Choisi parmi le plus malléable, selon l’expression de Khaled Nezzar, Chadli laissa la voie libre à tous les charlatans afin de profiter du système. Mais la nouvelle génération, ayant la vingtaine d’année en 1980, allait-elle accepter les injustices tous azimuts notamment celle inhérente au déni identitaire ? Les événements de 1980 prouvèrent le contraire. Par ailleurs, un élément particulier rentra également en jeu : l’adhésion des masses aux côtés de ces jeunes animateurs. Par ailleurs, fidèle à sa politique répressive, le régime pensait éteindre la mèche le plus vite possible. Or, la politique répressive n’est efficace que quand le peuple l’accepte. Ainsi, une fois le mur de la peur fut tombé, le changement était inéluctable. Bien que le fruit n’ait pas été cueilli immédiatement, le mouvement d’avril 1980 inaugura une nouvelle ère de combat politique en Algérie. Selon l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Abdelhak Bererhi, le mouvement d’« avril 1980 déclencha un profond mouvement démocratique qui se prolongea avec le temps, face à un pouvoir qui, par son seul souci de perdurer coûte que coûte, permit aux germes de la radicalisation de se développer. » (2) Seul moyen d’expression, la révolte devint alors le langage susceptible d’être entendu par le régime.

I) La résistance dans la clandestinité ou en exil.

