Articles Tagués ‘indépendance’


محمد واموس

April 21, 2014

باريس ـ ‘القدس العربي’: كشف مصدر دبلوماسي في الخارجية الفرنسية ان باريس تمارس ضغوطا كبيرة على الرئيس الجزائري عبد العزيز بوتفليقة من أجل استحداث منصب نائب للرئيس في اعلى هرم السلطة في البلاد، وانها تدفع بأن يتولى عبد المالك سلال رئيس الحكومة الجزائرية السابق ومدير الحملة الانتخابية الأخيرة للرئيس بوتفليقة المهمة الجديدة.
وقال المصدر الذي طلب عدم الكشف عن اسمه في حديث لـ’لقدس العربي’اأن فرنسا باتت تخشى حدوث فراغ في السلطة في الجزائر في ظل الوضع الصحي الراهن للرئيس عبد العزيز بوتفليقة حتى بعد انتخابه بأغلبية ساحقة من الشعب الجزائري.
غير أن المصدر أكد ان الرئيس بوتفليقة يرفض تماما فكرة إحداث منصب نائب للرئيس،لكن باريس مصرة عليها تفاديا لحدوث فراغ في السلطة في بلد تعتبر شريكا استراتيجيا لفرنسا و اوروبا،خاصة في ظل وجود خطط أوروبية للاستنجاد بالجزائر لتعويض كميات الغاز التي تستوردها أوروبا من روسيا على خلفية التوتر في العلاقات الروسية الأوروبية بسبب الأزمة الأوكرانية.
وبحسب المصدر دائما فإن الغرب أوصل إلى المسؤولين الجزائريين بينهم الرئيس بوتفليقة في خضم الحملة الانتخابية الرئاسية التي شهدتها البلاد،رسالتين هامتين في موضوع استقرار الجزائر والتعاون معها في مجال الطاقة نقلهما كل من جون كيري وزير الخارجية الأمريكي و خوسيه مانويل مارغايو وزير الخارجية الإسباني.
وأفرزت تدخلات موسكو في أوكرانيا محاولات للحد من اعتماد القارة الأوروبية على استيراد النفط والغاز،حيث وضع الأوروبيون خططا لتقليص الواردات من روسيا بنحو 45 مليار متر مكعب بحلول العام 2020 ، بما يساوي 18 مليار دولار سنويا أي ربع الإمدادات التي تضخها روسيا حاليا.
ولا تتردد دوائر صنع القرار في فرنسا في التعبير عن مخاوفها من حدوث اضطرابات قد تمس باستقرار الجزائر التي تنظر إليها كشريك إستراتيجي هام في شبكة المصالح الأوروبية باعتبارها مصدر الطاقة لأوروبا،مع مخاوف الأزمة الأكرانية، وتوقف الإمدادات الغازية الروسية، لتصبح الجزائر بديل الأوروبيين القوي لتعويضها.
وتنتظر باريس فحوى الخطاب الذي قد يلقيه الرئيس عبد العزيز بوتفليقة أو من ينوب عنه في حفل أداء اليمين الدستورية للكشف عن أهم الخطوط العريضة للمرحلة المقبلة في الجزائر،رغم أن مسألة القسم هي الجزئية الجوهرية الوحيدة التي يلزم فيها الدستور الرئيس المنتخب أداء اليمين بنفسه ودون انتداب من ينوب عنه.
وتنص المادة 75 من الدستور الجزائري،على أن الفائز بأغلبية الأصوات في الانتخابات الرئاسية، يؤدي اليمين الدستورية أمام الشعب في الأسبوع الذي يلي الإعلان عن النتائج النهائية للانتخابات من طرف المجلس الدستوري.و يدعم الفرنسيون بقوة تولي عبد المالك سلال مهمة نائب الرئيس في مرحلة الولاية الرابعة من حكم عبد العزيز بوتفليقة،على أن يتفرغ هذا الأخير للعلاج بعدها.
و قاد عبد المالك سلال الذي يعتبر من أبرز الوجوه التكنوقراطية في الجزائر ولا يحسب على أي تيار سياسي، الحملة الانتخابية للرئيس عبد العزيز بوتفليقة بعد تفرغه لها تماما على إثر استقالته من رئاسة الحكومة خصيصا لإنجاز المهمة،وناب عنه في كل التجمعات الخطابية التي عقدت باسمه في مجموع التراب الجزائري حيث كان يخاطب الناخبين باسمه و يدعوه للتصويت له.
وكان سلال أول من أعلن أن الرئيس عبد العزيز بوتفليقة سيخوض انتخابات 17 نيسان/أبريل 2014، لكنه لم يفعل الكثير لتبديد الشكوك حول صحة الرئيس المنتهية ولايته حيث صرح سابقا أن الأخير ليس بحاجة للقيام بحملته شخصيا وأن كثيرين من طاقمه يستطيعون القيام بذلك نيابة عنه.
وتتبنى أوساط في الحزب الحاكم نصيحة فرنسا بضرورة تعيين نائب للرئيس الجزائري عبد العزيز بوتفليقة بعد فوزه بولايته الرابعة، للإجابة عن واحد من أكثر الأسئلة التي تثور في شمال أفريقيا وهي من سيخلف بوتفليقة 76 عاما في قيادة أحد الحلفاء الرئيسيين للغرب في المعركة ضد التشدد الاسلامي،حيث ينظر إلى حزمة مقترحة من الاصلاحات الدستورية وعد بها عبد المالك سلال باسم الرئيس بوتفليقة خلال الحملة الانتخابية على انها مؤشر لاتجاه البلاد نحو إحداث منصب نائب الرئيس.
ولا تزال تفاصيل الحزمة الدستورية غير واضحة،لكن دبلوماسيين في الخارجية الفرنسية يقولون إنها ستشمل مواد تقلص دور الجيش في الحياة السياسية وتقليص الفترات الرئاسية مستقبلا إلى ولايتين فقط مدة كل منها خمس سنوات،إضافة إلى استحداث منصب نائب الرئيس الأمر الذي سيتيح لبوتفليقة التفرغ للعلاج،وإعطاء الإنطباء لشعب الجزائر و حلفائها في الخارج بأن مسألة الخلافة باتت أقل غموضا،و في تدهورت حالته الصحية أكثر سيتولى نائبه المهام الرئاسية كاملة إلى حين إجراء انتخابات.
وتقول المعلومات أن حزمة الاصلاحات الدستورية الجديدة جاهزة على مكتب الرئيس و يشرف عليها شقيقه و مستشاره الشخصي سعيد بوتفليقة الذي ظهر إلى جانبه و هو يدلي بصوته في الانتخابات الرئاسية الأخيرة التي شهدتها البلاد، وفي حال الموافقة على إقرارها سيتم إحالتها على البرلمان حيث يتمتع حزب جبهة التحرير الوطني الحاكم وحلفاؤه بالأغلبية

in

http://www.alquds.co.uk

.


49 ans après un 5 Juillet.

Salima GHEZALI
Lundi 4 Juillet 2011
Une bavure militaire à quelques jours de la célébration du 5 juillet n’est pas pour rendre les choses plus festives qu’elles ne l’étaient. Des émeutes à chaque liste d’attribution de logements. Des examens de fin d’année dans un climat d’urgence nationale. Et une série de dysfonctionnements qu’il serait fastidieux et inutile de répertorier. C’est, depuis des années, devenu une banalité de pointer du doigt tout ce qui ne va pas. Et de faire  de la dénonciation l’œuvre ultime de l’acte citoyen. Entre l’immolation individuelle, l’émeute collective et les multiples formes de violence auxquelles conduit le désespoir il ne manque pas d’arguments pour noircir le tableau. En face, une vieille habitude a consisté pour les défenseurs du régime de répondre à tous les mécontents : c’était pire sous colonisation ! Et effectivement, c’était pire. Pour les algériens. Et c’est pour cela que le peuple s’est soulevé. Mouloud Mammeri illustre dans  sa Lettre à un français la valeur de la parole engagée dans un combat salvateur. Nous la reproduisons  dans les deux langues dans ce numéro où nous introduisons des articles en langue arabe.

Mais, aujourd’hui, 49 ans après l’Indépendance, le soulèvement est-il encore la seule forme de lutte que l’on veut concéder aux algériens ? Y acculer la population est peut-être la solution de ceux qui n’ont jamais cru aux vertus de la politique. Et cela est en soi une politique. Que la France coloniale a appliquée avec constance et que l’armée française a recommandée sur tous les théâtres où elle a eu à pratiquer le savoir-faire acquis lors de la Guerre d’Algérie. Même s’il n’était pas attendu de l’Indépendance qu’elle règle tous  les problèmes d’un coup de baguette magique, il est terrible de vouloir limiter de la sorte le champ des possibles. En ce 5 juillet où pour la première fois depuis l’indépendance nationale nous assistons à un redéploiement militaire français dans l’espace maghrébin, la voix de ceux qui ont fait de la construction politique de la société algérienne une option stratégique gagne à être entendue. Hocine Aït Ahmed, Abdelhamid Mehri ou Lakhdar Bouragaa qui soutiennent, chacun à sa manière et avec ses propres mots, que l’alternative à ce régime en déliquescence se fera par et dans la reconstruction de l’encadrement politique de la société algérienne sont les invités de ce numéro. Et par ce que le monde arabe bouge Bassma Kodmani nous donne un éclairage sur le lien entre Souveraineté et Démocratie. Deux termes d’une équation que Derguini Arezki interroge dans un long papier sur lequel nous reviendrons dans un prochain numéro dans le cadre d’un débat contradictoire.


Benjamin Stora : « On assiste à la naissance de l’individu arabe »

L’historien et spécialiste du Maghreb publie un livre d’entretien autour du « printemps arabe ». Un bouleversement radical qu’il juge irréversible et qui traduit la volonté des citoyens de prendre enfin en main leur propre destin.

Qui ne connaît son nom ? Professeur d’histoire du Maghreb contemporain à l’université Paris-XIII, auteur d’une trentaine d’ouvrages, Benjamin Stora fait autorité depuis un bon tiers de siècle dès qu’il est question de l’Algérie, pays auquel il a consacré ses premières recherches. Mais il est aussi depuis fort longtemps un spécialiste de l’immigration en France et surtout l’un des observateurs les plus aigus des évolutions du monde arabe. Il ne pouvait donc qu’être particulièrement attentif aux révolutions et aux révoltes qui ont eu lieu, qui sont en cours ou qui couvent au Maghreb et au Moyen-Orient. Il publie d’ailleurs en ce début du mois de juin Le 89 arabe, un livre d’entretien avec Edwy Plenel, patron du journal en ligne Mediapart et ancien directeur de la rédaction du quotidien Le Monde. Ce « 89 » renvoie aussi bien dans son esprit à la Révolution française de 1789 qu’à la chute du mur de Berlin en 1989, façon de signifier – comme l’entretien qui suit le prouve à l’évidence – à quel point il prend au sérieux, et considère comme irréversible, cet ébranlement des sociétés arabes auquel on assiste aujourd’hui. Et qu’il constate sur le terrain : lorsque nous l’avons rencontré, il revenait de Tunisie, le pays où tout a commencé, et préparait un voyage imminent au Maroc.

Jeune Afrique : Si on devait résumer en quelques mots ce qui est en train de se passer dans le monde arabe…

Benjamin Stora : On dirait que c’est une aspiration formidable à la liberté. Le fait de ne plus devoir se taire, subir, accepter d’être obligé de ruser avec le réel, avoir des stratégies de discours compliqués pour éviter d’être réprimé. Tout cela, donc la peur, c’est fini.

Et en développant un peu ?

On peut enfin s’exprimer directement et déclarer ce que l’on pense du réel. Et plus seulement entre amis, dans l’espace privé, le seul où l’on pouvait dire jusqu’ici ce que l’on pensait des pouvoirs, des insuffisances des intellectuels, des problèmes économiques… Le seul pays, peut-être, où il y avait, au moins dans la presse écrite, cette liberté de parole, c’était l’Algérie. Mais une presse dont l’audience est limitée par rapport aux grands médias plus ou moins officiels. Au Maroc aussi, il y a eu une liberté de la presse, en particulier entre 1998 et 2003, mais c’était moins vrai depuis un certain temps. De fait, le seul média « lourd » avec une liberté d’expression qu’on trouvait dans le monde arabe, c’était Al-Jazira, qui invitait des opposants à des talk-shows et n’essayait pas de camoufler ou de contourner le réel.

Mais ce qui me paraît également très important en ce moment, c’est que les sociétés arabes sont à la recherche de vrais partis politiques, et non plus seulement de partis organisés par le haut. Elles sont, dans le même ordre d’idée, en quête de vrais syndicats, d’intellectuels qui sont dans une authentique posture critique.

Pendant cinquante ans, depuis les indépendances, ce n’était pas le réel qui faisait l’objet de débats mais uniquement des idéologies. Seuls comptaient l’anticolonialisme, l’anti-impérialisme, le rejet de l’Occident ; ou encore le nationalisme arabe ou l’islamisme. Quand on est englouti par les idéologies, cela n’amène pas à parler des problèmes réels, comme le marché, l’économie, le rapport effectif à l’Occident et à sa propre histoire. Et cela favorise des pensées complotistes, obscures ou compliquées, qui consistent à croire que tout se passe toujours derrière le rideau.

Donc, avant tout, on assisterait à un retour au réel ?

Ce retour au réel, c’est ce qui me frappe le plus, et aussi ce qui me plaît le plus aujourd’hui. On veut penser par soi-même, librement, indépendamment des pouvoirs, des États. Et des idéologies qui sont arrivées de l’extérieur et qui ont été imposées aux peuples depuis si longtemps.

S’agit-il de révolutions liées à une situation objective devenue insupportable ? Ou plutôt d’une sorte de révolution subjective, dans la tête des gens ?

C’est bien sûr une combinaison des deux. Mais on peut dire qu’on assiste dans le monde arabe à la naissance de l’individu, de celui qui peut exister indépendamment de la tradition, de la famille, de l’État. Même la pratique religieuse massive d’aujourd’hui peut être interprétée ainsi : comme l’expression, désormais, d’une croyance personnelle, individuelle, et non plus comme le simple respect de la tradition communautaire. Ce phénomène, on pouvait le repérer en fait depuis assez longtemps. Par exemple en s’interrogeant sur les harraga, ces jeunes du Maghreb qui veulent à tout prix partir, quitter leur pays. Ils disent tous la même chose : on ne part pas comme un ambassadeur, au nom de la famille, du quartier, du village comme autrefois. Ils ne partent pas pour une communauté mais en leur nom propre.

Si le phénomène était ainsi prévisible, avec des signes avant-coureurs, pourquoi avons-nous tous été tellement surpris par ce qui vient de se passer ?

C’est classique, les exemples abondent dans l’histoire. On a beau accumuler tous les indices, on ne peut prédire ce qui va se passer. Dès 2000, un chercheur, Philippe Fargues, avait décrit dans son livre Générations arabes. L’alchimie du nombre tous les facteurs démographiques – la diminution de la taille des familles en particulier – qui expliquent l’évolution qu’on constate aujourd’hui. La « modernisation » de la société apparaissait à la fois comme la cause et la conséquence de l’effondrement démographique qu’on constatait dans le monde musulman au Maghreb et au Moyen-Orient, de Rabat à Téhéran, avec pour seule exception, en raison de sa situation très particulière, Gaza. Un phénomène qui était sans doute aussi lié à une appréhension du futur : on fait moins d’enfants quand on discerne mal l’avenir. D’autant que le recul des idéologies messianiques – du nationalisme à l’islamisme –, qui ont un rôle rassurant, ne pouvait que renforcer cette incertitude et la peur de l’inconnu.

Parmi les indices, en plus des harraga ou de la démographie, il y avait encore l’abstention aux élections, de plus en plus massive à l’évidence malgré les chiffres officiels proclamés. Mais les discours de nombreux intellectuels occidentaux qui parlaient d’une spécificité des sociétés arabes peu enclines à bouger, ou du risque islamiste si les dictatures disparaissaient – légitimant ainsi la répression –, n’aidaient pas à se faire entendre quand on soutenait autre chose. Contrairement à l’idée reçue, il y avait bien des interlocuteurs possibles pour ceux qui voulaient encourager une évolution ou un changement des régimes.

Et parmi les éléments objectifs, lesquels, au-delà des dictatures évidemment insupportables, ont été déterminants ?

On peut citer, cela va de soi, la chute du mur de Berlin et la fin de l’URSS. Puis la guerre civile algérienne et la barbarie qui l’a accompagnée, lesquelles ont servi, si l’on peut dire, de contre-modèle. Tout cela préparait un retournement de l’Histoire, qui a trouvé de surcroît un point d’appui décisif avec l’élection de Barack Obama à la Maison Blanche.

Pourquoi cela démarre-t-il dans cette Tunisie, qu’on disait presque apathique, plutôt qu’ailleurs ?

