Articles Tagués ‘job’


Offre d’emploi:MSF recrute des Médiateurs chargés de recrutement de donateurs (H/F) – CDD de 1 mois à partir du 2 septembre 2013, déplacements en région

Mission :
La mission de médiateur est de sensibiliser le public aux actions de Médecins Sans Frontières afin de recruter de nouveaux donateurs réguliers par prélèvement automatique lors de campagnes de sensibilisation en rue et /ou dans les centres commerciaux ou lors d’autres évènements.

Au sein du pôle Face à Face, dépendant du département collecte de fonds privés, vous serez sous la supervision directe du responsable de la diversification du face à face. Une formation à nos programmes vous sera dispensée.

Principales responsabilités :
–    Recruter des donateurs réguliers en prélèvement automatique en présentant les actions de MSF via un dialogue avec le public
–    Représenter MSF sur le terrain dans le respect de l’image et de l’éthique de l’association

Ville

Paris + déplacements en régions toutes les semaines

Expériences / Formation du candidat

Profil : Tempérament énergique / une expérience dans le recrutement de donateurs et/ou le télémarketing est vivement souhaitée / goût prononcé pour le travail et la vie en équipe / aisance orale / aisance relationnelle et sens de l’écoute / bonne élocution / avoir une bonne résistance physique, de la patience et de la persévérance / savoir communiquer et adapter son discours à son interlocuteur / être dynamique et savoir convaincre

Durée du contrat

Statut : Employé – CDD temps plein (39 h / semaine) du lundi au vendredi. Mission impliquant des déplacements dans différentes villes.
Prise de poste : A partir du 2 septembre 2013 pour une durée de 1 mois, reconductible

Salaire / Indemnité

Conditions salariales : 1 839.61 € bruts mensuels sur 13 mois soit 23.91K€ brut annuel. 22 jours RTT par an calculés au prorata de la durée du contrat. Titres restaurants d’une valeur faciale de 8,50€ (prise en charge à 60% par l’employeur). Complémentaire santé prise en charge à 100% par Médecins Sans Frontières. Prise en charge de 50%  de l’abonnement aux transports en commun Paris et région parisienne et région.

Documents à envoyer

Merci d’adresser votre candidature (lettre de motivation et CV) à l’attention de Romain Jacquier par mail à l’adresse suivante : collecte@paris.msf.org
Merci d’indiquer dans l’objet du mail la référence : MEDZ13M-S2