L’orientation arabiste de l’Algérie [Les dirigeants ne le firent pas dans l’intérêt de l’Algérie] a exclu, par ricochet, une partie du peuple algérien. Bien que, par le passé, cette tension ait été atténué par le combat commun contre le colonialisme, les nouveaux maitres de l’Algérie indépendante dénièrent aux berbérophones le droit d’exister en tant que tels. Or, dans les pays qui se respectent, les citoyens sont acceptés comme ils le sont dans le giron de la République. Cependant, le but de ce texte n’est pas de remonter jusqu’aux racines de l’Algérie. Toutefois, depuis le coup d’état de 1965, Houari Boumediene envenima ce déni. En revanche, bien qu’il ait fait de l’Algérie sa propriété privée, il autorisa tout de même une chaire de berbère, de deux heures par semaine, dès la rentrée universitaire d’octobre 1965. Intégré à la section d’ethnologie, une science héritée de la présence coloniale, le cours linguistique fut assuré bénévolement par Mouloud Mammeri. Le succès de ce cours finit par inquiéter les autorités. Et dès la réforme de l’enseignement supérieur, en 1973, le cours fut suspendu à l’université d’Alger.
Cependant, bien que la société aille cahin caha, la revendication identitaire n’a pas disparu pour autant. Les militants de la cause savaient à quoi s’en tenir. En effet, le contrôle accru de la sécurité militaire sur la société créa un climat de méfiance. Beaucoup de jeunes militants sortirent à l’étranger pour peaufiner leur formation. Selon Said Khelil : « Dans les années 70, beaucoup d’amis du groupe de Ben Aknoun iront continuer leurs études et leur activisme en France : Mohya, Boudaoud, Hend Sadi, Ramdane Achab… La plupart seront présents le jour J. Ceux restés à Alger, Said Doumène, Moumouh Loukad et Ali Ouabadi seront rejoints par de nouveaux venus pour animer la troupe de théâtre berbère, ainsi que de brillants groupes musicaux. »(3) Ainsi, à l’occasion de la fête des cerises, en1974, à Larbaa Nath Irathen, les spectateurs insistèrent pour que les chanteurs d’expression berbère se produisent. Mais la police de l’ombre ne fut jamais loin. Du coup, les téméraires payèrent dans cette décennie un lourd tribut. Des arrestations se multiplièrent à foison dans la région. Et la plupart ne furent, à ce moment-là, que des lycéens. Car, il fallait attendre la rentrée universitaire de 1978 pour que la région ait vu l’ouverture d’un centre universitaire. Dans son témoignage du livre, sur avril 80, sous la direction d’Arezki Ait Larbi, Salem Chaker explique que ce ne fut aucunement une récompense à la région. La démarche des autorités s’inscrivait dans la politique de désengorgement de l’université d’Alger. Selon des informations difficilement vérifiables, Boumediene aurait dit que l’ouverture de ce centre représentait une « bombe à retardement ». Avait-il compris que sa politique était injuste ? En tout cas, sa crainte aurait été l’octroi d’un foyer où se seraient rencontrés les militants de la cause berbère. En effet, ces jeunes militants ne tardèrent pas à se manifester.
Cependant, dans l’enceinte de l’université, tous les courants de pensée purent exister. Deux partis, des opposants emblématiques, Hocine Ait Ahmed et Mohamed Boudiaf, constituèrent des cellules à l’université. Pour Salem Chaker : « D’autant que beaucoup de ces jeunes universitaires, qui rentraient de France après une thèse, étaient politisés, avaient des expériences d’engagement militant dans le mouvement culturel berbère en France et/ou dans les partis de l’opposition clandestine (FFS, PRS). » (4) En effet, dès 1978, des jeunes cadres, à l’instar d’Arezki Ait Larbi, Said Sadi, Mouloud Lounaouci, Ali Ouabadi, intégrèrent le FFS. Sous la houlette d’Ali Mécili, bras droit de Hocine Ait Ahmed, un séminaire fut organisé en France (Hautes Alpes). A la fin de ses travaux, une plateforme fut entérinée prenant en charge les revendications culturelles et démocratiques.
Toutefois, depuis l’ouverture du centre universitaire de Tizi Ouzou, le FLN multiplia les tentatives en vue de le contrôler. D’emblée, l’UNJA, syndicat estudiantin lié au régime, tenta de s’assurer sa mainmise sur la représentation des étudiants. Il trouva par ailleurs des alliés parmi les étudiants affiliés au PAGS. En effet, selon Ihsen El Kadi : « le parti communiste, le PAGS algérien, est en réalité la première force politique dans le campus d’Alger. Mais, il est politiquement désorienté depuis la mort de Boumediene, à qui il a apporté son soutien à partir de 1971… à la fin de 1979, [il est] encore dans le soutien critique de Chadli Bendjedid.» (5) Or, en Kabylie, toutes les tendances existèrent. L’union du PAGS avec le FLN ne constitua pas la force principale. Dans le même livre cité plus haut, Mohand Ouamer Oussalem cite cinq groupes composant l’expression politique, à ce moment-là, à la FAC. Les militants du FLN et du PAGS formèrent le groupe de soutien au régime autour de l’UNJA. Selon lui, il y eut un groupe trotskiste. Fait-il allusion au groupe de Gérard Lamari, Aziz Tari et Djamel Zenati? Or, dans mes différentes conversations avec Gérard, ce dernier affirme qu’il était de gauche radicale, mais n’appartenait pas au courant trotskiste. Même Djamel Zenati ou Aziz Tari n’étaient pas trotskistes, m’avoue-t-il lors dans notre récente conversation téléphonique. Cependant, d’après Oussalem, il y eut des représentants du FUAA de Rachid Ali Yahia dont fit partie Arezki Abbout. Le parti de Boudiaf, le PRS, fut aussi présent. Mais le parti le plus représentatif fut indubitablement le FFS. Dans ces conditions, il était indécent que le syndicat du régime prétende représenter le nouveau centre universitaire. Du coup, la formule qui était susceptible de parvenir à rassembler les étudiants fut la création de comités autonomes. Ces derniers lancèrent une grève illimitée en octobre 1979. Pour meubler le vide, les étudiants ont programmé plusieurs activités culturelles. Dans ce programme d’animation culturelle, une conférence de Mouloud Mammeri, sur les poèmes kabyles anciens, fut programmée.

II) L’acharnement des autorités.