On peut trouver plusieurs raisons de fond pour l’expliquer. La structure interne de la société tunisienne pendant la colonisation n’avait pas été trop atteinte du point de vue anthropologique, religieux, social. L’histoire du nationalisme tunisien, malgré des affrontements, a pu se poursuivre sans véritable rupture, avec des points d’ancrage et des pôles d’influence très forts, comme le Néo-Destour côté politique ou l’UGTT [Union générale tunisienne du travail, NDLR] côté syndical. Le potentiel du pays et de ses élites n’était pas entamé. Il restera presque intact, malgré les vicissitudes, jusqu’à nos jours. Ensuite, et c’est important, la Tunisie était le pays le plus alphabétisé de la région et même de tout le monde arabe. C’est le pays où les femmes ont le plus de droits depuis Bourguiba. Aussi, ce qui pouvait passer aux yeux de beaucoup pour de l’apathie n’était en fait que la marque d’une société qui s’était construite sans connaître une situation de rupture. Et il y avait là les ingrédients qui pouvaient conduire à l’explosion. Car c’est au sein de cette société très éduquée, qui avait conservé ses élites, qu’est apparu un clan familial mafieux, inculte, en un mot très éloigné de ce qu’est le pays. Un clan qui ne s’appuiera finalement que sur une tradition policière. En décalage total avec toute l’histoire de la Tunisie. On peut donc parler d’une sorte de révolution culturelle, destinée à supprimer ce décalage insupportable entre la société et le pouvoir politique. Ce qui ne veut pas dire, bien sûr, qu’il n’y a pas eu aussi un ressort social, avec l’intérieur du pays abandonné et la côte touristique choyée par le régime.

En Tunisie comme ailleurs, le mot révolution est-il adapté pour parler de la situation récente ou en cours ?

Je suis pour l’emploi de ce mot. Même si je comprends ceux qui disent qu’une vraie révolution implique un projet de société radicalement différent. Le simple fait de sortir d’une société où l’on avait peur de vivre pour aller vers une société où la liberté s’exprime, cela correspond à un processus révolutionnaire. Un processus de reprise en main de son propre destin, sur lequel, je crois, on ne reviendra pas. Quand on voit le courage dont font preuve aujourd’hui les Syriens, c’est inouï. Cela montre bien que, même si la répression peut être violente, très violente, plus rien n’est et plus rien ne sera comme avant dans le monde arabe. Ce qui se passe renvoie, je le redis, à quelque chose de très profond, qui redéfinit à la fois le rapport des individus à la société et tout le lien national. Depuis la fin du temps colonial, il y avait une vision simple de l’État et de la nation : l’État protège et construit les frontières de la nation. Attaquer l’État, c’était donc diviser la nation et la mettre en péril. Aujourd’hui, c’est l’inverse, la société peut reconstruire l’État, se poser en garant du drapeau. Évidemment, cela va prendre des années. Et cela va obliger à se poser des questions sur toute une série de sujets jusque-là plus ou moins mis de côté, comme le statut des femmes, celui des minorités ou le rapport à l’Occident.

En Algérie, il se passe à la fois beaucoup de choses et rien de déterminant pour l’instant, semble-t-il…

L’Algérie est à la fois en avance et en retard. En avance, car les Algériens peuvent avoir le sentiment d’assister à un remake de ce qu’ils ont déjà vécu il y a vingt ans, entre 1988 et 1990, avec l’effervescence démocratique. Mais l’Histoire n’est pas une suite de remakes, elle se fait en avançant. Et si les Algériens ne voient pas ce qui se passe ailleurs, ils risquent de se retrouver en retard. Car s’ils ont obtenu des avancées au niveau de la société civile, comme la liberté de la presse, le régime et son mode de fonctionnement sont restés intacts, comme avant. Le poids du passé, et en particulier de la guerre civile, est là, qui ne rend pas facile un changement radical.

Et le Maroc ?

Il y a un mouvement de refus de l’absolutisme qui est profond là aussi. D’autant qu’il est lié à la structure sociale du pays. La question du passage à la monarchie constitutionnelle va rester posée, elle ne pourra pas être mise de côté. Alors que le problème ne se posait pas jusqu’à très récemment.

Et en Tunisie, comment voyez-vous l’évolution de la situation ?

L’élection de la Constituante va être un moment très important. Notamment, mais pas seulement, pour évaluer la force des islamistes et des autres mouvements. Mais c’est encore en gestation, il est difficile d’y voir clair. Ce qui est déjà acquis, c’est qu’on est dans une situation caractérisée par la pluralité. Et c’est fondamental. Les Tunisiens seront encore des pionniers avec les premières élections entièrement libres. L’enjeu est donc majeur.

L’Égypte ?

La question qui se pose : la mutation de tous les partis existants et celle de l’armée. En se transformant en parti, les Frères musulmans, en particulier, vont changer de statut. Ils vont cesser d’être vus comme une confrérie, un mouvement associatif, pour devenir un parti politique parmi d’autres, obligé de se prononcer sur tous les sujets. Cela change beaucoup. Même s’ils devaient être le premier parti du pays, ils ne pourront plus dire qu’ils parlent au nom du peuple entier. On peut aussi voir l’émergence d’autres partis et le retour sous une nouvelle forme d’anciens partis. Et puis il y a bien sûr le problème de l’armée : il est envisageable qu’elle change de rôle, qu’elle ait une place moins centrale après avoir été obligée de s’adapter à la nouvelle donne.

Comment tout cela peut-il avoir un effet sur le problème palestinien ?

Il n’y a aucune raison que la question de la démocratie politique ne se pose pas là aussi. Notamment pour les pays occidentaux impliqués. On ne peut pas à la fois saluer l’avènement de la démocratie dans le monde arabe et s’en désintéresser quand cela concerne la question nationale palestinienne. Cela va nécessairement bouger pour la création d’un État palestinien.

__


Propos recueillis par Renaud de Rochebrune

sur Jeuneafrique.com

 

 


Paradoxale démocratie
sur une crise de légitimité démocratique

P. Deramaix

Ecrits il y a quelques années, ces textes qui se situent dans le contexte de la lutte des sans-papiers interrogent les fondements et la limites de la démocratie. Ils gardent d’autant plus leur actualité que la persistance du vote d’extrême-droite manifeste un ancrage sans équivoque de cette idéologie dans l’électorat français. Plutôt que de stigmatiser cette formation politique au nom d’un antifascisme consensuel, nous choisissons, dans ce texte et dans d’autres, de penser les fondements et les limites de la démocratie, en se référant aux sources de la pensée républicaine.
P. Deramaix, mai 2002

« En république, c’est la volonté du peuple souverain qui fait loi. Encore faut-il que le peuple puisse exprimer une volonté cohérente et dynamique et qu’il soit clairement informé des données de son présent et des perspectives de son avenir »
De prime abord, le démocrate ne pourrait qu’adhérer à cette déclaration politicienne marquée, semble-t-il, du coin du bon sens : la République est l’expression institutionnalisée de la volonté du peuple, et pour que ce peuple soit à même de l’exprimer en toute lucidité, il convient qu’il soit éclairé. A l’évidence, nous recevons ici l’écho à peine assourdi de la philosophie des Lumières… Or, il se fait que la pensée politique du locuteur (note 1 ) , homme politique français, ne doit rien aux Aufklärer ; replacé dans le contexte, cet énoncé s’inscrit dans une mise en cause virulente de la légitimité de la République et dans une dénégation radicale des principes fondateurs de la démocratie française.

L’évidence fait place ici à un certain nombre de paradoxes et de problèmes : la volonté générale peut être invoquée pour permettre le renversement de la démocratie, le peuple peut même « vouloir » se démettre de sa souveraineté ; l’assimilation de la volonté générale à la volonté d’un peuple détruit l’universalisme de la démocratie qui fait place à un particularisme identitaire qui, d’une manière ou de l’autre, oblige à définir ceux qui sont partie prenante de la volonté générale par rapport à ceux qui – comme « étranger » – sont exclus de la citoyenneté ; l’exercice de la souveraineté populaire repose sur une information transparente qui fait défaut, ou du moins reste problématique. Ce constat suppose que, par lui-même, le peuple reste soumis à la subjectivité collective des opinions : l’action positive d’une figure capable d’assumer cette fonction d’élucidation s’avère donc nécessaire. Ce qui ouvre en conséquence la question de « l’autorité » à la fois politique et morale, dont l’autonomie problématise la souveraineté collective du peuple.

Ce ne sera pas faire trop crédit, j’espère, aux fantasmes nationaux-frontistes que de reconnaître que la plupart des démocraties européennes traversent une crise de l’autoreprésentation induite autant par l’exacerbation des pulsions xénophobes et identitaires, que par la perte de souveraineté socio-politique résultante de la mondialisation de l’économie. Ce ne sera pas jouer les Cassandre d’estimer que certaines de ces démocraties européennes, au moins, vivent une perte de légitimité, aux yeux de l’opinion publique, induite par des dysfonctionnements structurels dans les domaines de la justice, de la moralité politique, qui résultent de la pénétration mafieuse dans l’économie et l’administration et de la substitution des réseaux de solidarité sociale à des structures de protection clientéliste et féodaux. Enfin le chaos d’une planète ébranlée par conflits régionaux et dominé par la seule logique du libre échange qui se substitue à la (in)stabilité dynamique d’un monde bipolaire n’est pas sans ébranler les certitudes idéologiques qui ont charpentés nos représentations politiques de l’après-guerre.

Notre questionnement s’adresse donc à la démocratie, en prenant celle-ci, ou du moins ses fondements philosophiques et éthiques, comme référent. Notre réflexion entrelacera une triple interrogation : qu’est-ce la volonté générale ? d’où exerce-t-elle son pouvoir ? quel est le fondement de sa légitimité ? En d’autres termes, il s’agira de poser la question du politique, de l’exercice du pouvoir, de ses modalités et de son champ d’application, ainsi que de ses assises de légitimation qui nous permettent de reconnaître dans la puissance de la démocratie l’expression réelle de nos volontés et de nos désirs.
Aux frontières de la démocratie

Le point d’appui de notre réflexion sera la question, globalisée, des frontières de l’Etat du droit. Si la démocratie repose sur la participation au pouvoir, par la médiation de la représentation et de la délégation de la souveraineté aux mains de l’Etat, et trouve son fondement dans un assentiment contractuel permettant à la communauté d’échapper à la violence de l’état de nature, elle ne peut faire l’économie, en raison des déterminations historiques de son émergence, d’une définition préalable de la citoyenneté. Est citoyen quiconque peut, légitimement, c’est-à-dire de façon institutionnalisée, participer aux mécanismes d’élection et de délégation de pouvoir : une telle définition, formalisée par le code de la nationalité et les lois électorales, établit nécessairement une frontière, une ligne de partage entre la citoyenneté et l’exclusion du corps social. La figure de l’étranger apparaît de prime abord dans la conscience populaire d’autant plus facilement qu’une confusion est établie entre la citoyenneté et la nationalité, mais nous pouvons aisément rappeler que d’autres catégories de la population se trouvent exclues de la citoyenneté et se trouvent, de fait, dans une position d’étrangeté par rapport à la démocratie : enfants et mineurs d’âge, incapables et déchus des droits civiques restent en marges de la décision politique, mais on peut rappeler que jusqu’il y a quelques décennies (1948 pour la Belgique, mais après les années 1970 pour la Suisse !), les femmes restaient réléguées, comme non citoyennes, dans la sphère privée. Aujourd’hui encore, elles restent sous-représentées au sein des structures de représentation politique.

Pourquoi parler de frontières ? Cette notion est emblématique de la crise qui traverse les démocraties européennes. Celles-ci, à la suite des accords de Schengen, tendent à renforcer le contrôle à leur frontières fermées aux migrations extraeuropéennes tout en s’ouvrant largement à l’intérieur de la « forteresse » européenne. D’autre part, dans l’ordre économique mondial, la liberté de circulation des capitaux et des marchandises est d’autant mieux assurée que les décisions économiques – globalisées à l’échelle mondiale – sont prises en dehors de toute frontières, c’est-à-dire, par-delà et au-dessus des souverainetés nationales. L’exemple de l’AMI – Accord Multilatéral sur les Investissements – qui tend à imposer des contraintes aux Etats en matière d’investissement supranationaux est peut-être l’exemple type de la crise de souveraineté des Etats de droit face aux nouvelles féodalités transnationales du secteur privé. C’est dans ce contexte de dérégulation économico-sociale que la « crise » s’installe durablement : une crise sociale, marquée par une dualisation excluant une large partie de la population de l’emploi et à terme du bénéfice des prestations sociales revues de manière restrictives ; une crise de développement induit par la pression exercée par les instances internationales de financement – la Banque mondiale et le FMI – qui imposent aux Etats débiteurs une politique néolibérale qui, certes favorise les investissements étrangers, mais qui a comme conséquence d’aggraver la fracture sociale en destabilisant les économies traditionnelles et de subsistance ; une crise écologique, conséquence du productivisme industriel, qui – conjointement aux démentèlement social et économique à la périphérie du monde industrialisé – dégrade considérablement l’environnement – et par là les conditions matérielles d’existence – de populations de plus en plus étendues.

Cette précarisation de la vie économique et sociale suscite naturellement des tensions nouvelles qui s’expriment entre autre par l’exacerbation des rêves identitaires et des extrémismes idéologiques, et par une nouvelle forme d’opposition à la modernité occidentale se manifestant dans le cadre culturel et religieux de l’Islam. D’autre part, l’effondrement des régimes communistes a réveillé ces vieux conflits nationalistes que l’autoritarisme communiste a étouffé tout en exacerbant, par les déplacements forcés des populations et les annexions territoriales, les ressentiments. Ces antagonismes géopolitiques se conjuguent avec d’imposants mouvements de populations de nature diverse : migrations économiques, afflux de réfugiés de guerre, exils consécutifs aux catastrophes écologiques ou aux famines, purifications ethniques et déplacements forcés de populations, fuites de régimes oppressifs, mouvements colonisateurs… Plus que jamais, notre planète nous apparaît comme un espace géographique fermé dans lequel, d’une manière ou de l’autre, nous sommes confrontés à la pluralité des cultures et à la coexistance, par-delà et au sein des nations, de populations issues d’horizons divers.

Au nomadisme conquérant du capital se juxtapose, et s’oppose, le nomadisme errant des victimes de la dualisation sociale. Cette errance ne concerne pas seulement les migrants et les exilés politiques, elle est le fait d’un non-prolétariat qui ne jouit même plus du statut d' »exploité ». Chômeurs de longue durée, jeunes non insérables dans le marché de l’emploi, clochards volontaires ou non, accompagnent ces exilés, dits « sans-papiers », en quête du « droit d’avoir des droits ». Nous sommes entré, semble-t-il, dans l’ère sociologique des « sans », celle d’une nouvelle forme d’identification oppositionnelle et revendicative marquée par un vécu de plus en plus conscient d’exclusion assumée et dénoncée comme telle.

C’est dans le traitement de ces marges que s’évalue la solidité de l’enracinement éthique de la démocratie qui, fragilisée, en vient à s’interroger sur la possibilité de sauvegarder quelque droit pour ceux qui, en raison de leur extranéité – géographique ou sociologique – se voient considérés comme « inintégrables », ou « ininsérables » dans le corps social ou dans les circuits économiques. A l’évidence, des lignes de fracture apparaissent, qui – s’appuyant en apparence sur le consensus populo-nationaliste du repli identitaire – manifestent en réalité une mésentente profonde sur ce que peut, et doit, accomplir l’Etat en matière d’intégration sociale. La volonté générale, que l’on croyait assoupie dans une gestion pragmatique de la précarité sociale, s’éveille dans de multiples actes transgressifs, montrant qu’une fraction de la société ne peut plus – dans le cadre démocratique – accepter qu’une autre, de plus en plus large, reste à la fois présente dans notre univers quotidien, et en dehors de l’espace politique.

Aux revendications des sans-abri déterminés à « squatter » les bâtiments délaissés par les promoteurs immobiliers, aux mouvements des sans-travail, chômeurs installés dans la longue durée, qui entendent reconquérir le droit à la parole y compris face aux syndicats s’ajoutent la détermination des « sans-papiers » qui, refusant la clandestinité, affichent leur détermination à s’insérer, contre la volonté des pouvoirs publics, dans le champ de la légalité et de la légitimité. Dans ces trois cas, nous avons affaire à un mouvement de réaffirmation des droits fondamentaux, qui, loin d’opérer une rupture avec l’ordre démocratique, entendent refonder celui-ci en rappelant à l’Etat les termes élémentaires du contrat social.

Paradoxalement la transgression – occupations « illégales » par les sans-abri, aide aux étrangers en séjour irrégulier, manifestations des chômeurs, acting-out des sans-papiers – est de nature à renforcer l’Etat de droit, en mettant à jour les fractures sociales laissées béantes par l’économisme à courte vue des gouvernants, plus qu’elle ne le destabilise. Mais ce renforcement ne pourra être le résultat que d’un acheminement qui prendra plusieurs voies déterminée par le déroulement des luttes. En effet, la crise de légitimation de la démocratie, dont la résurgence du racisme, l’exclusion sociale et la pratique des déportations d’exilés, n’en sont que quelques-uns des symptômes, pourrait fort bien déboucher sur l’effondrement de celle-ci, si du moins les pouvoirs publics, à l’échelle européenne, ne parviennent pas à relever le défi posé par le mouvement social. Une rupture radicale s’installerait au cours duquel l’Etat de droit, dans ses manifestations présentes, pourrait perdre sa légitimité et changer de nature.