Email de la personne contact

collecte@paris.msf.org

Date de fin de validité de l’annonce

09/08/2013


Promotion de l’emploi

D’aucuns savent que les nouvelles technologies de l’information et de la communication constituent de vraies plateformes pour la création d’emplois. Et c’est ce qui incite l’Algérie à se lancer dans la perspective de concrétiser la création d’emplois dans le secteur à travers les différents plans de développement préconisés par Algérie Poste.
Et comme tout passe d’abord par l’autonomie dont devrait jouir cet organisme public, voilà que le ministre du secteur, M. Moussa Benhammadi, déclare, à partir de Constantine, lors d’une visite dans cette wilaya, que les structures locales d’Algérie Poste jouissent « désormais » d’une « autonomie » en matière de gestion des personnels et des finances. Cette décision a été annoncée par le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, lundi dernier, durant l’inspection de la recette postale de la nouvelle ville Ali-Mendjeli à Constantine. Le ministre a tenu à relever que cette décision s’inscrit en droite ligne des mesures prises par les pouvoirs publics en vue de promouvoir l’emploi. La précision du ministre est de taille. « Chaque structure de wilaya est dorénavant appelée à déterminer ses besoins en toute autonomie, qu’il s’agisse de recrutements ou d’acquisition d’équipements », dira-t-il Et c’est ainsi qu’il n’a pas omis d’appeler les responsables concernés à « exploiter pleinement » la convention signée entre le ministère de la Poste et des TIC et celui de l’Emploi. Il est utile de remarquer qu’en Algérie, les TIC forment 4% du PIB. Pour évoluer vers la création de 100.000 emplois nouveaux directs et 300.000 autres indirects, l’Algérie doit moderniser ses infrastructures. Le développement des TIC, tendance qui favorise la création d’emplois, va ainsi avoir un effet d’entraînement sur la société algérienne. Avec l’avènement de la 3G, une autre opportunité de création de nouveaux métiers, 32 millions d’abonnés de la téléphonie mobile, 800.000 abonnés à l’internet et deux millions d’accès à l’ADSL, l’on enregistre néanmoins que 15% d’entreprises sont connectées et moins de 40% des PME en sont équipées. Pour le web, l’un des moyens importants de fonctionnement des entreprises, le nombre de sites ne dépasse pas 6000 dans tout le pays, ce qui doit inciter les entreprises algériennes à engager plus d’efforts pour être visibles sur le marché international. C’est donc dans ce même ordre d’idées que le ministre a tenu à expliquer, lors de sa visite d’inspection et de travail à Constantine, que « l’enjeu est d’ouvrir, par le biais des dispositifs de soutien à l’emploi, de nouvelles perspectives aux jeunes disposant des diplômes nécessaires et désireux d’investir dans des créneaux en rapport avec les TIC ». Il s’agit, selon M. Benhamadi, de « rompre avec les schémas classiques » afin de permettre également au secteur de se développer davantage en tirant la quintessence du savoir-faire des jeunes algériens en la matière. Il faut rappeler aussi que le chiffre d’affaires pour les télécoms était évalué à 4,7 milliards de dollars en 2009, dont la part consacrée au matériel logiciels et services ne compte pas beaucoup d’activités, alors que ce sont les créneaux les plus porteurs Il est nécessaire de savoir qu’au rythme où s’oriente le développement des TIC, l’économie de l’information est en train d’évoluer vers une économie de réseau qui transforme radicalement le monde du travail. En Algérie, et à titre d’exemple pour citer les nouvelles débouchées pour les femmes, les technologies de l’information et de la communication engendreront de nouvelles formes de travail qui avantagent les femmes en leur permettant de travailler à domicile et de mieux concilier leurs horaires professionnels et familiaux. Pour l’instant, les débouchés les plus prometteurs pour elles sont les emplois qui se créent dans les centres d’appels et ceux dans le traitement de données. D’autres opportunités s’ouvriront également aux femmes algériennes, à savoir les emplois délocalisés à l’échelle internationale, tels que la transcription de comptes rendus médicaux ou les services informatiques, lesquels auront à transformer leur existence et les perspectives de leur carrière. Avec le projet national d’installation de 62 000 km de câbles de fibre optique, l’on assistera à la création de plus de sociétés travaillant dans le secteur de la nouvelle technologie de l’information et de la communication (NTIC), la présence des investisseurs étrangers et la création de milliers d’emplois. On a estimé que 100.000 emplois seront générés par les TIC en Algérie. Et justement à l’annonce de la possibilité de générer ce nombre important de débouchés pour la jeunesse algérienne par la seule mobilisation des moyens offerts par les TIC, le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la communication, M. Benhamadi, n’a pas manqué de souligner, au début du mois de février dernier, que la réalisation de cet objectif est lié à la réussite du programme e-Algérie. Autrement dit, la modernisation des infrastructures des télécoms, condition sine qua non pour l’accès au haut et très haut débit et synonyme de réduction de la fracture numérique, est un passage obligé pour la génération par l’appropriation des TIC de nouveaux gisements du travail en Algérie. D’autre part, et lors d’une séance de travail avec les responsables locaux du secteur à Oran, M. Benhamadi avait bien souligné que l’application rigoureuse de e-Algérie permettra de générer 100.000 postes d’emploi directs au bénéfice des jeunes diplômés universitaires et 300.000 autres indirects à travers la création de PME-PMI pour garantir des services dans les TIC.
Saïd Ben