L’origine des événements d’avril 1980 fut la stupide interdiction de la conférence de Mouloud Mammeri, pour reprendre l’expression de Brerehi, au centre universitaire, le 10 mars 1980. En effet, pour la communauté universitaire, ce fut un rendez-vous à ne pas manquer. Bien que le régime ne tolérât pas ce genre de manifestation culturelle, le conférencier n’eut aucun écho lui déconseillant de se rendre au centre universitaire. Ce jour-là, en compagnie de Salem Chaker et de son chauffeur Oulaid, Mammeri se rendit sereinement à Tizi Ouzou. Or, en dépit de la connaissance du thème de la conférence, les autorités décidèrent de l’intercepter à l’entrée de la ville, à Draa Ben Khedda. Quelques heures plus tard, le wali prit soin d’informer les étudiants que l’écrivain avait été arrêté. Dans la contribution de Hamid Sidi-Said sur cet événement, l’ancien Wali Tizi Ouzou, au moment des faits, écrit : « Le motif de cette décision étant « le risque de trouble à l’ordre public », c’était donc au wali qu’il revenait de prendre les mesures nécessaires pour que M. Mouloud Mammeri ne se présentât pas au centre universitaire. » (6) Cette humiliation, une énième des autorités envers ce combat, ne fut pas gobée sans réaction par les étudiants. Une délégation, composée de Gérard Lamari, Aziz Tari et Taleb, s’est rendue au siège de la wilaya. Mouloud Mammeri les attendait depuis un moment. D’emblée, il s’excusa auprès de la délégation de la tournure des événements. Bien que le sage ait prôné le calme, cette interdiction resta aux travers de la gorge de ces militants. Du coup, il ne fallait pas se laisser faire, estimaient-ils. De retour à l’université, une assemblée générale des étudiants fut organisée. Le principe d’une manifestation publique fut entériné par la quasi-totalité des présents. Selon Aziz Tari : « Tout le monde semble prêt à aller au combat, sans poser de question sur les suites…Trois interventions sont programmées. Gérard Lamari ouvre les hostilités. Hend Sadi enfonce le clou. Etant à l’origine de cette démarche, je clos les débats sans mâcher mes mots, ni faire dans le détail en faveur de cette action. » (7) Ainsi, le 11 mars 1980, une marche, rassemblant l’ensemble de la communauté universitaire, s’ébranla de Hasnaoua vers la haute ville, direction le siège de la wilaya. Au cri des étudiants « A bas la répression », les CNS, aux ordres de Hmimi Nait Abdelaziz, bloquèrent la route. Grâce à l’intransigeance des manifestants, la digue finit par céder. D’après Tari, le commissaire avait la rage de voir les jeunes militants braver son autorité. Ceci démontre, si besoin est, la nature de ce régime. Pour le commissaire, s’il devait y avoir une revanche, celle-ci serait sanglante. Tout compte fait, cette marche démontra, aux badauds, que la mobilisation de masse pourrait contrarier la pire dictature. En tout cas, les Tizi Ouziens ont applaudi chaleureusement le courage de cette jeunesse stoïcienne. Par conséquent, ces encouragements galvanisèrent les esprits. Malgré l’action du régime mobilisant ses partisans, dans les rues de la ville, où les étudiants du PAGS déployèrent une banderole réclamant l’application intégrale de la Charte nationale, à l’université, la mobilisation battait son plein. Ainsi, à l’initiative du groupe FFS, le plus important groupe, une campagne d’inscription murale fut exécutée dans la nuit du 12 au 13 mars 1980, selon Arezki Ait Larbi. Or, cette campagne jeta l’émoi au sein du groupe de la gauche radicale, avoue Aziz Tari.