En la circonstance, la prudence du langage devient pusillanimité : au coeur même de nos démocraties libérales, le droit fait place à la force, le contrat social est rompu, du chef de ceux-là même qui en avait la protection en charge. Concussion, nepotisme, corruption, violence sociale, lâcheté morale, mensonge et terrorisme guerrier font partie du paysage ordinaire d’un théâtre politicien dont les acteurs se refusent à affirmer la primauté du droit et du politique, par rapport aux intérêts économiques particuliers, y compris les intérêts mafieux, qui motivent la plupart de leurs décisions politiciennes.

Emblématique est la figure sociale des « sans », sans-travail, sans-abri, sans-papiers. Dans le premier cas, l’ordre économique est incapable d’intégrer en sein la part de la population qui, par manque de « compétence » , « de rentabilité » ou de « flexibilité », ne répond pas ou plus aux critères de compétitivité que l’économisme libéral impose aux travailleurs. Si les prestations sociales pouvaient jusqu’à présent assumer la charge mutuelle et collective de revenus de substitution, cette protection qui est le fruit de luttes sociales et qui fait partie intégrante du contrat social, en tant qu’élément constitutif des droits humains (note 2 ) se trouve de plus en plus remis en cause par les pouvoirs publics. Dans les pays industrialisés, où le surplus social est largement suffisant pour pallier la pauvreté structurelle des exclus sociaux, ces hommes, ces femmes, et leurs enfants, en marge du productivisme industriel sont de plus en plus traités comme revus, êtres malléables, utilisable dans des corvées précaires et jetables hors du système de protection sociale dès qu’il s’avèrent être un fardeau pour l’économie productiviste. Conséquence de l’exclusion sociale, la perte du droit au logement précarise l’individu non seulement sur le plan matériel mais aussi sur le plan relationnel. Le nomadisme forcé des sans-abris entraine une succession dramatique de ruptures, affectives, familiales, sociales, professionnelles, et enferme ces errants de nos villes dans la solitude et la misère morale, autant que physique. On ne peut se détourner les yeux, l’espérance de vie diminue dès que l’on se trouve en marge de la prospérité et que l’on se situe à la lisière, ou en-deçà du niveau de pauvreté : les maladies infectieuses quasi disparues réapparaissent en force, la sous-alimentation s’observe y compris dans les capitales européennes, les toxicomanies, alcoolisme compris, font partie d’un paysage sociologique que l’on espérait révolu.

Les démocraties se montrent étrangement incapables ne fut ce que d’infléchir cette paupérisation, sinon que par des mesures ponctuelles qui, pour être individuellement utiles n’apportent aucune solution de fond, et les renforcent souvent par des procédures administratives humiliantes et répressives. Des administrations allemandes ne se privent pas de violer le droit à la circulation et les libertés individuelles des sans-abri en interdisant la résidence ou la circulation dans certaines villes ou quartiers. Les mesures anti-mendicité prises dans certaines municipalités françaises ont le même effet. Tout individu d’aspect nomadisant devient, en dehors du moindre délit, suspect, quand le nomadisme et la pauvreté elle-même, ne deviennent pas un délit « de parasitisme ». L’exclusion du logement, résultat de la domination de l’économisme libéral dans le champ politique, est à la source, du fait du quadrillage administratif du corps social qui requiert la domiciliation fixe comme condition d’octroi de la reconnaissance de l’identité sociale, de l’exclusion de la citoyenneté et donc d’une mise en marge du contrat social. Que cette marginalisation prenne un caractère dialectique (ou systémique) et qu’elle s’opère tant à travers le comportement répressif ou exclusif du pouvoir qu’à travers le mouvement de retrait, parfois transgressif, de celui qui en est victime, importe peu. A l’évidence, l’ordre démocratique n’assure plus l’universalité et la mutualité du droit.

Significatif aussi est la situation des « sans-papiers », situation largement médiatisée en raison de la résistance civique entreprise en vue de leur réinsertion dans le champ du droit. L’acting-out (note 3 ) des sans-papiers dévoile, par l’indifférence ou l’attitude répressive de la plupart des Etats, la xénophobie ordinaire de nos démocraties. Que signifie cette prévention à l’égard du migrant ?

Sans entrer ici dans les considérations ordinaire sur le racisme, l’antiracisme et leurs avatars, nous devons reconnaître que la persistance des flux migratoires, des mouvements d’exil et de demande d’asile, en dépit des fermetures de frontières aux non-ressortissants de la CEE témoigne d’une situation globale, à l’échelle planétaire, qui fut, en son temps, évoquée par Hannah Arendt ( note 4 ) . Des groupes de plus en plus large d’êtres humains se retrouvent, en raison de contraintes économiques (qui résultent de la globalisation de l’économie libérale), ou en raison de la répression politique ou de contraintes géopolitiques (comme les conflits régionaux ou internationaux), privés d’Etat, c’est-à-dire privé de la protection assurée normalement par l’Etat. Dans le cas du migrant, l’individu se retrouve dans une situation d’extranéité, assumant tant bien que mal l’exil sociologique et politique en tentant l’insertion économique dans un pays d’accueil. Mais cette insertion économique et sociale souvent réussie ne s’accompagne pas d’une insertion politique et citoyenne dans la mesure où, sauf exception, l’étranger ne participe pas aux suffrages démocratiques. Cette marginalisation politique donne prise aux discours xénophobes qui tendent à considérer l’étranger comme un facteur d’insécurité, voire le vecteur d’intérêts antagoniques aux intérêts nationaux.

Cette vision pessimiste ne se justifie aucunement, dans la toute grande majorité des cas. Seuls des groupes politiques extrémistes ou des intérêts économiques étrangers – légaux ou non – pourraient donner prise à de telles critiques, or ces menaces ne sont que très faiblement portées par les migrants qui font l’objet de la vindicte de la xénophobie ordinaire ou politicienne. A côté du migrant économique, se trouve la situation de l’étranger mis en situation d’irrégularité à la suite des politiques restrictives en matière d’immigration : le sans-papiers, entré le plus souvent régulièrement, se retrouve acculé à la clandestinité sociale s’il ne veut pas perdre, d’un coup, le bénéfice des années de résidence régulière dans le pays d’accueil. Traité comme un délinquant, comme un rebut ou une menace, le « clandestin » est réduit à la condition précaire du semi-esclave. Ses droits se limitent aux droits fondamentaux qui restent lettre morte le plus souvent, en raison des contraintes économiques qu’il subit quotidiennement et qu’entraîne l’exclusion de la citoyenneté et de la sociabilité induite par le refus de reconnaissance administrative. Incarcéré dans des centres de détention, « déporté » massivement, dans considération des liens sociaux et familiaux qui aurait pu établir au sein du pays d’accueil, le migrant clandestinisé, ou le débouté du droit d’asile, se retrouve privé du droit d’avoir des droits, traité comme un fardeau et rejeté hors de la démocratie comme un rebut. La criminalisation de la migration, de l’errance et du nomadisme est le principal symptôme de la rupture du contrat social, rupture provoquée par l’Etat ( nous ne visons pas ici la répression légitime et nécessaire de la criminalité ordinaire, intérieure ou internationale ) qui, au lieu d’assurer la prééminence du politique, inscrit étroitement son action sur une perspective étroitement économique et sur une démagogie mensongère.

Dès lors que le pouvoir, du chef de nos mandataires politiques, consent, au coeur même de nos démocraties libérales et au sein des Etats de droit, à l’exclusion des droits fondamentaux, et à traiter des hommes, des femmes, des enfants comme un poids dont il faudrait se débarrasser, on peut s’interroger légitimement sur l’avenir de la démocratie, qui non seulement est en butte aux divergences habituelles dans le champ social et politique, se trouve profondément remis en cause dans son essence même. Car l’exclusion est en fait une rupture du contrat social, une rupture provoquée par ceux-là qui sont chargés, par la volonté générale, d’en assurer l’application. Qu’une partie de la conscience collective, sous la forme d’un électorat éventuellement majoritaire, s’égare dans les lisiers de la xénophobie ou de l’extrémisme pose certe un problème stratégique majeur mais n’infléchit en rien la portée de notre raisonnement : quand bien même un seul citoyen, au coeur d’un totalitarisme ou d’un despotisme, garderait en lui le souci du contrat social et de l’universalité du droit, refusant toute sujétion au pouvoir exercé par un gouvernement dévoyé, il resterait, même isolé dans un désert politique, vecteur de la volonté générale.

Pour saisir les enjeux de cette problématisation de la démocratie, nous ne pourrons faire l’économie d’un retour aux sources théoriques de l’Etat de droit pour comprendre que cette fissure sociale, exprimée dans les mouvements de désobéissance civique, est une composante paradoxale, peut-être, mais essentielle de la démocratie que l’on ne saurait réduire à l’exercice du pouvoir légitimé par le jeu électoral.

Face au pouvoir institué se trouve le corps social, unifié en une volonté générale qui, pour relever d’un inconscient ou plutôt d’un non-dit social, n’en affiche pas moins sa détermination lorsque l’essentiel de la démocratie se trouve ébranlé par les événements. Cette volonté générale sous-tend la relation contractuelle qui lie les citoyens entre eux et les amène à se défaire de leur liberté naturelle – qui serait, hors du politique, nécessairement confinée dans les rêts implacables des rapports intersubjectifs marqués par la violence – pour conquérir les libertés garanties par le droit et exercer, dans l’espace public, la souveraineté collective du peuple.
La déception démocratique

La dimension paradoxale de la démocratie se dévoile par un enchevêtrement de contradictions qu’il nous faudra élucider, à défaut de pouvoir les résoudre. La première est que l’universalité du droit, qui s’applique à tous les hommes dont la liberté est reconnue en raison de leur rationalité et l’autonomie de leur jugement, trouve son application concrète dans une structure étatique historiquement et géographiquement déterminée. L’Etat de droit prendra la forme d’une nation, territoire rendu à son autonomie, dont la souveraineté passera par une définition sans équivoque des limites du champ d’application du droit. Dès lors à l’universalisme du projet démocratique se succèdera le particularisme des intérêts nationaux au sein de la communauté humaine. Secondement la démocratie, si elle institue le règne du droit au sein de la nation, n’est pas parvenue, jusqu’à présent, à juguler le règne de la force dans la communauté internationale. Sur le plan cosmopolitique, les Etats vivent selon l’ordre de la nature, régulant la violence de leur rapports politiques par le jeu de la dissuasion militaire et laissant aux plus puissants d’entre eux le soin d’intervenir par la force là où le droit international (le droit des nations souveraines plus que des peuples) est ébranlé.

Mais c’est dans la structure interne de la démocratie que la contradiction essentielle peut-être mise à jour. Expression de la volonté générale, l’Etat de droit institutionnalise la politique par le biais du pouvoir législatif. Le droit ainsi énoncé est censé refléter, par le jeu des représentations politiques, la volonté du peuple. Or, il est banal de constater qu’une distance, une faille subsiste nécessairement entre les désirs, individuels et collectifs, du peuple et la force du droit telle qu’elle s’exprime positiviment. A ce titre, la démocratie apparaît toujours quelque peu décevante dans la mesure où le peuple se retrouve frustré du pouvoir émanant de sa volonté générale. En fait, le législateur se trouve dans la position paradoxale de devoir légiférer, c’est-à-dire énoncer des lois contraignantes, tout en affirmant qu’il reste soumis à la volonté générale. Le peuple, quant à lui, conquiert une liberté médiatisée par l’Etat de droit qui, pour pouvoir fonctionner efficacement, est contraint d’instrumentaliser ses sujets. Le citoyen se retrouve à la fois maître et sujet.

On pourrait estimer que cette aporie démocratique n’est qu’un accident qui pourrait être dépassé selon deux modalités contradictoires. D’un côté, le bourgeois, l’homme privé, attaché rationnellement à son intérêt particulier, pourrait revendiquer une dépolitisation de l’espace public, laissant à la sphère privée le soin de réguler, par les mécanismes de marché, les antagonismes d’intérêts. L’Etat serait ainsi réduit au strict minimum, confinant son activité à la protection juridique des intérêts privés. D’un autre côté, le citoyen pourrait revendiquer l’adéquation parfaite entre la volonté générale et le droit, cherchant dans les modalités diverses de la démocratie directe, non médiatisée la représentation et la délégation des pouvoirs, à abolir la faille entre le droit – comme concrétisation politique de la volonté générale – et la volonté populaire, comme fait sociologique. Une telle démocratie directe, qui prétend faire l’économie de l’institutionnalisation du droit, conduit en fait à une nouvelle forme de despotisme qui serait, non pas celui d’un souverain institué métasocialement, mais d’un tyran collectif – masse anonyme et déresponsabilisée – dictant sans médiation juridique une volonté régie uniquement par des déterminations psycho-sociologiques. A terme, de la collectivité d’un pouvoir ainsi diffus, surgit inévitablement le tyran – leader naturel – confondant en sa personne le droit et le fait.

Hannah Arendt a montré comment la tyrannie peut être, dans le cadre de la modernité politique et du collectivisme social, ramené à l’anonymat d’un pouvoir diffus, bureaucratique, d’autant plus implacable que nul ne peut se prévaloir d’une responsabilité personnelle dans la mise en oeuvre des exactions. Un tel pouvoir totalitaire apparaît en l’absence de la médiation du droit, médiation qui institue un tiers, représentant et énonçant le droit, à la fois issu et détaché du corps social. Le droit agit comme médiation instituée entre la volonté générale et l’exercice concret du pouvoir qui se trouve en fait régulé et limité par l’action du législateur. Ce dernier, commis par le peuple et en son nom, afin d’exercer l’autorité sur le peuple dépend, en fait, du suffrage populaire. L’universalité du droit se conquiert donc par le biais de l’universalisation du suffrage, c’est-à-dire par l’extension de la citoyenneté à tous ceux qui, d’une manière ou de l’autre, seront assujettis à la volonté du législateur.
Il nous faudra donc considérer la distinction paradoxale entre le droit, comme expression de la volonté générale, et le fait sociologique de la volonté populaire comme constitutive de la démocratie qui se trouve en conséquence, par sa nature même, problématisée d’une double manière.

Du peuple peut surgir une volonté collective antidémocratique capable d’ébranler, jusqu’à la destruction, l’Etat de droit. En s’interrogeant sur la souverainté populaire, Rousseau escomptait largement sur la sagesse collective. Pour lui, la souveraineté est « inaliénable et indivisible », car « la volonté est générale, ou elle ne l’est pas. Elle est celle du corps du peuple, ou seulement d’une partie. Dans le premier cas, cette volonté déclarée est un acte de souveraineté et fait loi ; dans le second cas, elle n’est qu’une volonté populaire, ou un acte de magistrature ; c’est un décret, tout au plus. » (voir note 5 )

Inaliénable, parce qu’il exprime une volonté générale irréductible à un particularisme, la souveraineté ne peut être le fait que d’un être collectif, subsumé historiquement sous les figures du peuple ou de la nation, qui « ne peut être représenté que par lui-même ». En raison de la nature collective de la souveraineté, la volonté générale ne peut que coincider qu’accidentellement, et temporairement avec une volonté particulière dans la mesure où « la volonté particulière tend, par sa nature, aux préférences, et la volonté générale à l’égalité » (note 6 ) . Si la volonté générale est irréductible à un vouloir spécifique, celui, par exemple, d’une forme déterminée de gouvernement ou d’une politique à tenir, on peut se demander en quoi consiste, in concreto, la volonté générale. La réponse doit être recherchée dans le contractualisme de Rousseau qui définit précisément cette volonté générale comme l’assentiment, mutuel et conscient, au contrat social. Ce dernier est très simple : « chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale ; et nous recevons encore chaque membre comme une partie indivisible du tout » (note 7 ) . Nous avons là « une aliénation totale de chaque associé avec tous ses droits à toute la communauté » qui ne trouve sa force qu’à la stricte mesure de l’universalité du contrat passé – chacun et tous les membres sont concernés – et de l’égalité des droits ainsi garantis. Car, paradoxalement, cette aliénation individuelle de la puissance spontanée dans une relation mutuelle de devoirs réciproques et d’abandon à la souveraineté collective, renforce la position de chacun qui voit sa sécurité et ses droits particuliers garanties par la collectivité entière. Cependant cette liberté nouvellement acquise se paye d’une médiation juridique : la pouvoir collectif s’exerce en instituant des lois, énoncées au nom de l’intérêt général, qui prendront un caractère contraignant. Cette contrainte est forte : à qui se refuse au contrat social, la société est en droit de retirer sa protection.

Le « contrat social » est un modèle théorique de la démocratie – il en expose l’essence plus qu’il ne le décrit sociologiquement – aussi ce n’est qu’imparfaitement que ce modèle se réalise historiquement. Les mécanismes d’exercice de la souveraineté populaire que Rousseau analyse en discutant les diverses formes de gouvernements, sont conjoncturels et peuvent varier selon les circonstances géographico-historiques. Quoiqu’il en soit, un principe reste constant : l’exercice du pouvoir est médiatisé par le jeu de la représentation politique. Nous avons, dans les procédures électives, une délégation du pouvoir du peuple aux mains de citoyens choisis pour leurs mérites – le suffrage universel étant une modalité d’évaluation, par le peuple, des mérites comparés des divers candidats – et leurs compétences qui se voient ainsi investis du pouvoir législatif et exécutif.

De la confusion entre les formes démocratiques de gouvernement et la souveraineté populaire provient l’erreur de jugement qui consiste à mettre en doute la valeur de la démocratie en raison de l’impéritie d’un gouvernement élu démocratiquement. Il ne s’agit pas d’inscrire en faux la souveraineté populaire, qui serait incapable de choisir adéquatement son maître, mais de reconnaître que l’exercice du pouvoir est médiatisée par des individus dont la subjectivité se trouve exacerbée par les responsabilités politiques. La volonté générale, en tant que telle, ne peut errer, « elle est toujours droite et tend toujours à l’utilité publique », ce dont il ne faut pas conclure que les délibérations concrètes du peuple aient « toujours la même rectitude » pour la simple raison que le peuple, éventuellement désinformé, n’a pas nécessairement la lucidité adéquate pour distinguer entre l’intérêt privé et l’intérêt général. En fait, l’institution gouvernementale n’est pas de nature contractuelle en raison même de l’inégalité de fait qui s’instaure entre celui à qui le pouvoir de légiférer a été confié et le peuple. Pour qu’une relation contractuelle puisse avoir lieu validement, la mutualité et l’égalité, qui fait défaut dans le rapport entre le pouvoir et le peuple, est nécessaire.

Le rapport gouvernant/gouverné s’avère paradoxal dans le cadre conceptuel établi par Rousseau puisque d’une part le gouvernant est institué par le souverain, à savoir le peuple exprimant sa volonté générale, et d’autre part, il exerce un pouvoir sur le peuple. Rousseau résout la contradiction en affirmant que le gouvernant n’est un ministre, mandaté par le peuple, pour assumer une responsabilité dans laquelle sa volonté particulière, sa subjectivité, doit, sous peine de dérive antidémocratique, être rélégué à l’arrière plan. Le gouvernant se trouve en effet, malgré lui, sur la pente de l’usurpation du pouvoir : « comme la volonté particulière agit sans cesse contre la volonté générale, ainsi le gouvernement fait un effort continuel contre la souveraineté. Plus cet effort augmente, plus la constitution s’altère ; et comme il n’y point ici d’autre volonté de corps qui, résistant à celle du prince, fasse équilibre avec elle, il doit arriver tôt ou tard que le prince opprime enfin le souverain (le peuple) et rompe le traité social » ( note 8 ). Vice « inhérent et inévitable » qui altère le corps politique à l’instar du vieillissement naturel, cette dégénérescence – usurpation par un gouvernement devenu tyrannique de la volonté populaire ou déliquescence de l’Etat par fragmentation des pouvoirs rendus à leur subjectivités provinciales – n’est possible qu’à la mesure de l’affaiblissement de la volonté générale, aboulie du citoyen replié dans la sphère bourgeoise de ses intérêts privés ou usurpation politicienne de ses intérêts privés promus indûment au rang de l’intérêt général. Apathie et anomie sociales se conjuguent, pour le plus grand bénéfice des politiciens cyniques, avec les aigreurs pseudo-civiques tissées de ressentiments, de haine et de pulsions autoritaristes, ou, au contraire benoîtement confinées dans le particularisme sociologique et la défense régressive d’intérêts sectoriels.

En prenant en compte sa subjectivité, et, par là, dans son opposition à la volonté générale, le gouvernement tire son intérêt de la passivité populaire et de la fragmentation du corps social. Il attend du peuple qu’il se plie sans réticence à l’autorité, y compris quand le droit fait place à la factualité des rapports sociaux de domination, réintroduisant l’inégalité là où le contrat social devrait garantir la liberté et l’autonomie pour tous. Les idéologies de la soumission, qui mettent en scène la théâtralité du pouvoir sous la forme d’instituants métasociaux, tendent à oblitérer, dans la conscience collective, la distance critique nécessaire à l’évaluation objective de la légitimité du pouvoir. Cependant, il y a une légitimité dans l’attente de la soumission : dans la mesure où le processus législatif est médiatisé par l’institution d’Etat, le pouvoir se détache nécessairement du fait sociologique exceptionnel qui serait l’expression directe de la volonté générale. Cette dernière ne se manifeste qu’en ces moments privilégiés de l’Histoire où l’action politique, les mouvements de masse, y compris dans ses dimensions sociologiques, coincide avec la constitution juridique de la démocratie. Mais dès la démocratie constituée, la fissure apparaît entre le droit et le fait social, laissant surgir, dans son autonomie, le pouvoir d’Etat. L’exercice du gouvernement, parce qu’elle met en oeuvre une politique, parce qu’elle impose un pouvoir – légitime mais contraignant – au peuple ne peut faire l’économie d’une instrumentalisation des consciences qui, tour à tour, prend la figure de la menace (celle de la répression), de la légitimation idéologique, et de la séduction.

Rousseau met en évidence la difficulté qui apparaît dans la constitution historique d’une démocratie. Le législateur assume nécessairement une fonction d’éducation, mais pour qu’il puisse être institué en pleine connaissance de cause, il faut que le peuple soit éclairé, c’est-à-dire que le travail pédagogique soit, par avance, réalisé. « Pour qu’un peuple naissant pût goûter les saines maximes de la politique et suivre les règles fondamentales de la raison d’Etat, il faudrait que l’effet pût devenir la cause; que l’esprit social, qui doit être l’ouvrage de l’institution, présidât à l’institution même ; et que les hommes fussent avant les lois ce qu’ils doivent devenir par elles ». On pourrait pressentir, dans l’évocation de cette circularité, une théorie de l’avant-garde politique, d’une conscience anticipante qui serait assumée par une élite éclairée, exerçant, de manière autoritaire si besoin est, un travail d’émancipation malgré, voire contre la volonté du peuple. Cependant Rousseau affirme que le gouvernement, sous peine de retomber dans le despotisme, ne peut recourir à la force pure. Si le raisonnement ne porte pas, en raison de la fausse conscience d’un peuple incomplètement émancipé, il deviendra nécessaire de recourir « à une autorité d’un autre ordre, qui puisse entraîner sans violence et persuader sans convaincre ».

Obtenir l’assentiment du peuple souverain afin qu’il obéisse dans la liberté : cette quête de la servitude volontaire est une des clés du discours du pouvoir. Qu’est-ce que la politique ? C’est l’art d’unifier les volontés individuelles pour en faire un tout cohérent, où chacun met à disposition de tous, et dans l’intérêt de la cité, ses ressources, en sacrifiant l’intérêt immédiat, mais en gagnant la sécurité et la paix. Pour unifier ces volontés, pour concentrer le pouvoir sur le souverain pour convaincre individus de se départir de leur égoïsme ou de leur subjectivité pour se soumettre à la volonté générale. Il faut en conséquence persuader, convaincre, raisonner mais aussi séduire. La politique est inséparable du spectacle, qu’il soit rite religieux, tragédie, drame, faste et fête, meeting ou comice, manifestation de rue ou débat télévisé… parce que la politique consiste, d’une manière ou de l’autre à communiquer : ordonner, proclamer, discourir, persuader, séduire, raisonner, argumenter… l’homme est un animal politique, disaient les Grecs, parce qu’il parle.

Le spectacle, l’apparat du pouvoir, les fastes de la démocratie ou la médiatisation du politique, c’est la mise en scène de la parole : c’est la rhétorique, le jeu de langage qui – parce que l’homme est aussi fait d’émotion et de désir – mobilise les passions au risque d’endormir les consciences. C’est aussi la démonstration du pouvoir, des pouvoirs : c’est la parole performatrice, celle qui ordonne, qui institue, qui fait acte. C’est aussi la persuasion rationnelle… démonstration de savoir et de pouvoir-raisonner, mise en oeuvre de la logique. La démocratie s’installe là où la parole est partagée, et où la passion fait place à la raison.

Ici encore, dans la spectacularisation de la vie publique, la « différence » s’installe entre l’idéal d’une communication rationnelle, transparente, véridique et le jeu fictionnel de la séduction. Sachant mieux que quiconque que son mandat dépend d’une opinion instable, peu rationnelle et mal informée, l’homme politique, ayant fait ses classes auprès des conseillers en communication, sophistes de notre temps, ne pourra manquer de ruser avec la volonté du peuple, tâchant, à partir de sa propre subjectivité, de se concilier une volonté émergente d’un faisceau disparate de citoyennetés plurielles. Dès lors, le discours politique prendra nécessairement un tour fictionnel que l’analyste superficiel confondra aisément avec le mensonge. Entre la fiction et le mensonge subsiste cependant une différence essentielle qui réside dans la lucidité partagée du locuteur et de l’auditeur. Un discours mensonger qui se sait mensonger et que l’on sait pertinement qu’il relève de la « diplomatie » ou du double-langage n’est plus un mensonge que pour les naïfs. Pour le citoyen un tant soit peu informé, il devient un jeu de langage, un code que le politique, tout comme le citoyen, apprend à maîtriser.

En fin de compte, le peuple détient – tant que la force ne s’est pas substituée au droit – les rennes du pouvoir, ou du moins, la responsabilité lui incombe dans l’acceptation de la sujétion à l’Etat de droit. Et il a bien raison d’accepter cette démission de souverainté individuelle dans la mesure où c’est précisément dans cette aliénation de soi que se trouve la clé du contrat social.

Mais toute relation contractuelle ne reste valide que dans la liberté d’un engagement lucide et volontaire qui, dans la réalité sociale, n’existe que théoriquement. En fait, le contrat passé avec l’ordre social reste quelque peu léonin : la sujétion politique accompagne une dépendance économique et, souvent, une relation sociale hiérarchisée. Dès lors, le degré d’autonomie de l’individu moyen reste problématique, ou en tout cas, elle n’existe qu’au prix d’une conquête, d’une lutte qui, sans être à mort, met en jeu la célèbre dialectique du maître et de l’esclave. Qu’es-tu prêt à payer pour ta liberté ? Entre la servitude sociale, sécurisante mais asservissante et l’autonomie d’une liberté fragile et responsabilisante, beaucoup se démettent de leur indépendance pour accepter, bon gré mal gré, une inféodation aliénante. Mais, en droit, le peuple détient la souveraineté, et en conséquence, la responsabilité d’un gouvernement délétère.

Ayant en main le jeu démocratique, la volonté générale se doit de s’exprimer dans les circonstances où la démocratie se voit menacée, problématisée ou ébranlée, par le comportement de ceux qui sont investis d’un mandat public. Simple dépositaire du pouvoir qu’il exerce, le gouvernant répond de ses actes vis-à-vis du peuple, mais le peuple quant à lui, détient une responsabilité d’autant plus lourde qu’elle s’inscrit dans l’Histoire. En effet, la liberté politique dont nous jouissons, et dont, le plus souvent nous ne faisons pas grand chose, ne nous appartient pas en propre, mais il est le fruit d’un héritage marqué de sueur et de sang, le fruit de luttes ancestrales dont nous bénéficions, tardivement, éventuellement en démocrate de la 25e heure, sans que nous ayions à en payer le prix. Il est vrai que c’est de plein droit que nous jouissons de nos libertés, mais cet usufruit nous place devant une responsabilité historique – celle de maintenir vivant l’ordre démocratique – qui nous rend débiteur vis-à-vis de nos concitoyens mais surtout à l’égard des générations futures.

Le discours consensuel de la légitimité du pouvoir ne doit pas faire illusion, non qu’il soit faux : en droit, le pouvoir démocratique est légitime et toute transgression de la loi appelle sanction. Mais dans les faits, l’exercice du pouvoir problématise la démocratie, introduit en son sein une césure irréductible, nécessaire, et somme toute, logique, entre la volonté générale et la volonté politique du pouvoir institué. Dans la mesure où cette césure est constitutive de la démocratie, qu’elle résulte des principes essentiels de son fonctionnement, le peuple exerce en droit sa souveraineté en réaffirmant, au besoin contre telle ou telle politique gouvernementale – et sans remettre en cause sa légitimité – sa volonté. Aussi, c’est par delà le discours de légitimation que l’on portera un regard critique sur les dérives constatées au sein de la démocratie, dérives qui trouvent leur source dans les contradictions sociales que nous évoquions ci-dessus.

La fonction critique que le peuple souverain doit assumer porte sur les bornes de sa souveraineté. En effet, en tant que mandaté,  » celui qui rédige les lois n’a donc ou ne doit avoir aucun droit législatif, et le peuple même ne peut, quand il le voudrait, se dépouiller de ce droit incommunicable, parce que, selon le pacte fondamental, il n’y a que la volonté générale qui oblige les particuliers  » (note 9 ) ; les limites du mandat politique sont doubles : d’une part l’action législative doit être conforme à la volonté générale, ce dont on peut s’assurer « qu’après l’avoir soumise aux suffrages libres du peuple », mais elle doit en outre se conformer au pacte fondamental. Nous ne faisons pas ici allusion seulement à la constitutionnalité d’une législation, la loi fondamentale d’une nation relève encore du droit positif et pourrait fort bien être en décalage avec la volonté du peuple sans que pour autant les fondements de la démocratie soient ébranlés. Le principe même de la souveraineté, le contrat social lui-même, peut cependant – dans des circonstances politiques particulières – se voir remis en cause dans des actes qui, par nature ou par leurs effets, détruisent la mutualité des obligations et l’universalité du droit. Dans ces circonstances, la volonté générale doit se réaffirmer dans une opposition radicale non point pour ébranler la démocratie dans ses assises, mais pour la refonder, retournant aux sources de sa constitution. C’est dans cette mesure, et dans ces circonstances particulières, que se pose la question de la légitimité d’une insurrection, d’une transgression civique des lois.

La nécessité de la protection mutuelle entraine comme conséquence que la communauté dispose de la vie de chacun, qui peut être mise en jeu là où la communauté est mis en péril. Par ailleurs, si un individu menace l’ordre social au point de menacer l’Etat, ou d’ébranler la démocratie, le souverain, le peuple, est en droit d’exclure cet individu du bénéfice du contrat social, et donc, de le priver de sa liberté et au besoin de sa vie. Les formes et les modalités de la sanction pénale sont normalement établies par la législation, mais le pouvoir de sanctionner appartient en fait au souverain, au peuple lui-même Cependant la communauté, s’il délègue habituellement ce pouvoir aux magistrats dans les formes prévues par la loi, est en droit, là où la justice et le droit font défaut du fait de l’impéritie des mandatés, de rétablir lui-même – par son pouvoir constituant – la justice.

Il ne s’agit pas de préconiser ici le lynchage ou les formes plus ou moins dévoyées de la justice directe, de la vindicte populaire ou de la vendetta : nous sorterions du champ politique pour retomber ici dans l’état de nature préexistant à la constitution de la cité. Cependant, si l’Etat faillit à son devoir, s’il ne peut, pour des raisons sociologiques ou historiques particulières, assumer le contrat social et assurer la protection des citoyens, on peut se demander dans quelle mesure l’Etat, comme expression concrète et particulière d’une volonté générale bafouée, peut continuer à se prévaloir de sa légitimité. L’insurrection du peuple, qui s’ébranlerait pour refonder la démocratie là où elle n’existe plus, devient un acte constituant se déroulant hors et contre l’Etat. Pour cette raison l’insurrection réintroduit dans le champ historique la violence d’une confrontation sociale que l’Etat de droit, inexistant ou défaillant, se montre incapable de prévenir. La force ressurgit ainsi palliant un droit devenu inexistant, mais cette violence n’a pas pour but de détruire le droit, mais de le rétablir contre toute dérive politicienne susceptible de réinstaurer le règne – clanique, féodal, despotique, tyrannique ou totalitaire – de la force contre le droit.

Dans un cas comme dans l’autre, le droit encadre la force, lui donnant légitimation et raison d’être de sorte que, tant la puissance de l’Etat que le pouvoir constituant de l’insurrection légitime ne puisse déployer d’autre violence que celle indispensable au maintien ou au rétablissement du droit. Force et droit se conjuguent donc dans la mesure où le droit ne peut se passer de la force pour assurer sa pérennité, soit que l’Etat légitime, est capable d’assurer le droit, en contraignant par la force si besoin est au respect du contrat social, soit que le peuple souverain assume le devoir de reprendre, de force si besoin est, les rennes en main là où l’Etat trahit le contrat social.

En regard de ce que l’actualité sociale et politique nous impose, nous sommes en devoir constant de nous demander, en tant que citoyen, dans quelle mesure le devoir d’obéissance ne doit pas faire place au devoir de résistance.