Toutefois, l’action ayant démarré à l’université, il fallait que d’autres secteurs se mobilisent pour desserrer l’étau exercé sur la FAC. Ce fut ainsi que des villageois répondirent à l’appel. Dans le même esprit, la cellule FFS de l’hôpital engagea des actions afin d’alléger la pression sur le centre universitaire. Dans un esprit d’enlisement, le régime ne fit qu’attiser le feu. Par la voix du secrétaire général de la présidence, Abdelmalek Benhabyles, ce dernier voulut engager le dialogue avec les animateurs du mouvement. Cette démarche montra vite l’incapacité des dirigeants à chercher des solutions adéquates. En effet, le 5 avril 1980, une délégation se rendit à la présidence. Composée de Djamel Zenati, Gérard Lamari, Rachid Ait Ouali et Aziz Tari, la délégation a eu droit à un discours insolite de leur hôte. En effet, le secrétaire général estima que la faute avait été commise en 1962 lorsque les dirigeants n’avaient pas octroyé un statut à la langue berbère. Pour résumer son propos, il n’y eut désormais rien à discuter. L’équipe dirigeante ne put pas assumer les erreurs de leurs prédécesseurs. Finalement, il les somma d’arrêter l’agitation et de reprendre les cours. La délégation, ayant rencontré Benhabyles, découvrit, de retour à Tizi Ouzou, un tract, anonyme selon Aziz Tari, appelant à une manifestation pour le 7 avril 1980, de la place du 1er mai à la présidence. D’après Arezki Ait Larbi, les tracts furent diffusés au nom du « Comité de la Défense de la Culture Berbère ». Cependant, ce comité aurait-il eu un lien avec le FFS ? Pas de doute si l’on croit Oussalem, militant du FFS à ce moment-là. En effet, après la multiplication des arrestations à Tizi Ouzou, il fallait desserrer l’étau sur la Kabylie. Selon Oussalem : « C’est dans ce contexte que la structure du FFS, autour de Said Sadi, propose une riposte par l’organisation d’une marche à Alger, le 7 avril 1980. » (8) Prévoyant une répression pavlovienne des autorités, le groupe FFS, rejoint par les militants du PRS et de la gauche radicale, mit en place un Comité Anti-Répression (CAR). Les mots d’ordre de la marche résumèrent, à eux-seuls, la détermination de ces animateurs. Inscrits sur des banderoles, les slogans furent incisifs. Selon Arezki Ait Larbi : « L’une d’elle porte un seul mot, qui claque comme un terrible défi au régime du parti unique : « Démocratie ». En hommage aux morts du FFS de 1963, une autre proclame : « 1964 : 2000 morts ! 1980 : combien vous faut-il ? » (9) Hélas, fidèle à ses pratiques, le régime ne céda pas. La manifestation fut réprimée avec une rare violence. Pour les étudiants restés à Tizi Ouzou, il fallait convoquer vite une assemblée générale pour décider des mesures à prendre. Celle-ci trancha pour une grève générale illimitée avec occupation du campus. L’épreuve de force commença effectivement ce jour-là.

III) Entretien de la politique du pourrissement.

La répression de la marche d’Alger incita les membres du comité anti-répression, le CAR, à lancer un appel au peuple. Au lendemain de cet appel, soit le 10 avril, le FLN organisa une marche à Tizi Ouzou. Choisis pour leur docilité, ces Kabyles de service manifestèrent contre les revendications démocratiques et culturelles. Dans les tracts du CAR, il fut possible de lire : « La cessation de la répression contre la communauté universitaire ; la reconnaissance des langues populaires algériennes, notamment de la langue berbère ; le respect des libertés démocratiques en Algérie…etc. » (10) Hélas, ces Kabyles de service, mangeant à tous les râteliers, choisirent ceux qui vitupèrent contre la démocratie. Cependant, le travail de sape n’a pas démoralisé les animateurs du mouvement. Un événement, d’apparence anodine pourraient dire certains, apporta de l’air aux poumons. La communauté universitaire a pu lire, le 11 avril 1980, la réponse de Mouloud Mammeri à l’article diffamatoire de Kamel Belkacem, journaliste du journal El Moudjahid, un organe de propagande du régime. Ce journal refusa bien entendu de publier le droit de réponse de Mammeri. Ce fut le journal Le Matin parisien qui le publia. Véritable leçon d’éthique, l’article fut distribué sous forme de tracts à l’université. Ce second souffle du mouvement fut doublé par l’effort entrepris par le corps médical, cellule dynamique du FFS. Une assemblée générale des travailleurs de l’Hôpital fut programmée pour le 12 avril 1980. Le comité anti répression désigna, pour le représenter à cette réunion, deux membres : Djamel Zenati et Mohand Ouamer Oussalem. Moment charnier du mouvement, le CAR fut présent dans toutes les rencontres. En effet, au lendemain de l’assemblée du corps médical, les membres du CAR firent un déplacement à Alger. Le but fut de faire connaitre les positions du mouvement, par rapport aux dernières évolutions de la crise, au ministre de l’Enseignement supérieur, Abdelhak Bererhi. En présence de son conseiller, Djamel Labidi, le ministre s’engagea à se rendre, le lendemain, au centre universitaire. Escorté par la police, le ministre se rendit, en effet, le 14 avril 1980, au campus de Hasnaoua, vers 10 heures du matin. Il fut également accompagné d’une forte délégation, dont le secrétaire général de la FTEC, Hachemi Cherif, futur chef du MDS. Le discours du ministre, devant l’assemblée générale des étudiants, ne changea pas d’un iota par rapport à ce qu’il avait affirmé à la délégation du CAR la veille. A vrai dire, le ministre était venu pour leur livrer le message de fermeté des autorités. D’ailleurs, avait-il les moyens de proposer quoi que ce soit pour débloquer la situation ? Dans le régime de l’époque, le ministre était un fusible éjectable à l’envi. Du coup, l’assemblée générale s’est achevée sur une note de désappointement. Car, le ministre demanda tout bonnement aux étudiants de reprendre les cours et de cesser l’occupation du campus. Face au pouvoir sourd, un appel fut lancé à la population pour observer une grève générale le 16 avril 1980. L’implication de la société civile rendit ainsi la tâche plus alambiquée aux autorités. En effet, selon Mohand Ouamer Oussalem : « A l’extérieur, la mobilisation allait crescendo. A partir du samedi 12, les délégations d’entreprises de la région arrivent sur le campus : Sonelec de Oued Aissi et Fréha (en chantier), Sonitex de Draa Ben Khedda, Onalait. La visite de la Sonitex coïncidait avec l’arrivée du correspondant du journal le Monde. » (11) En effet, la grève fut un véritable succès. Désormais, la mobilisation dépassa les deux foyers : l’université et l’hôpital. Et les décisions ne se prenaient plus systématiquement à l’université. En effet, le siège de la Sonelec abrita une réunion capitale à la fin de la journée du 16 avril 1980. Le centre universitaire fut représenté par deux membres : Gérard Lamari et Rachid Ait Ouakli. Cette rencontre s’acheva par la création d’un Comité de Coordination Populaire. Son rôle : contacter les syndicalistes à travers tout le pays pour réclamer plus de liberté.

IV) L’exécution des menaces.