P. Deramaix

notes

1. Il s’agit de JEAN-MARIE LE PEN, « J’appelle la France à combattre le déclin, la décadence, la servitude », in National Hebdo, 12 nov. 1987, cité par MARYSE SOUCHARD… et al., Le Pen, les mots : analyse d’un discours d’extrême-droite, éd. Le Monde, 1998, p. 144
2. article 25 de la déclaration universelle des droits de l’homme, 1948
3. l’acting-out est l’affirmation publique d’une activité jusqu’ici clandestinisée, mais à l’encontre de l’acting out gay, qui affiche dans la fierté l’identité homosexuelle en se revendiquant sa légitimité, l’acting-out des sans-papiers se situe dans une dénonciation d’une situation sociale subie, quoique criminalisée par les pouvoirs publics, qui met en demeure l’Etat d’apporter une solution à la situation existentielle devenue insupportable. L’Etat se trouve donc devant le choix entre assumer sa politique de criminalisation en expulsant au mépris des droits fondamentaux, ou régulariser administrativement les migrants en situation irrégulière, reconnaissant par là la légitimité de la présence du migrant et, en corollaire l’égarement éthique et politique des mesures xénophobes.
4. M.-C. CALOZ-TSCHOPP, éd., Hannah Arendt, les sans-Etat et le « droit d’avoir des droits » : actes du colloque du Groupe de Genève, « violence et droit d’asile en Europe », Université ouvrière de Genève, 1997. – Paris, L’Harmattan, 1998
5. JEAN-JACQUES ROUSSEAU, du Contrat social, L II, ch. 2, éd. Garnier,1960, p. 251
6. Rousseau, o. c., L. II, ch. 1., p. 250
7. Rousseau, o. c., L. I, ch. 6, p. 244
8. Rousseau, o. c., L . III, ch. 10, p. 294
9. Rousseau, o. c., p. 274



Par Salima Ghezali.
Mardi 26 Avril 2011

Il ya plusieurs façons de faire fausse route. Continuer dans la même voie pour le régime. Et appeler à un coup d’Etat pour l’opposition.

Que le Président Bouteflika soit malade cela ne constitue qu’un facteur aggravant de la crise. Cette dernière était déjà là quand le public sortait les chaises sur les trottoirs pour écouter aux terrasses des cafés le Bouteflika du premier mandat discourir à l’infini. Sur l’Algérie et sur le monde. Sur le passé et sur l’avenir. Sur le peuple et sur le pouvoir. Sur le président et sur les généraux.

Mais sur toutes ces questions Bouteflika comme tous ses prédécesseurs- et ceux qui les ont fait- n’a eu que des discours.

La réalité n’a jamais été abordée sérieusement. Par les actes. Ce n’était pas le but du jeu. Même si les discours se sont multipliés, tantôt se répétant. Tantôt se contredisant. Tantôt dans le style du sketche de Ramadan. Tantôt dans le savant babillage des experts. Et tantôt dans les roucoulements de quelques courtisans. Ou les rugissements de quelques opposants. La plupart en service commandé. Ou même pas. Ce qui est presque pire dans l’évaluation de l’état d’avilissement politique d’une société.

Bouteflika est malade et Ali yahia Abdennour demande sa destitution légale par recours à l’article 88 de la constitution.

A la tête d’une CNDC politiquement aussi malade que le Président lui-même, le vieux routier des Droits de l’Homme veut confier à un « conseil national de transition » désigné par un clan (fût-il de l’opposition !) la mission de tracer la feuille de route pour la sortie de crise.

On devine que cela ne va pas plaire aux autres clans. Ceux dans l’opposition. Pas plus que ceux déjà au pouvoir. Mais quel bonheur pour la crise !

Enfin ! Il ya là de la vraie matière pour continuer à faire comme avant en ayant l’air de changer. Et en changeant juste les figurants. Pour juste un épisode.

Et ce n’est pas le pire ! Le pire est que le pays, sa crise multiforme, sa société déstructurée, sa morale en putréfaction avancée, ses équilibres précaires, ses élites sous influence, traumatisées ou au bord de la crise de nerfs, ne seront pas en mesure de supporter le choc d’une autre issue illusoire.

Encore une porte ouverte sur le vide et tout le monde descend !

Ou plutôt tombe.

Qu’il est doux à demander Iskat ennidham ! Quand on est persuadé que le Nidham c’est l’Autre !

Quand on oublie, ou ne sait même pas, de combien d’autres on est l’Autre !

Et qu’on est le Nidham de tous ceux pour qui on est l’Autre.

On croit un certain nombre de choses assez curieuses chez nous.

Que seul le pouvoir est porteur de fausses solutions.

Que seul le pouvoir est concerné par le changement.

Que seul le pouvoir doit mettre ses actes en conformité avec ses paroles.

Et quand ça tourne mal on appelle l’armée à un redressement révolutionnaire.

Ou les jeunes à prendre les maquis.

Le problème est qu’on se trompe lourdement à demander aux militaires de prendre partie dans cette affaire.

Qu’ils n’ont plus les moyens, combien même en auraient-ils l’envie, de redistribuer les cartes comme ils l’ont toujours fait jusqu’ici.

Le problème est que les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus envie de mourir pour les multiples « opiums »des idéologies. Même pas celles d’Internet.

Tant qu’à faire avec la violence. Les maquis des narco- trafiquants et du trafic d’armes sont un horizon stratégique ouvrant bien plus de perspectives de promotion sociale qu’un statut de martyr pour une révolution « par et pour les autres »

Dans sa faillite, le Pouvoir algérien a réussi à entrainer la faillite de l’opposition. Et la faillite de la société. C’est là le drame. Et c’est à ce drame qu’il faut trouver une solution.

C’est en cela que l’Algérie n’est pas concernée de la même manière que les autres par le « Printemps arabe ».

La révolution, si elle devait avoir lieu ici, sera consensuelle, négociée et pacifique !

A tous les autres programmes ce sera NON !

Elle a déjà donné l’Algérie !

Aux illusionnistes, aux génies du changement par décret, aux révolutionnaires de palais, aux relais d’ambassades, aux imbéciles impénitents, aux prédateurs à dents longues, aux assassins, aux calomniateurs, aux fanfarons, aux traitres, aux criminels et aux mercenaires de toutes obédiences !

Elle a donné les plus naïfs de ses enfants. Les plus irremplaçables. Par ce qu’on mettra longtemps avant de faire pousser à nouveau sur cette terre de cette sorte d’enfants qui meurent pour des idées.

On ne mourra plus désormais que pour tuer. La nuance est de taille. Entre ces deux espèces de candidats au sacrifice.

Il ya une génération qui a été sacrifiée. Et une autre qui préfère vendre chèrement sa peau. Et tant qu’à l’offrir ce sera aux poissons. Au feu. A la corde. Au bitume. Mais pas pour vos figures.

Les réactions au discours prononcé par le président Bouteflika vendredi dernier révèlent au moins une chose. La fracture qui traverse la scène algérienne entre une société virtuelle qui dispose du pouvoir réel, dont celui de neutraliser les institutions, et une société réelle qui ne dispose que d’un pouvoir virtuel, celui de se mobiliser.

Il reste quelques chances de sortir le pays de ce jeu pervers qui consiste à faire se télescoper le virtuel et le réel Sans que jamais ils ne se rencontrent.

Il est temps 50 ans après l’indépendance de libérer la société et le pouvoir. De ce piège des apparences. Fausses institutions, fausses sociétés, fausses mobilisations, fausses solutions et des textes à profusion.

Une seule règle en amont : Pas d’exclusion. Une seule en aval : le respect de la règle. Et entre les deux se mettre d’accord sur la règle.

Par une curieuse ironie du sort, à l’époque où Bouteflika remplissait bien sa mission d’amuseur des foules, après le diner en s’installant pour rigoler un bon coup on allait écouter le président parler dans les chaumières et on disait faut pas rater Cassandra ! C’était le nom du feuilleton mexicain à la mode avant l’arrivée des concurrents turcs.

Pour rappel Cassandre est le nom de cette héroïne grecque qui annonce les catastrophes. Dont la destruction de Troie.

Pour rappel également, un homme averti de la chose politique algérienne avait dit de Bouteflika à son arrivée au pouvoir : il enterrera le système… ou le pays.

Ne l’aidons pas à enterrer le pays par de fausses solutions.
S.G.


Algérie: vers la fin du compromis social fondé sur la rente ?
23 Avril 2011 Par ahmed.dahmani
L’Algérie indépendante fut marquée par l’organisation de son économie autour de la rente pétrolière. Un compromis social, tacite, s’est établi autour de ce système, dans les années 1980. Constamment remis en cause, ce modèle survivra-t-il aujourd’hui dans un pays en pleine mutation ?

Ahmed DAHMANI, membre de la section LDH Val-de-Bièvre et du Collectif « Pour un Maghreb des droits de l’Homme »

Plusieurs faits marquants, dans l’Algérie de ces dernières années, attestent la dégradation de la situation économique et sociale et le rejet du pouvoir politique qui domine depuis l’indépendance en 1962. Tous les jours, depuis le début des années 2000, des populations poussées à bout (1) sortent dans la rue pour crier leur colère, sous forme d’émeutes, de saccages, d’incendies d’édifices publics, de barrages de routes, etc. (2) Des jeunes, et des moins jeunes, sortent dans les rues de leurs agglomérations, parfois de simples bourgades, pour crier leur désespoir et revendiquer, qui un travail, qui un logement, qui de l’eau potable, etc. D’autres faits, non moins dramatiques, concernent des hommes, des femmes – et pas seulement des chômeurs –, parfois des catégories sociales en principe établies (travailleurs, employés, voire fonctionnaires…). Ils tentent la traversée à la recherche de l’eldorado, au nord de la Méditerranée, et souvent se retrouvent au fond des mers, dans les prisons tunisiennes ou libyennes, soit, pour les plus chanceux, dans les centres de rétention (à Lampedusa ou ailleurs), avec l’espoir d’une libération hypothétique. Enfin, en écho aux révoltes de la Tunisie voisine, à l’acte désespéré de Mohammed Bouazizi, une vingtaine d’Algériens ont commis le même geste d’immolation, et quatre en sont morts.
Nous retrouvons en Algérie quasiment les effets des mêmes causes que dans les autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient (3) : chômage endémique, faiblesse du pouvoir d’achat et surtout absence de toute perspective, notamment pour les jeunes générations, en dépit de potentialités socio-économiques et culturelles importantes. La situation paraît cependant singulière, comparée à celle des pays de la région.

L’Algérie indépendante et l’Etat rentier

La spécialisation de l’Algérie dans la production et l’exportation des hydrocarbures date de la fin de l’ère coloniale, au milieu des années 1950. Toutes les stratégies de développement initiées par les gouvernements algériens successifs, de même que les programmes d’ajustement structurel, dictés par le FMI au milieu des années 1990, n’ont fait que renforcer cette tendance.
Ainsi, en douze ans, la part des hydrocarbures (pétrole et gaz) dans le produit intérieur brut a été multipliée par 1,65 : si, en 1995, les hydrocarbures représentaient 29 % du PIB, ils passent à 47,9 % en 2007. Quant à la fiscalité pétrolière, elle atteint 78 % en 2006, contre 62 % en 2002 ; et autour de 12 %, seulement, dans les années 1960. La part des hydrocarbures dans les exportations était de 69 % en 1970. Elle est aujourd’hui de 98 %. Même le Venezuela et l’Arabie saoudite sont en deçà. La branche des hydrocarbures, qui assure l’essentiel des exportations de l’Algérie, constitue le principal moteur de l’économie. Le prix du pétrole demeure la variable déterminante de la politique économique de l’Etat. Chaque année, le budget, le programme des importations, le volume des différentes subventions, etc., sont calculés en fonction du prix du pétrole. Ses fluctuations, notamment quand elles sont à la baisse, peuvent provoquer de graves problèmes économiques et sociaux.
Cette « rentisation » de l’économie s’étend aussi à la société. Elle a été un choix permanent de l’Etat algérien, plus précisément son groupe dominant (armée et services de sécurité), qui va privilégier un type d’intégration sociale financé par les ressources de la rente plutôt que fondé sur le travail et la production. S’établit alors un type de rapport singulier où l’Etat n’exige pas du citoyen-travailleur des devoirs mais ne lui reconnaît pas de droits : une sorte de « contrat » tacite, où l’absence d’efforts dans le travail et la production a pour contrepartie l’abstention de toute revendication sociale. Singulière configuration que ces rapports entre l’Etat et les citoyens !

L’illusion d’une prospérité sans limites

Dans la mesure où il centralise cette ressource, l’Etat se voit dans l’obligation de la redistribuer. Pour leur part, les citoyens vont considérer cette obligation morale de l’Etat comme un droit imprescriptible : les besoins sociaux se multiplient, les demandes sociales sont croissantes et insistantes. A cet effet, les entreprises étatiques et les administrations sont sommées d’employer des sureffectifs pour limiter la pression du chômage. La plupart des entreprises relevant de l’Etat sont maintenues en activité, alors que leur situation financière est catastrophique. Les prix des produits de consommation courante sont subventionnés par l’Etat pour soutenir le pouvoir d’achat des couches défavorisées, et éviter leur mécontentement.
La stabilité sociopolitique dépend dorénavant de ce nouveau « contrat ». Dans les faits, elle dépend moins des conditions internes du rapport direct de l’Etat aux citoyens que du lien avec le marché pétrolier international. D’où la capacité de l’Etat à négocier une part toujours plus importante de la rente pétrolière.
L’accès à la rente, l’inscription dans ses réseaux et ses circuits deviennent les préoccupations essentielles des différents agents économiques et sociaux. De nouvelles valeurs sociales marquent l’acte d’investissement, de production et de consommation. La croyance en une croissance sans limites, grâce au pétrole, est tenace (elle s’avérera illusoire). Le gaspillage et l’apparat deviennent des normes établies, au niveau des structures et des responsables étatiques. L’esprit de création, les capacités d’innovation ne sont pas encouragées. La culture de la rente s’impose à l’ensemble du corps social : perte du sens de l’effort, mépris du travail, développement de l’esprit de jouissance et de consommation, de l’illusion d’une prospérité sans limites. L’esprit civique disparaît et la corruption se généralise.

Une économie extrêmement fragile

En 1985-1986 l’Algérie subit un contre-choc pétrolier violent : les cours s’effondrent et se conjuguent avec la dévaluation du dollar (monnaie exclusive des transactions d’hydrocarbures). Pour l’Algérie, le choc va être particulièrement ressenti. Les importations sont réduites, l’approvisionnement des ménages et des entreprises chute. Tous secteurs confondus, la production baisse, le déficit des entreprises étatiques s’alourdit et leurs découverts bancaires s’aggravent. Le déficit budgétaire devient permanent et la dette extérieure empire. Ce retournement brutal du marché pétrolier va révéler l’extrême vulnérabilité d’une économie où la rente agit comme une variable exogène, déterminant le niveau d’activité économique, le niveau d’emploi et d’investissement, la politique économique.
Sur le plan social, les conditions de vie de la majorité de la population se dégradent dangereusement. Encouragé par les pénuries, le marché parallèle connaît un développement sans précédent. Plus grave encore, pour une société algérienne marquée par l’égalitarisme cultivé lors de la lutte de libération nationale, l’affairisme, la spéculation, l’étalage sans retenue de leurs richesses par les nouveaux nantis détonnent dangereusement avec l’austère décennie 1970. Conséquence logique, le mécontentement social se développe rapidement, jusqu’aux émeutes d’octobre 1988.
Entre 1988 et 1991, des réformes économiques et politiques sont engagées (4) : nouvelle Constitution instituant le multipartisme ; libéralisation de la presse écrite ; ratification des conventions internationales de protection des droits de l’Homme, etc. Mais ce processus de libéralisation politique n’a jamais été conçu par les tenants du pouvoir d’Etat comme un renoncement à l’exercice du monopole politique. Tout au plus est-il considéré comme un assouplissement des règles de son fonctionnement. L’essentiel est de maintenir à la source principale sinon exclusive du pouvoir politique les principaux généraux de l’armée et des services de sécurité, de préserver la même opacité dans la chaîne des décisions.

De la décennie de violences à Bouteflika

Cette volonté de ne pas se dessaisir du monopole politique explique l’interruption du processus électoral, qui devait assurer la victoire des islamistes aux législatives de décembre 1991. L’Algérie va alors connaître plus d’une décennie de violences meurtrières, causant des centaines de milliers de morts, de disparus, des blessures physiques et psychologiques profondes, à ce jour encore béantes.
L’atténuation des violences coïncide avec l’arrivée au pouvoir d’A. Bouteflika. Coopté par les principaux cercles de décision, il est seul candidat à la présidentielle d’avril 1999, et bien sûr élu. Aujourd’hui, le Président en est à son troisième mandat (5). Dès son premier mandat, il profite de la nette amélioration de la situation économique, grâce au renchérissement des prix du pétrole.
Jamais, dans l’histoire de l’Algérie indépendante, le pays n’a disposé d’autant de ressources financières. Près de quatre cents milliards de dollars sont engrangés en une dizaine d’années. Une manne inattendue, qui servira à apurer la dette extérieure, à financer de grands chantiers d’infrastructures et à disposer de réserves de change (6). Néanmoins, l’horizon économique demeure peu lisible et l’Algérie cumule les dépendances de toutes natures : les chantiers d’infrastructures et de logement sont confiés à des entreprises étrangères (asiatiques, turques, égyptiennes, etc.), qui recrutent une partie de leur main d’œuvre dans leur pays d’origine. Le sous-développement agricole rend impérative l’importation de près de la moitié de la consommation alimentaire des Algériens. Et surtout, la prédation et la corruption, naguère contenues ou limitées, prennent des proportions colossales.