Dans la tradition du régime algérien, et ce depuis le recouvrement de l’indépendance nationale, le citoyen fut appelé à se soumettre sans vergogne aux règles édictées. Elaborées en dehors de toute concertation du peuple, elles furent iniques et sévères. Or, les jeunes militants, en ce printemps 1980, n’entendirent pas le message de cette oreille. Bien que l’épée de Damoclès ait été suspendue sur leurs têtes, leur fougue les conduisit à aller jusqu’au bout. Ainsi, en dépit de l’ultimatum de Bererhi, fixant la reprise des cours avant le 20 avril, le centre demeura toujours bloqué. Les relais du régime tentèrent bien sûr, qui par la menace, qui par la persuasion, d’obtenir la reprise des cours. Selon Mouloud Lounaouci, l’actuel secrétaire général de l’UGTA lui rendit une visite inattendue à l’hôpital : « L’atmosphère commençait à s’alourdir ; le 19 avril, j’eus une visite pour le moins étrange. Madjid Sidi-Said, alors responsable de l’union territoriale UGTA de Tizi Ouzou, se présenta en émissaire, sans plus de détail, et m’avertit qu’on avait intérêt à tout arrêter, car le lendemain il serait trop tard. »(12)
Cependant, à l’université, le comité anti répression tint sa réunion quotidienne. Selon Aziz Tari, une absence de taille fut remarquée, celle de Hend Sadi. Cette information m’a été confirmée à plusieurs reprises, lors de nos différentes conversations sur ces événements, par Gérard Lamari. Par ailleurs, d’après Aziz Tari, l’ultimatum transmis par hamid Sidi-Said, wali de Tizi Ouzou, fut péremptoire : « Signer immédiatement une déclaration affirmant que nous arrêtons le mouvement, sinon l’intervention aura lieu dans quelques heures… Le groupe du PRS annonce son retrait du mouvement et la fin de son engagement avec nous. » (13) Concomitamment à la réunion des étudiants, une autre réunion se tint, à Alger, au siège du FLN. Celle-ci se déroula en deux temps. Dans sa première partie, elle regroupa le coordinateur du FLN (Mohamed Salah Yahiaoui), le premier ministre (Ben Ahmed Abdelghani), le patron des services secrets (Yazid Zerhouni), le commandant de la gendarmerie (Mustapha Chelloufi), le DGSN (El Hadi Khediri), le ministre l’enseignement supérieur (Abdelhak Bererhi), le minsitre de l’éducation (Mohamed Cherif Kharoubi), le ministre du travail (Mouloud Goumeziane), le secrétaire général de l’UGTA (Abdellah Doumène) et le Wali de Tizi Ouzou. Dans les débats, l’intervention policière musclée fut vivement évoquée. A en croire le ministre de l’enseignement supérieur, cette solution fut rejetée grâce à son argumentation. Il évoqua, pour les persuader, le respect des franchises universitaires. Toutefois, la vraie réunion commença un peu plus tard. Ce fut le second temps de la réunion. Les ministres furent évidemment remerciés. Selon Bererhi : « Les opposés à l’emploi de la force furent laissés seuls quelques instants, puis on vint « nous remercier » en nous déclarant que la réunion était achevée. » (14) Lors du second temps de la réunion, selon Khediri, le patron de la DGSN, l’ordre du jour devint : « donner des instructions pour rétablir l’ordre dans les facultés occupées ». Bien qu’il ait essayé de convaincre ses camarades des services de sécurité de l’inanité de l’emploi de la force, en faisant même ranger le Président de la République à son point de vue, l’évacuation fut décidée. Selon lui : « quelques heures plus tard, l’ordre d’évacuer était redonner par un autre canal…Au plus fort des affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants, certains responsables insistaient pour envoyer l’armée. »(15) Ainsi, quelques heures après la clôture des travaux de l’assemblée des étudiants, les forces de l’ordre pénétrèrent dans les pavillons des cités universitaires. Les étudiants furent surpris dans leur sommeil par le bruit de bottes et les coups de matraques. Et le sang se répandit en creusant des petits sillons. Par ailleurs, l’hôpital, censé accueillir les blessés, fut aussi envahi par les forces de l’ordre. Le personnel médical fut malmené sans ménagement. Ceux qui n’avaient pas été arrêtés, accueillirent les blessés au matin du 20 avril. Le bilan de cette mascarade est donné par Arezki Ait Larbi, non lors du meeting d’Alger où il annonça 32 morts, mais dans le témoignage qu’il fait 30 ans plus tard : « 453 blessés et des centaines d’arrestations dont 24 seront déférés devant la Cour de sûreté. Mais, heureusement, aucun mort. » (16)
Cependant, la région fut solidaire de ses blessés et de ses détenus. Un combat fut engagé pour obtenir la libération de ses héros. Cette dernière n’intervint que deux mois plus tard. Ainsi, le 25 juin 1980, les vingt-quatre détenus furent mis en liberté. Désormais, la lutte pour la démocratie ne fut plus un tabou. Plusieurs régions d’Algérie suivirent l’exemple jusqu’à ce que la liberté de s’organiser soit obtenue après octobre 1988. Ainsi, la gestion sécuritaire des problèmes politiques donna lieu à des affrontements permanents. En s’appuyant sur les services de sécurité, le régime comptait annihiler toute contestation. Or, l’humiliation attisait davantage la rancune des citoyens. Du coup, la simple interdiction de la conférence, d’un homme reconnu pour ses recherches, déclencha un mouvement contestataire de grande ampleur. Finalement, les événements du 20 avril 1980 représentent l’acte fondateur d’une conscience politique à l’échelle nationale. Bien que le peuple algérien ne vive pas encore une démocratie et une liberté effectives, il n’en reste pas moins que la détermination du peuple algérien donnera un jour au pays des institutions libres, issues uniquement de la volonté populaire.

Notes de renvoi :
1) Contribution Hacene Hireche, « Avril 80 : Insurgés et officiels racontent le printemps berbère », page 194.
2) Contribution Abdelhak Bererhi, page 234.
3) Contribution Said Khelil, page 66.
4) Contribution Salem Chaker, page 124.
5) Contribution Ihsen El Kadi, page 151.
6) Contribution Hamid Sidi-Said, page 207.
7) Contribution Aziz Tari, page 43.
Contribution Mohand Oumer Oussalem, page 20.
9) Contribution Arezki Ait Larbi, page 178.
10) Tract du comité anti répression, page 270.
11) Contribution Mohand Oumer Oussalem, page 27.
12) Contribution Mouloud Lounaouci, page 85.
13) Contribution Aziz Tari, page 54.
14) Contribution Abdelhak Bererhi, page 227.
15) Contribution El Hadi Khediri, page 256.
16) Contribution Arezki Ait Larbi, page 183.

Posté; Par Ait Benali Boubekeur
http://www.lequotidienalgerie.org


Déclaration – appel

Marche populaire à Bejaia

20 avril 1980, nos ainés étaient au rendez vous de l’histoire pour la lutte pour la reconnaissance de la langue amazighe et le respect des droits de l’homme. Les artisans des luttes des années 80 avaient subi emprisonnement, torture, intimidations et diverses pressions. Leur combat de porter le message, a l’intérieur comme a l’extérieur, d’une Algérie en lutte pour la liberté, la démocratie et la prospérité de la jeunesse algérienne.

21 ans après, en avril 2001, le pouvoir a récidivé par le recours à la violence et a l’usage des armes en assassinant 126 jeunes en Kabylie. Certains d’entre eux étaient lycéens, collégiens ou même élèves au primaire.

10 ans après le massacre, les assassinats de nos jeunes demeurent impunis. Ni les commanditaires, ni les assassins ne seront traduits en justice.

Lors de la révolution 54-62, les lycées algériens s’engageront corps et âme dans la lutte armée pour la libération du pays. Leur objectif est atteint.
Aujourd’hui, les peuples opprimés, face aux dictateurs, sont en route vers leur libération et luttent pour la dignité, la liberté et la démocratie. Nous, lycéens, serons aussi de ce combat, dans notre pays, pour le changement et la démocratie.

A l’occasion de la commémoration du printemps berbère et du printemps noir, nous appelons les lycéennes et les lycéens, les étudiantes, les forces politiques et l’opposition, les associations et la société civile à prendre part a une marche populaire à Bgayet, le Mercredi 20 avril 2011 à 11h00, de la maison de la culture(Aamriw) au siège de la radio Soummam.