Un Algérie aujourd’hui en colère

Attisée par l’afflux de milliards de dollars dans les caisses de l’Etat, l’avidité des nouveaux riches est sans limites, l’étalage de leurs fortunes mal acquises indécente aux yeux de la majorité de la population, qui voit les inégalités sociales s’aggraver, les catégories populaires, et même les couches moyennes, se paupériser. Près de 40 % de la population ne dispose pas du seuil minimum (trois cent cinquante euros mensuels) pour vivre modestement. Le chômage est estimé à 10 % mais les rues algériennes sont bondées de jeunes vivant du « commerce informel », quand ils ne passent pas leurs journées dans l’oisiveté et l’ennui, sans espaces de loisirs ou de détente. Le logement est inaccessible pour la plupart des citoyens qui voient se multiplier les programmes de construction sans que la crise s’atténue.
Plus encore, à la différence des années 1980, où l’islamisme politique avait rayonné, la société a connu des mutations socioculturelles profondes. La population algérienne a doublé en trente ans : trente-six millions d’Algériens et d’Algériennes aujourd’hui, majoritairement jeunes, instruits et très urbanisés. Par ailleurs l’espace public n’est plus réservé aux seuls hommes ; la proportion des jeunes filles dans les universités est au moins égale à celle des garçons, l’emploi féminin a beaucoup progressé.
Fortement imprégnés par la révolution informationnelle en cours (7) (TV satellitaires, Internet, réseaux sociaux…), les Algériens sont à l’écoute du monde et leurs besoins se sont accrus et complexifiés.
Dans ce contexte, la tentation du pouvoir d’utiliser la rente pour « calmer la rue », en annonçant distribution de logements, soutien des prix, création d’emplois, etc., pourrait s’avérer être une grande erreur d’analyse et de jugement face aux mouvements populaires qui montent dans toute l’Algérie. Les diverses mobilisations sociales, les multiples tentatives d’organisation de la révolte sauront-elles conserver leur forte dimension morale et éthique ? Iront-elles jusqu’au bout de leur rejet du système rentier, corrompu et corrupteur ? C’est, aujourd’hui, tout l’enjeu en Algérie.

(1) Le pouvoir réprime systématiquement tous les mouvements de revendication organisés par les syndicats autonomes, ne laissant d’autre choix à l’expression sociale que la rue.
(2) Pour la seule année 2010, il a été relevé officiellement plus de neuf mille manifestations à travers le territoire national, soit plus d’un mouvement de révolte par heure.
(3) La lecture des rapports du Pnud sur le développement humain dans le monde arabe dans les années 2000 est particulièrement éclairante à ce sujet.
(4) Ahmed Dahmani, L’Algérie à l’épreuve, économie politique des réformes, 1980-1997, L’Harmattan, 1999.
(5) Après modification de la Constitution qui, à l’origine, limitait l’exercice à deux mandats.
(6) Estimées, par le FMI, à cent soixante-dix milliards de dollars en 2010.
(7) Ahmed Dahmani, « Economie politique de l’Internet au Maghreb », in La Démocratie à l’épreuve de la société numérique, Karthala, 2007.

QUEL CHANGEMENT POUR QUELLE ALGÉRIE

Publié: 28 avril 2011 dans actualité, analyse & opinion
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

QUEL CHANGEMENT POUR QUELLE ALGÉRIE

Alger le 22 avril 2011

COMMUNICATION DE DJAMEL ZENATI

Les récentes révoltes au Maghreb et au Machreq ont fait naître un grand espoir chez tous les peuples de la région. Elles ont réussi par ailleurs à ébranler beaucoup de certitudes et à démystifier des clichés considérés jusque là comme définitivement établis.

En effet, le mythe de l’invincibilité des autoritarismes de la région s’est effondré et le paradigme de l’incompatibilité de l’islam avec la démocratie invalidé. La thèse de l’incapacité génétique des peuples de la région à construire un Etat moderne est écartée et l’idée que ces autoritarismes sont un rempart contre l’intégrisme et le terrorisme est désormais abandonnée.

C’est dans cette conjoncture de grande intensité politique que ressurgit le thème du changement.

La notion de changement

Le changement a longtemps été attribué par la mémoire collective à la thématique officielle.
La forme propositionnelle « changement dans la continuité » ou plus encore sa réplique populaire « changement de façade » l’ont très vite marqué d’une charge suspicieuse et caricaturale.

Depuis quelque temps la problématique du changement revient au devant de la scène et polarise le débat public.
La forme adjectivale « changement radical » avancée dans la foulée des récentes contestations vise à réinscrire cette notion dans la positivité.
Il faut toutefois préciser que le degré de généralité de cette expression et l’unanimité qu’elle suscite tendent à diminuer de sa pertinence.

Pour cela il est impératif de définir le sens que recouvre cet objet complexe, de mettre en évidence sa nécessité et enfin de rendre visible les conditions de sa possibilité.

Pourquoi un changement radical

Le changement radical est dicté tant par le contexte national que par l’environnement international.

En effet l’Algérie est doublement menacée. Elle l’est d’abord par la persistance d’un système politique autoritaire qui ne cesse de produire échec et régression. Le sentiment d’exclusion qui gagne de plus en plus de couches sociales et la paralysie flagrante des institutions légales augurent de lendemains incertains. L’affaiblissement de l’identification à la communauté nationale et le repli dans des structures à solidarité primordiale fragilisent les fondements même de notre nation. L’émergence d’utopies communautaristes, latentes ou dominées, est un signe révélateur.

Elle l’est aussi par les effets pervers et ravageurs d’une mondialisation effrénée.
L’option d’un développement basé exclusivement sur l’industrie extractive a imprimé un caractère rentier à notre économie. Ce qui a engendré une dépendance structurelle de plus en plus accrue. L’embellie financière enregistrée ces dernières années aurait pu être exploitée pour réengager notre pays dans la voie de la reconstruction. Hélas elle n’a servi qu’à grossir les fortunes mal acquises, à entretenir les clientèles, à corrompre les consciences et à tenter d’acheter la paix sociale. Jamais « le paradoxe de l’abondance » n’a eu une aussi parfaite illustration.
Qu’adviendrait-il de notre pays si la demande mondiale en énergie venait à baisser ou que le cours du pétrole chutait ?

Cette justification de la nécessité du changement par la menace ne relève aucunement de quelque idéologie sécuritaire, cette dernière consistant à user d’une menace virtuelle à des fins dissuasives

L’enjeu qui se pose à notre pays aujourd’hui transcende les clivages politiques traditionnels et dépasse largement la question du pouvoir.
Il s’agit de relever un double défi.
Le premier défi est celui de l’intégration nationale. Il passe par la reconnaissance de tous les droits à même de fonder une citoyenneté réelle et dynamique, base fondamentale de la démocratie.
Le second a trait au mode d’insertion à l’économie mondiale par la mobilisation rationnelle de toutes les ressources humaines, symboliques et matérielles au profit de tous et dans le souci de préserver notre indépendance.

Quel sens donner au changement

Le slogan «echaab yourid isqat ennidham » qui a fusé de la place etahrir a très vite franchi les frontières égyptiennes pour gagner l’ensemble des pays de la région. Voilà un exemple de mondialisation positive

Ce slogan traduit de la manière la plus forte l’exaspération qu’éprouvent les peuples du Maghreb et du Machreq. On y décèle même une envie de venger les humiliations subies.

Il est évident que penser le changement c’est aller au-delà du slogan et de la psychologie de masse du moment.
Pour ma part je le conçois comme un processus de rupture. Un processus global, ordonné, mettant en mouvement l’ensemble de la société et intervenant dans un climat serein et apaisé. Le processus doit s’accompagner d’une révolution des comportements et des esprits.

Rupture avec le néo-patrimonialisme par la reconnaissance du peuple comme détenteur exclusif de la souveraineté. Il faut abandonner le fallacieux postulat selon lequel le peuple est incapable d’être l’agent de sa propre émancipation.

Rupture avec l’exclusion par la reconnaissance effective de tous les droits.
Rupture avec l’idée que la violence est le moteur de l’histoire et son utilisation comme mode de traitement des conflits politiques et sociaux
Rupture avec la gestion militaro-policière de la société par la dissolution de la police politique sous toutes ses formes.
Rupture avec l’économie rentière et démantèlement de tous les réseaux maffieux et clientélistes.
Rupture avec l’ensemble des dispositifs d’exception.


La famille ALGÉRIE doit être rassemblée. Pour cela il faut :

– réconcilier l’algérien avec son histoire, sa culture et son identité plurielle.
– réconcilier l’algérien avec les valeurs qui ont fait jadis sa grandeur comme la solidarité, la tolérance, le respect, l’honnêteté, l’hospitalité, la sagesse, le travail, etc.
– réconcilier l’algérien avec l’effort intellectuel.
– réconcilier l’algérien avec les institutions républicaines
– réconcilier l’algérien avec l’action politique.

De grandes réformes doivent d’ores et déjà être retenues et je pense particulièrement à l’école et à l’Etat.
L’impartialité de l’administration, par d’exemple, mérite la consécration constitutionnelle au même titre que le principe de l’indépendance de la justice.

Un grand débat national sur l’état du pays doit être organisé. Il ne doit occulter aucune question, notamment celles relatives à la violence et à la corruption, sans toutefois sombrer dans le règlement de compte ou dans la tentation d’un retour au passé.
L’ouverture des médias lourds est une urgence.

C’est une fois l’Algérie rassemblée, réconciliée, qu’elle pourra alors affronter le défi de la mondialisation par la construction de l’ensemble maghrébin. C’est le seul moyen pour mieux se faire entendre, négocier dans de meilleures conditions et bénéficier des avantages de la mondialisation. L’exemple Sud-américains dans ce domaine est à méditer.

Par devoir envers les générations montantes, la dimension stratégique doit imprégner toutes les décisions politiques et tous les aspects de la gestion des affaires de notre pays.

Ces options fondamentales vont constituer le socle sur lequel va reposer le nouveau contrat historique dont la traduction juridique se fera par une assemblée constituante. Une manière de restituer au peuple son pouvoir constituant et de réaliser du même coup l’une des revendications symboles du peuple algérien depuis le mouvement national.

Le changement est-il possible maintenant ?

La possibilité d’un changement radical et pacifique est subordonnée à une convergence des volontés patriotiques conscientes des enjeux et s’inscrivant dans une perspective nationale.
La mobilisation par le bas doit rencontrer l’expression d’une disponibilité par le haut.

Pour cela les forces sociales doivent briser les barrières du corporatisme. Les forces politiques pour leur part doivent se hisser à la hauteur des enjeux et des attentes et se libérer des rancœurs stérilisantes du passé. Quant aux décideurs, il leur revient la plus grande des responsabilités, celle d’éviter le chaos et l’ingérence, l’un favorisant l’autre. Est-il besoin de rappeler que l’ingérence résulte de l’entêtement des dirigeants à rester au pouvoir quitte à provoquer le chaos. Ils offrent ainsi aux puissances occidentales un motif précieux d’intervention. Ces dernières, sous le prétexte de l’assistance, déploient leurs stratégies de remodelage géopolitique pour mieux venir en aide à un capitalisme international en crise. L’exemple de l’Irak et plus récemment celui de la Lybie sont édifiants.

Les résistances au changement

Les résistances au changement se présentent sous divers aspects et à plusieurs niveaux.

Le pouvoir et ses constellations rejettent catégoriquement l’idée de changement radical sous le prétexte que le pays ne connaît pas de crise politique. La conflictualité croissante dans la sphère sociale est appréhendée en termes d’écart entre ce qui est et ce qui doit être. Ils feignent d’ignorer que cette situation découle directement de choix politiques délibérés. En fait les décideurs veulent à tout prix empêcher une jonction entre les forces sociales et les acteurs politiques militant pour le changement. L’argent public est mis à contribution pour calmer quelque peu cette contestation.

Le premier ministre a été jusqu’à soutenir que le système politique actuel est la seule modalité d’exercice politique et offre toutes les garanties d’une compétition politique démocratique. Il est vrai que des acteurs politiques existent et des élections se tiennent régulièrement. Mais il faut ajouter que ces dernières se caractérisent par un degré zéro d’incertitude et donc sans risque d’alternance. L’autoritarisme s’est en effet doté d’un régime très particulier puisqu’il présente tous les traits de la démocratie sans avoir les attributs. Ce que j’appelle « une dictature consultante ». La vox populi l’a déjà qualifié par l’expression « ellaab hmida erracham hmida ».

Ils usent par ailleurs de techniques de dissuasion comme par exemple celle qui consiste à présenter le changement comme une aventure vers l’incertain. Il n’hésite d’ailleurs pas à rappeler les drames du passé pour susciter une peur annihilante. Le discours du président est à cet égard un exemple de perfection.

L’autre résistance est beaucoup plus insidieuse puisque adossée à l’idée que la contagion est impossible car ce qui se passe en Tunisie et en Egypte s’est déjà produit en Algérie en 1988. Cette thèse repose sur un présupposé évolutionniste et tend à faire croire à l’existence d’un ordre nécessaire de déroulement de l’histoire. Ce qui serait de mauvaise augure pour l’avenir de la Tunisie et de l’Egypte puisque, d’après cette théorie, la prochaine séquence qui attend ces deux pays est une décennie de violence.

La peur de la chute des uns et la quête de sièges et de sinécures des autres expliquent ces postures différentes mais convergentes.

Différer le changement serait offrir notre jeunesse aux aventuriers locaux et aux magnats de la mondialisation.
Le danger des dérives extrémistes est réel car le populisme se nourrit de l’exclusion et utilise le désarroi des populations pour emprisonner leur soif de liberté dans des perspectives étroites et régressives
Lorsqu’on fonde l’ordre politique sur un principe unificateur supérieur, on ne quitte pas la sphère de l’autoritarisme. On ne fait que le réinventer sous une autre forme.
Je pense ici à tous les communautarismes, religieux ou ethnique, qui imposent aux individus de se définir par ce qu’ils sont et non par la conception qu’ils ont de la vie collective. Le système politique n’est plus alors le produit d’un contrat social librement établi mais l’émanation d’une catégorie transcendantale dont les actes échappent à la critique et au contrôle.

Je terminerai cette communication par un message que j’adresse à partir de cette tribune au président de la république.

Monsieur le président,

J’ai écouté attentivement votre discours et j’ai relevé quelques points que je vais vous soumettre

Le premier a trait à votre état de santé. Vous paraissez très affaibli par la maladie. Je tiens à vous souhaiter sincèrement un rapide rétablissement.
Mais vous n’êtes pas sans savoir Monsieur le président que l’Algérie est tout aussi affaiblie que vous. Sa maladie à elle est due à la greffe d’un système autoritaire qu’elle ne cesse de rejeter depuis 1962.
Cette communauté de situation ne pourrait-elle pas provoquer chez vous une marque de solidarité à son égard ?

Le deuxième concerne le décalage flagrant entre le contenu de votre discours et les exigences de la situation. Etes-vous sûr d’être bien informé ? J’ai comme l’impression que vos collaborateurs usent du mensonge pour vous égarer.
Ils l’ont fait avec le président Zéroual et ça lui a valu d’écourter son mandat.
Ils l’ont fait avec le président Boudiaf et ça lui a couté la vie.