Pour la coordination des lycéens de la willaya de Bejaia :

CL El kseur , CL Sidi aich, CL Seddouk, CL Souk-letnine, CL Akbou, CL Amizour, CL Bejaia , CL Chemino, CL Ouzellaguen, CL Aokas, CL Adekar, CL Kherrata, CL Timezrit, CL Tazmalt, CL Beni-maaouche, CL barbacha, CL Tichy, CL Ighil ali et CL Darguina.

Bgayet, le 13 avril 2011


Les régions berbérophones représentées

 

Les poètes de plusieurs régions d’Algérie se sont donné rendez-vous, le week-end dernier, à Aït Smaïl pour la 9e édition du Festival de poésie amazigh, organisée par la très active association locale Adrar n’fad en hommage à l’écrivain Mouloud Mammeri.

Durant trois jours, la maison de jeunes de la localité a vu défiler des amateurs de poésie venus de différentes régions berbérophones d’Algérie. Avec pour objectif d’en faire un espace d’expression et de rencontre des poètes, les initiateurs du festival – qui a vu le jour en 2003 – ont réussi leur pari puisque pas moins de 131 poètes des deux sexes et de tous les âges ont pris part à ce rendez-vous. L’occasion a été aussi donnée aux férus de ce genre littéraire de déclamer leurs poèmes sur les différents thèmes et dans les variantes de la pratique de la langue amazigh.Riche en couleur, la manifestation a vu aussi l’organisation d’ateliers d’art, d’expositions de peinture, d’un café philosophique et de conférences-débats sur les thèmes de la poésie et de la littérature en général.

Ainsi, Ouchene Smaïl et Mokrani Nourredine ont exposé leurs œuvres d’art et se sont vu décerner des prix d’encouragement à l’issue du festival. Allaoua Rabehi, membre du jury et enseignant de tamazight à l’université de Béjaïa, a animé une conférence sur «La poésie du chanteur kabyle Lounis Ait Menguellat» et Abdennour Ould Fella a abordé le thème de «Mouloud Mammeri : de la distanciation à la réappropriation de la culture berbère».

Cercle de poètes

L’écrivain journaliste Rachid Mokhtari s’est étalé, pour sa part, sur une œuvre jusque-là méconnue du grand public, à savoir «Mouloud Mammeri, entretien avec Tahar Djaout». Dans une conférence sur le thème «Mouloud Mammeri et Tahar Djaout : empathie et écriture», Rachid Mokhtari a su, dans un langage limpide, disséquer l’entretien qui, selon lui, a servi à «préparer au changement dans l’esthétique littéraire entre deux générations d’écrivains et la transition vers une nouvelle voie romanesque». Aussi, cet échange entre les deux écrivains a, selon le conférencier, «apporté des éléments de réponse concernant la production de l’auteur de La Colline oubliée sur le plan quantitatif, la notion d’engagement et le devoir de vérité chez lui et la dichotomie entre sa production de l’imaginaire et ses travaux de recherche».

Ce festival annuel, qui s’est déroulé dans une ambiance bon enfant et qui a suscité l’engouement du public, s’est clôturé samedi avec la remise de prix aux auteurs des meilleures œuvres poétiques, après évaluation par un jury composé d’universitaires spécialistes.
Ainsi, le premier prix est revenu à un jeune poète, Ibri Hamid de Aïn El Hammam (Tizi Ouzou), alors que des prix ont été attribués pour des poèmes déclamés dans d’autres variantes du parler amazigh, à savoir le zenati, le ouargli et le chaoui.
Malgré la fatigue, perceptible sur leurs visages, due à la longue préparation entamée depuis décembre, les membres de l’association Adrar n’fad ont affiché leur satisfaction suite à la réussite du festival ; ils espèrent néanmoins une aide de la part des pouvoirs publics dont l’apport jusqu’à présent reste en deçà de leurs attentes et des objectifs qu’ils se sont assignés. Ils estiment qu’au delà de la volonté qui les anime, l’apport matériel et financier est de mise pour ne pas céder à la tentation de léthargie qui gagne le mouvement associatif.

Hakim Kebir