Réveillez-vous Monsieur le président et associez-vous à cette grande œuvre de renouvellement de la perspective historique en Algérie.
Le verdict de l’histoire est souvent sévère


Dimanche, 9 Janvier 2011
Tribune Libre – Ait Benali Boubekeur

«Si…les juges n’arrivent pas à une certitude, leur devoir absolu est de l’acquitter…Le doute doit toujours entraîner l’acquittement», René Floriot, «Les erreurs judiciaires.» (1)
Cette règle universelle, s’elle avait été appliquée pendant la révolution algérienne, elle aurait épargné la vie d’un grand patriote, Abane Ramdane. Qui fut alors ce grand homme ? Bien qu’il ait été absent lors du déclenchement de la guerre d’Algérie, le 1er novembre 1954, et ce afin qu’il purge une peine de prison de cinq ans pour ses activités politiques nationalistes, il n’en reste pas moins qu’il rejoignit les rangs de la révolution dés sa sortie de prison, intervenue le 18 janvier 1955. En effet, loin d’être un handicap, cette absence plaça celui-ci en homme neuf susceptible de rassembler l’ensemble des forces vives de la nation. Car à la même époque, les luttes fratricides, suite à la scission du PPA-MTLD, rendirent les acteurs, de l’une ou de l’autre courant, suspects et incapables de rassembler sous leur bannière. Or, pour Abane, il ne pouvait y avoir que deux antagonistes. Selon Khalfa Mameri, «Pour lui [Abane] il y a d’un coté la France avec son énorme puissance et, de l’autre, non pas les Algériens avec leurs contradictions, leurs luttes intestines et fratricides mais l’Algérie et son peuple, lourdement handicapés et affaiblis par rapport à l’ennemi extérieur.» (2) Plus explicite fut le témoignage de l’un des dirigeants centralistes, Abderrahmane Kiouane. Pour ce dernier, Abane ne cherchait nullement à vexer ou à gêner son interlocuteur à propos de la scission du seul parti nationaliste prônant ouvertement l’indépendance nationale. Bien plus que ça, Abane essaya de faire des nouveaux venus au FLN des dirigeants à part entière. Erreur tactique ou naïveté de la part d’Abane, ces nouvelles adhésions ne furent pas accueillies avec joie par des éléments professant l’hostilité à l’égard de ces modérés. Pour Khalfa Mameri, «Cette hostilité s’est transformée chez certains en oppositions larvée et feutrée lorsque les leaders des formations modérées ont été placées ou ont acquis d’eux-mêmes des postes de responsabilités au sein des rouages de la révolution. Qu’on leur ouvre les portes de la révolution, c’était déjà énorme. Qu’ils deviennent des chefs au même titre, voire même au dessus de ceux qui ont eu le redoutable honneur d’allumer le feu de la libération, c’était déjà trahir en quelque sorte cette même révolution.» (3) A ce titre, la détermination d’Abane de faire de la révolution algérienne l’œuvre de tout le peuple ne fut jamais appréciée. Son intransigeance à faire valoir des valeurs universelles le conduisit indubitablement vers la mort. Mais avant cela, il a consolidé le socle de la révolution. Jusqu’à sa déchéance, il resta digne et courageux. Hélas! Le dernier mot revient toujours aux plus forts et non pas aux plus justes.
I) Un engagement sans faille en faveur de l’indépendance
Abane Ramdane, pour des raisons qui ne dépendaient pas de lui, ne fit pas partie de ce que l’histoire retient comme «les allumeurs de la flamme». Mais s’il était en liberté à ce moment-là, il ferait indubitablement partie du groupe ayant déclenché l’action armée. Car, dés son jeune âge, il avait adhéré au parti du peuple algérien luttant pour l’indépendance nationale. D’ailleurs, dés qu’il sortit de prison, il ne tarda pas nouer le contact avec les dirigeants du FLN. Bien qu’il ait été en liberté provisoire, Abane n’hésita pas à rencontrer, à Azouza, son village natal, l’adjoint du colonel de la zone III, le colonel Ouamrane. Ce dernier le convainquit d’assumer un rôle de haut responsable en zone IV, l’Algérois. Et dans quelques jours, il rejoignit Alger. Selon Khalfa Mameri, «A Alger nous retrouvons la trace de Abane Ramdane auprès d’un autre militant du PPA: Rebbah Lakhdar dont chacun se plait à souligner le rôle si efficace qu’il va jouer en tissant comme une araignée besogneuse le tissu compliqué et impénétrable des relations de celui qui deviendra tout à la fois son chef, son ami et son pensionnaire.» (4)
Cependant, l‘activité politique de l’enfant d’Azouza put être située vers début mars 1955, soit cinq mois après le déclenchement de la guerre d’Algérie. La plupart des militants qu’il rencontra furent ses anciens camarades au sein du PPA-MTLD. Cependant, ce parti qui avait lutté pendant trente ans pour la libération du pays se retrouva bloqué à cause des luttes intestines stériles. Heureusement qu’une partie de ses militants, la branche activiste notamment, engagea avec audace le combat pour le recouvrement de l’indépendance nationale. Cependant, les initiateurs de l’action armée ne furent pas pour autant certains quant à l’aboutissement de leur combat. De son coté, Abane fut réellement coqué de l’improvisation qui avait entouré la préparation du passage à l’action armée. Il fut davantage plus offusqué en apprenant le manque flagrant de moyens et d’armement des maquis. Le colonel Ben Aouda, cité par Khalfa Mameri, relate l’état d’esprit qui prévalut à ce moment-là: «Nous n’avons que très peu de chance de nous en sortir, mais d’autres nous remplaceront. Il faut que nous donnions le départ de la révolution, que l’on sache que notre pays n’est plus amorphe! Les premières actions contre la colonisation ne seront pas grand’ chose, ne vous faites pas d’illusions, mais elles auront une grande importance psychologique. Il faut que les Français se disent: «Ils ont osé!» C’est cela l’important! Il faut allumer la mèche.» (5) En effet, plusieurs historiens confirment que, peu après le 1er novembre 1954, la lutte avait tendance à s’atténuer. Bien que le combat ait continué sans relâche dans les zone I et zone III, cela ne fut possible que grâce à la géographie et à la nature du relief contribuant au maintien des maquis dans l’une ou dans l’autre, argue Khalfa Mameri. En revanche, au moment où Abane prit les hautes responsabilités au sein du FLN, les zones fonctionnèrent au ralenti. Sur les six chefs historiques, écrit encore Khalfa Mameri, qui reçurent un commandement à la veille du déclenchement de la lutte armée; y compris Boudiaf qui devait assurer la coordination entre les zones, mais qui n’a pas pu rejoindre l’Algérie depuis son départ à l’extérieur pour annoncer la Révolution du 1er novembre 1954. (6) Ainsi, le moins que l’on puisse dire c’est que la nouvelle direction avait quand même du pain sur la planche afin de redonner un second souffle à la révolution.
II) La réorganisation de la Révolution
La première entrée sur la scène politique de Ramdane Abane fut inaugurée le 1er avril 1955. Son appel au peuple algérien restera à jamais indélébile. Ce fut digne de l’appel du 18 juin 1940, prononcé, à partir de Londres, par le général de Gaulle en vue de résister à l’occupation nazie. Que l’on juge alors sa teneur: «Depuis cinq mois, ton armée de libération nationale combat pour que l’Algérie recouvre sa dignité, sa liberté et sa souveraineté…Algériens ! Venez en masse renforcer les rangs du FLN. Sortez de votre réserve et de votre silence. Elargissez chaque jour le champ de votre action. Ainsi, vous vous acquitterez envers votre conscience et votre pays d’une lourde dette.» (7) En effet, bien que qu’il ait été éloigné de la vie politique pendant cinq longues années, Abane n’a rien perdu du sens de l’organisation. Et ce fut dans cette démarche qu’il contacta les responsables des partis nationalistes dits modérés. En tout cas, il eut sa première rencontre avec Ferhat Abbas, président de l’UDMA, le 26 mai 1955. Ce dernier n’hésita pas à apporter l’aide matérielle au front, combien précieuse en ces moments d’indigence. Toutefois, bien qu’ils ne se soient pas revus pendant 8 mois, leur prochaine rencontre aboutit sans ambages à la formule suivante: «Les adhésions doivent se faire à titre individuel et les anciens appareils devront être dissous.» (8)
Les Ouléma, comme les Udmistes, adhérèrent au FLN, sans grands anicroches, à l’issue de leur assemblée générale à Alger, le 7 janvier 1956. Ces adhésions ne furent pas entachées de heurts particuliers dans la mesure où ils ne faisaient pas partie de la même famille politique. En revanche, les centralistes avaient du mal, dans le premier temps, à dissoudre le comité central. Selon Khalfa Mameri: «Au cours de l’une de ces réunions[centralistes] qui se tenaient la plupart du temps chez Bouda au Ruisseau[Hamma] il s’était dégagé, au fil des discussions et des hypothèses , deux tendances: celle défendue par Ben Khedda qui préconisait la dissolution du comité central et celle de Kiouane qui, tout en étant partisan de la lutte armée, estime que par ce principe que le comité central doit être maintenu.» (9) Là aussi, il fallut tout le talent d’Abane, aidé en cela par Ben Khedda, afin que le comité central soit dissous à l’automne de 1955.
Toutefois, les centralistes songèrent, à un moment donné, à créer une formation politique, le RDA (Rassemblement Démocratique Algérien), en vue d’exister à côté du FLN. Trois dirigeants centralistes rencontrèrent à San Remo, en Italie, Ahmed Ben Bella pour lui faire part de leur projet. Gilbert Meynier, dont le travail sur la révolution algérienne est capital, rend compte de cette rencontre en notant à juste titre: «En fait, les dirigeants centralistes -Ben Khedda, Louanchi et Temam- dépêchés à San Remo pour prendre langue avec les extérieurs, se retrouvèrent face à Ben Bella, mandaté par la délégation extérieure. Il est possible que, à San Remo, les trois centralistes aient implicitement joué de l’appui qu’ils avaient pu trouver chez Abbane quant à la réalisation d’une organisation politique légale.» (10) Cette volonté des centralistes d’exister politiquement, ne choqua pas dans le premier temps Abane. Cette attitude fut d’ailleurs reprochée à Abane. Car les centralistes furent taxés d’emblée de tièdes. L’un des adversaires virulents d’Abane, sur ce terrain, fut le membre de la délégation extérieure, Ahmed Ben Bella. Or, plusieurs décennies plus tard, Ben Bella avoue dans une émission sur la télévision qatarie que «Les Français ont pris attache avec nous et étions en négociation quand il y a eu l’affaire de l’arraisonnement de l’avion…Cela fait faisait sept mois qu’on négociait..» (11) Comme quoi, même les nationalistes radicaux n’excluaient pas le recours à la négociation. En tout cas, cet épisode ne freina pas pour autant la volonté d’Abane de réaliser le grand rassemblement de l’ensemble des courants nationalistes au sein du seul FLN. Et la dissolution des partis ne fut qu’une étape. L’adhésion de leurs militants au FLN scella cette union nationale tant convoitée par le passé. Sur le terrain militaire également, il fallait aussi définir une stratégie commune. En effet, avant le congrès de la Soummam, il y avait eu six zones différentes avec des stratégies différentes. Bien que le but poursuivi ait été le même pour ces régions, force est de reconnaître qu’une grande autonomie avait été laissée à chaque chef de zone. Voilà comme résume Khalfa Mameri la ligne politique défendue par Abane: «Dans le cas de la guerre d’Algérie, il était chaque jour plus urgent de l’organiser, de l’encadrer et de la conduire comme une guerre nationale et non plus comme des soulèvements locaux vite étouffés par la réaction de l’adversaire.» (12) Tout compte fait, cette stratégie fut entérinée lors du congrès de la Soummam où les congressistes s’assignèrent comme objectifs deux choses essentielles: Renforcer la lutte armée et donner une direction nationale à la Révolution. Deux principes primordiaux furent aussi adoptés afin d’encadrer l’action des dirigeants. Il s’agissait de la primauté du politique sur le militaire et de la suprématie de l’intérieur sur l’extérieur. Par ailleurs, les critiques qui suivirent l’adoption de ces deux principes furent injustes dans la mesure où ces principes n’étaient pas étrangers au mouvement national. Ainsi, à propos du premier principe cité, Khalfa Mameri écrit ceci: «Ce principe n’est pas nouveau car ses origines lui viennent de l’époque de l’OS où il a été admis, sans controverse apparemment, que ce sont les considérations politiques qui l’emportent sur les considérations militaires ou, si l’on préfère, ce sont les organes dits politiques qui ont la primauté sur les organes militaires au cas où une question importante aurait à être tranchée.» (13) La décision qui mérite d’être citée fut aussi l’interdiction de la condamnation à mort, et ce quel que soit le motif. Il fut décidé en effet que toute peine prononcée devait être examinée au préalable par un tribunal. Du coup, vers la fin de l’année 1956, on peut dire que la Révolution fut encadrée par des principes et unifiée dans son ensemble. Mais pour combien de temps? Hélas! Ces principes ne survécurent pas longtemps.
III) Les désaccords entre les dirigeants
Le rejet de la plate-forme de la Soummam, dans le fond et dans la forme, par Ben Bella élargit indubitablement le fossé séparant les antagonistes et les partisans des résolutions de la Soummam. Le colonel Ouamrane fut en effet chargé par le CCE de réduire la contestation de Mahsas, un proche de Ben Bella, en Tunisie. En tout cas, Ben Bella contesta la ligne soummamienne en remettant en cause et le texte et la représentativité des congressistes. Mais est ce que c’est son absence au congrès qui a fait qu’il réagisse comme ça? Une chose est sûre, la délégation extérieure fut informée de l’imminence de l’organisation d’une réunion nationale. La publication du livre de Mabrouk Belhocine lève les derniers doutes sur la soi-disant volonté d’Abane d’écarter la délégation extérieure. La lettre du 13 avril 1956, envoyée par Abane à la délégation extérieure est la preuve irréfutable de la volonté des dirigeants de l’intérieur d’associer les délégués du Caire aux travaux du congrès. L’invitation fut ainsi formulée: «Les deux délégués qui rentreront du Caire devront être choisis parmi le comité des six (Khider, Ait Ahmed, Lamine, Ben Bella, Boudiaf et Ben Mhidi). Envoyez de préférence Ben Bella et Ait Ahmed ou Ben Bella et Khider.» (14) Dans ce fameux comité des six, il est aisé de remarquer que le colonel de la zone V, Larbi Ben Mhidi, se trouva à ce moment-là au Caire. A la Soummam, ce fut lui qui présida les travaux du congrès. Comme quoi, les portes furent ouvertes à tous. Partant, on peut affirmer qu’il n’y avait aucune velléité d’exclure quiconque de la plus importante réunion que la Révolution ait organisée.
Toutefois, la nouvelle direction, le CCE en l’occurrence, rencontra des embûches dés son installation à Alger. La violence des ultras de la colonisation obligea les membres du CCE à opter pour des mesures radicales. La grève des huit jours, défendue notamment par Ben Mhidi, provoqua une répression inouïe sur la population d’Alger. La stratégie de ces promoteurs, selon Khalfa Mameri, fut d’inciter la France à tomber dans le piège de la répression afin que le peuple bascule définitivement du coté du FLN. En effet, en 1956, le basculement n’a pas encore eu lieu. Saad Dahlab, un des membres du CCE issu du congrès de la Soummam, cité par Khalfa Mameri, rendit compte des tergiversations qui existèrent: «Il ne se passait rien à Alger. Il y avait même une certaine collaboration entre Algériens et Français.» (15)
Au printemps 1957, en pleine bataille d’Alger, la répression fut telle que les membres du CCE, moins Ben Mhidi arrêté quelques jours plus tôt par les paras, se trouvaient dans la cruelle alternative de quitter le sol national. Selon Gilbert Meynier, ce repli fut diversement interprété. Il note à ce propos: «Pour Abane, les replis sur Tunis ou le Caire n’étaient que provisoires. Le principe soummamien de la suprématie de l’Intérieur sur l’Extérieur faisait partie d’une vraie ligne politique, puisée dans l’histoire des mouvements de libération dont ses innombrables lectures l’avaient rendu familier.» (16) Ainsi, les quatre survivants du CCE décidèrent de se scinder en deux groupes. L’un emprunta la voie orientale (Krim et Ben Khedda). L’autre passa par le Maroc (Abane et Dahlab) pour rejoindre Tunis. Pour Khalfa Mameri, le sort d’Abane lui joua le détour. Il étaye cette thèse en écrivant: «L’itinéraire emprunté par celui-ci [Abane] contribuera à lui creuser sa tombe car déjà, à l’époque, on ne va pas au Maroc comme on se rend en Tunisie…non pas à cause de l’autorité légale du pays mais plutôt à cause du pouvoir de fait qui s’y est établi parallèlement à elle. Ce pouvoir c’est celui d’Abdelhafid Boussouf qui règne en maître absolu sur sa partie frontalière avec l’Algérie.» (17) En tout cas, le moins que l’on puisse dire c’est qu’Abane, en constatant ce qui se passait en wilaya 5 ou plutôt sur la frontière algéro-marocaine, ne voulut pas avaler sa langue. Il reprocha d’emblée à Boussouf de ne pas être au combat au milieu de ses hommes. Il exigea ensuite, selon Gilbert Meynier, la dégradation de Boumediene, devenu commandant à l’âge de 25 ans. Mais ce qui causa sa mort fut son doute le différend qui l’opposait à Krim Belkacem. La tension fut palpable entre les deux hommes à chaque réunion du CCE. Ces réunions eurent lieu le plus souvent chez Gaid Mouloud, responsable de l’UGTA. La rivalité a été telle que l’élimination de l’un ou de l’autre de la direction fut inéluctable. Le témoignage de Ferhat Abbas, en vue de réconcilier les deux hommes, est à ce titre édifiant: «En dernier ressort, je me suis rendu chez Cheikh El-Bachir El-Ibrahimi prendre conseil. Ta mission est de concilier Krim et Abane, me dit-il. Le reste est sans importance. Quand deux kabyles sont en conflit, il arrive que l’un d’eux meure. C’est cela qu’il faut éviter.» (18)
Toutefois, l’isolement d’Abane commença bien avant la convocation du CNRA, instance suprême, censée aplanir les difficultés. Mais, en Tunisie déjà, bien avant la réunion du CNRA, les colonels tinrent des réunions informelles sans la présence des civils. Selon Gilbert Meynier, «la réunion du CCE fut doublée non loin de là par une autre, informelle, au centre logistique du FLN à Montfleury. Y siégèrent les 3B, les colonels Ouamrane et Mahmoud Cherif, ainsi que les principaux chefs militaires dans la capitale tunisienne… A Montfleury, l’élimination du CCE de Ben Khedda et de Dahlab fut sans doute d’ores déjà programmée. Une motion avait été rédigée à destination du CNRA qui demandait le remplacement de Ben Mhidi par Boussouf, la désignation des historiques emprisonnés au CCE et de Ben Tobbal, Ouamrane, Lamine Debaghine et Abbas. La motion demandait l’élargissement immédiat du CNRA par le CCE qui serait désigné au Caire.» (19) Pendant ce temps là, Abane prépara, avec sérieux et abnégation, son dossier à défendre au CNRA. Le jour J, son rapport fut adopté sans bruit. Quant à la désignation de la nouvelle équipe dirigeante, Abane ignora que les dés avaient été jetés bien avant la réunion. En effet, lors des réunions informelles, les colonels décidèrent de revenir sur les principes arrêtés à la Soummam. Saad Dahlab qualifia la réunion du CNRA du Caire de «premier coup d’Etat». D’ailleurs, il ne suffisait que quelques heures au CNRA pour entériner toutes les décisions dans la journée du 27 aout 1957. Selon Gilbert Meynier, l’allégation selon laquelle il y eut une semaine de travaux du CNRA, du 20 au 27aout 1957, est fausse. Toutefois, bien qu’Abane ait été maintenu au CCE, la tension entre les colonels et Abane alla crescendo. Ils cherchèrent le moment opportun pour l’écarter des organismes dirigeants. Et pour le discréditer, toutes les méthodes furent bonnes à employer.
IV) Floraison d’accusation contre Abane
Il est difficile d’expliquer comment un homme qui a réussi à rassembler toutes les forces vives de la nation puisse tomber en disgrâce aussi rapidement. Pour y parvenir à leur fin, les colonels proférèrent des accusations, mensongères il faut le dire, afin de le discréditer. Et ces accusations furent légion. La plupart des accusations furent sans fondement car colportées par des personnes souhaitant sa chute. Cependant, tant que l’accusation ne se transforme pas en peine, on peut dire que chacun a le droit d’avoir une opinion, négative soit-elle, sur une autre personne. Or, dans le cas d’Abane, ces accusateurs ne tardèrent pas à se placer en juges afin de châtier un patriote ayant consacré sa vie à la libération de son pays. Les interrogations de Khalfa Mameri méritent d’être posées et reposées jusqu’à ce que la vérité soit admise par tous: «Quel est au juste le verdict? Au nom de quoi et de qui a-t-il été prononcé? Est-il fondé sur des règles établies, des exigences morales ou tout simplement sur impératifs du moment?» (20)
Toutefois, quoi qu’on ait pu épiloguer sur cette tragédie, il va de soi que le mis en cause n’a pas bénéficié d’un procès équitable, disant même d’un procès tout court, et ce bien qu’à la Soummam les tribunaux à l’échelle de secteur et zone aient été chargés de juger les civils et les militaires. Plus grave encore, les colonels ne saisirent ni le CNRA ni le CCE d’un danger qui guetta la révolution, nommé Abane. Dans une lettre écrite par Krim Belkacem, citée par Khalfa Mameri, le chef des forces armées du CCE avoua que «ce sont les cinq colonels membres du CCE [qui ont eu] à se constituer en tribunal de salut public. Etrange manière d’écarter les autres membres du CCE, commente Khalfa Mameri, «ceux qu’on appelle habituellement les civils (Abbas, Debaghine et Mehri) par opposition aux militaires.» (21) Plus tard, en 1959, les colonels dissident, Mohamed Amouri, bénéficia de la directive de la Soummam enjoignant aux dirigeants de juger les fautifs dans un tribunal. Ce dernier a eu l’occasion de se défendre et même d’avoir un avocat, le colonel Slimane Dehiles.
Cependant, cet aréopage de militaires accusa notamment Abane de dictateur. Quelle contre vérité. En effet, pour qu’un homme politique parvienne à instaurer la dictature, il faudrait qu’il contrôle des effectifs militaires importants en vue d’affermir son pouvoir et de pouvoir aussi anéantir les forces de l’opposition, si besoin s’en faisait sentir. Par ailleurs, bien qu’il ait été respecté par les maquisards, Abane n’a pas exercé de pouvoir direct sur les soldats de l’ALN. Dans ce cas là, comment peut-on croire les colonels qui accusèrent Abane de vouloir marcher sur Tunis dans le but de détrôner l’équipe dirigeante. D’ailleurs, même les éventuelles forces sur lesquelles il se serait appuyé furent imaginaires. Toutefois, le nom d’un officier fut avancé. Il s’agissait du commandant Hadj Ali. Or ce dernier, selon des versions concordantes, ne fut pas un homme de terrain. En effet, en 1956, le commandant Hadj Ali avait été chargé d’une mission de ravitaillement de la wilaya I. En aucun cas, il ne disposa de troupes susceptibles de renverser le CCE. Par ailleurs, les colonels ne se contentèrent pas d’isoler Abane. Ils décidèrent de le mettre en quarantaine. Le témoignage d’Allal Taalbi est hallucinant. En effet, Boussouf lui demanda carrément de ne plus adresser la parole à Abane. Quelques jours plus tard, son responsable hiérarchique, Krim Belkacem, lui tint le même discours. Dans les derniers mois de sa vie, Abane ne fut même pas invité aux réunions du CCE bien qu’il ait été membre à part entière. Selon Khalfa Mameri, «Il est vrai qu’au sein de cet organe se dessine déjà un pouvoir de fait qui sera monopolisé par trois de ses membres, tous anciens chefs de wilaya.» (22) Tout compte fait, cet isolement ne put en rester là car Abane ne se laissa pas faire.
V) La déchéance
Le rubican fut franchi lorsque la décision d’emprisonner Abane fut prise sans qu’il ait eu la possibilité de se défendre. Pire encore, il ignorait tout de la sentence. A partir de là, on peut affirmer que ses adversaires pouvaient se permettre tout, y compris la liquidation physique. Pour Khalfa Mameri, «Le scénario imaginé pour sa fin prochaine est largement connu et n’a jamais été, si peu que ce soit, démenti. Abane fut attiré dans un traquenard. Sa présence au Maroc avait été déclarée nécessaire pour régler avec Mohamed V un litige qui aurait opposé les forces du Royaume à celle de l’ALN.» (23) En agissant de la sorte, le premier président du GPRA, Ferhat Abbas, qualifia le comportement des colonels, responsables de la mort d’Abane, de dignes héritiers des Beni Hillal pour qui la légitimité se fonde sur la raison du plus fort.
Cependant, en dépit de son isolement, Abane continua à critiquer à outrance ces adversaires. Sa cible fut Krim Belkacem. Selon Khalfa Mameri: « Abane, qui ne peut se contrôler dans une situation qui ne cesse de se détériorer et qui est propice aux surenchères, ne perd rien de son esprit caustique. Il redit à qui veut l’entendre que si la France avait fait de Krim un garde champêtre, il n’aurait jamais pris les armes et qu’il serait même prêt à les abandonner si jamais elle lui offrait à présent d’être Caïd.» (24) Cet excès de langage ne fut pas de nature à apaiser les tensions. Son langage direct le mena du coup droit à la tombe. Et celle-ci allait être arrivée à plusieurs reprises. Lors de la rencontre de la Soummam, écrit Khalfa Mameri, ce langage franc et direct allait lui être fatal en 1956: «Amirouche, pas encore chef de la wilaya III mais déjà sous la ferme autorité de Krim, aurait envisagé de liquider l’organisateur du congrès de la Soummam au moment où la rencontre se tenait dans sa zone, excédé qu’il était par l’expansionnisme et les injonctions de Abane qui voulait s’occuper de tout et de tout le monde.» (25)
Cependant, bien que l’ambassade du royaume chérifien ait démenti l’information selon laquelle il y aurait eu les accrochages sur le territoire marocaine, Abane, après une hésitation, décida de se rendre au Maroc. De cette journée maudite, Khalfa Mameri écrit: «Ce jour-là, 25 décembre 1957, il est plus nerveux que d’ordinaire. Pressentiment d’un drame qui allait le faucher ou nervosité extrême, il hésitera à répondre à un appel qui le trouble, lui pourtant qui n’a jamais timoré. Il se fait accompagner par Gaid Mouloud dans la propre voiture de celui-ci, un service insignifiant lorsqu’on sait qu’Abane loge chez lui depuis prés de huit mois. La conversation roule sur les ambiguïtés de la mission et sur ses possibles dangers. Il se laisse convaincre sans résistance à rebrousser chemin. A peine revenu au domicile du responsable de l’UGTA, il éclate en colère. La pression est très forte sur ses nerfs et il ne cesse de répéter: «Je ne veux pas être considéré comme un dégonflé. Qui peut toucher à Abane? Je ne veux pas être détourné de mon devoir.» (26) La suite fut extrêmement violente et douloureuse. Abane fut ccompagné de Krim et de Mahmoud Cherif. Ils arrivèrent à Tétouan le 27 décembre 1957. Ils furent accueillis à l’aéroport par Boussouf et quelques uns de ses subalternes. D’emblée, Boussouf s’assura que ses hôtes n’avaient pas d’armes. D’après Khalfa Mameri, «Arrivés sur place, deux villas attendaient les trois voyageurs de Tunis. Abane est conduit dans une villa alors que Krim et Mahmoud Cherif sont déposés dans une deuxième, apparemment mitoyennes ou proches l’une de l’autre. Boussouf et un certain Abdeljalil ont fait quelques va-et-vient entre les deux villas. Jusqu’au moment où Boussouf est venu dire à Krim et à Mahmoud Cherif: «Venez constater Abane est mort.» Il avait été ceinturé dés son entrée dans la première villa par les deux accompagnateurs de Boussouf, puis étranglé à l’aide d’une corde.» (27) Ainsi, avec la mort d’Abane, la révolution algérienne opta pour le camouflage patriotique du meurtre, explique Gilbert Meynier.
En guise de conclusion, il va de soi que cet épisode fut en quelque sorte la plus grave dérive pendant la Révolution algérienne. D’où l’interrogation de Khalfa Mameri: «Où sont-elles cette noblesse, cette souplesse, cette générosité, cette magnanimité des premiers chefs de la Révolution…?» (28) En effet, au début de la révolution, la préoccupation des responsables fut la réalisation de l’unité nationale. Avec le temps, les appétits pour le pouvoir firent que des dirigeants pensaient à l’après guerre et au pouvoir. Abane ne voulut pas être témoin de cette déviation. Ce refus lui couta la vie. En tout cas, un assassinat ne servant pas la révolution, pourrait-on dire. Car aucune preuve sérieuse ne fut présentée par les colonels pour justifier son assassinat. En effet, Abane était un pur qui «est entré dans la révolution algérienne comme on entre en religion», écrit Khalfa Mameri. Et s’il y avait un procès digne d’une grande Révolution, il y aurait, avant le jugement, la confrontation. Mais, comme le souligne Khalfa Mameri, «Le CNRA ignoré, CCE réduit à 5 membres tous détenteurs de forces militaires, alors qu’il en comptait 9, absence de l’accusé, absence d’un défenseur, même commis d’office, élasticité incompréhensible et jamais vue nulle part de la peine: prison ou exécution, blanc seing donné au geôlier, libre de décider (seul?) De la peine finale.» (29) On peut dire in fine que l’histoire retiendra surtout d’Abane qu’il fut un homme ne fuyant jamais ses responsabilités ni son devoir envers sa patrie.
Boubekeur Ait Benali
9 janvier 2011
Notes de renvoi:
1) Khalfa Mameri, “Le faux procès”, page 70,
2) Khalfa Mameri, “Abane Ramdane, héros de la guerre d’Algérie”, page 133,
3) Id, page 155,
4) Id, page 95,
5) Id, page 100,
6) Id, page 139,
7) Id, page 112,
Id, page 165,
9) Id, page 168,
10) Id, page 185,
11) Khalfa Mameri, “Le faux procès”, page 45,
12) Khalfa Mameri, “Abane Ramdane, héros de la guerre d’Algérie”, page 197,
13) Id, page 213,
14) Khalfa Mameri, “Le faux procès”, page15,
15) Khalfa Mameri, “Abane Ramdane, héros de la guerre d’Algérie”, page 255,
16) Gilbert Meynier, “Histoire intérieure du FLN”, page345,
17) Khalfa Mameri, “Abane Ramdane, héros de la guerre d’Algérie”, page 273,
18) Ferhat Abbas, “Autopsie d’une guerre”, page 212,
19) Gilbert Meynier, id, pages 341, 342,
20) Khalfa Mameri, “Abane Ramdane, héros de la guerre d’Algérie”, page 292,
21) Id, page 293,
22) Id, page 289,
23) Id, page 297,
24) Id, page 289,
25) Id, page 272,
26) Id, page 297,
27) Khalfa Mameri, “Le faux procès”, page 87,
28) Khalfa Mameri, ” Abane Ramdane. héros de la guerre d’Algérie”, page 297,
29 Khalfa Mameri, ” Le faux procès”, page 75.


Dans un entretien accordé à econostrum.info Abdelhamid Mehri revient sur l’actualité nationale et celle relative à la révolution dans le monde arabe. Il estime que «des gouvernements démocratiques, soutenus par leurs peuples peuvent faire comprendre à ces puissances que leurs intérêts, chez nous, sont à négocier et non pas à défendre.»

ALGÉRIE / MÉDITERRANÉE. Abdelhamid Mehri a un long parcours politique. Militant nationaliste dès les années 1940, il adhère au Parti du peuple algérien (PPA) puis au Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (MTLD), deux formations créées par le «père du nationalisme» algérien, Messali Hadj. Dans les années 1950, il est membre du comité central du MTLD. Après le déclenchement de la guerre de libération nationale suivie d’un séjour de quelques mois en prison, il rejoint le Front de libération nationale (FLN). Il devient membre du Conseil national de la révolution algérienne (CNRA), puis du Comité de coordination et d’exécution (CCE). Deux fois ministres au sein du Gouvernement provisoire, il sera, à l’indépendance, ambassadeur d’Algérie en France de 1984 à 1988. Secrétaire général du FLN de 1988 à 1996, il signera l’accord de Sant’Egidio en 1995.

Econostrum.info: Divers partis, de l’alliance présidentielle ou de l’opposition, réclament une révision en profondeur de la Constitution. Certains demandent la dissolution de l’actuelle APN et la convocation d’élections législatives anticipées. Qu’en pensez-vous ?

Abdelhamid Mehri: Toutes les propositions visant l’amendement ou la refonte des textes posent un autre problème : le changement auquel aspire la société algérienne aujourd’hui peut-il être satisfait uniquement par l’actualisation ou la refonte des textes ? Question à débattre. Quand aux élections, quel que soit leur objet ou leur niveau, leur importance et leur signification sont liées, de mon point de vue, à la plateforme politique et au contexte qui les dictent.

Econostrum.info: Etes-vous favorable à la mise en place d’une Assemblée constituante?

Abdelhamid Mehri : L’élection d’une Assemblée constituante peut s’avérer nécessaire dans certains cas de figure. Elle n’est pas la seule voix menant au changement. Cela dépend du consensus national politique à débattre.

Econostrum.info: Le monde arabe est secoué par des soulèvements populaires alors que l’effervescence sociale et politique ne faiblit pas dans notre pays. Pensez-vous que le régime algérien peut se réformer, se démocratiser?

Abdelhamid Mehri: Le régime algérien peut procéder à certaines améliorations. Mais pour construire la démocratie, il faut absolument abandonner la pratique de l’exclusion. La tendance à vouloir toujours agir seul, et même à réformer sans les autres est une forme d’exclusion.

«L’intervention étrangère peut constituer un frein plutôt qu’un accélérateur du changement véritable.»
Econostrum.info: Comment peut-on, selon vous, résoudre la contradiction entre, d’un côté, l’aspiration légitime du peuple libyen à la liberté politique et, de l’autre, le refus tout aussi légitime des ingérences militaires étrangères?

Abdelhamid Mehri: Il faut d’abord souligner que le régime libyen qui a privé le peuple de sa liberté et qui le soumet à la terreur des armes est aussi pleinement responsable de l’intervention des puissances étrangères auxquelles il a fourni toutes les justifications ou les prétextes recherchés.

La contradiction que vous signalez n’est peut être qu’apparente. L’intervention étrangère peut constituer, en fin de compte, un frein plutôt qu’un accélérateur du changement véritable. A ceux qui se déclarent, honnêtement, contre l’intervention étrangère en Libye de trouver les moyens d’être aux côtés du peuple libyen.

Le Maghreb démocratique peut se réaliser
Econostrum.info: Pensez-vous que le Grand Maghreb des peuples peut devenir une réalité?

Abdelhamid Mehri: Au «Maghreb des peuples» je préfère, plus nettement, le «Maghreb démocratique» sans fossés entre peuples et gouvernements. Le FLN, au Congrès de la Soummam, préconisait l’action aussi bien au niveau des peuples qu’au niveau des gouvernements pour réaliser l’unité du Maghreb. Cette vision et cette stratégie d’action politique demeurent valables à mon avis. Menées avec discernement et ténacité, elles peuvent réaliser le rêve maghrébin.

Econostrum.info: Partagez-vous le point de vue de ceux qui considèrent que les manifestations et soulèvements populaires auxquels on assiste dans le monde arabe relèvent d’un vaste complot ourdi par les Etats-Unis?

Abdelhamid Mehri: Je ne partage pas, bien sûr, ce point de vue. Car cela suppose que les grandes puissances, USA en tête, n’étaient pas présentes et ne pesaient pas lourdement sur les destinées du monde arabe. Les réalités de notre monde nous enseignent que nous aurons toujours affaire à ces puissances. Seuls des gouvernements démocratiques, soutenus par leurs peuples peuvent faire comprendre à ces puissances que leurs intérêts, chez nous, sont à négocier et non pas à défendre.

Lundi 11 Avril 2011
Amal Belkessam, à ALGER
http://www.econostrum.info