Articles Tagués ‘présidentielles 2014’


La communauté algérienne et les « amis de l’Algérie viennent de lancer une pétition adressée à John Kerry avant sa visite en Algérie.

La communauté algérienne qui a toujours en mémoire l’impulsion arrachée aux Etats Unis par Bouteflika le général Toufik interprétée par ces derniers comme une bénédiction à la fraude. Une pétition adressée au secrétaire d’Etat américain dénonçant les risques de manipulation de sa visite par le pouvoir est en circulation. Nous la reproduisons intégralement.
john_kerry_200_200
Malek Yacini

President Bouteflika’s political campaign is using your visit to Algeria to legitimize his reelection for a fourth Presidential term

Petition by
The Algerian-American Community and friends of Algeria
Multiply Your Impact

His Excellency John Kerry
Secretary of State
The United States of America

Mr. Secretary,

We, the Algerian-American community and friends of Algeria in the United States, call on you to support the democratic process in Algeria by not allowing your up coming trip to Algeria to be used by President Bouteflika’s political campaign to legitimize his reelection for the a fourth Presidential term. As you know Mr. Secretary, President Bouteflika has been President since 1999. He has amended the Algerian Constitution to do away with the two term provision. In this election, what concerns us most is that his health is very frail as a result of a stroke he suffered last year and that by all accounts he is unable to perform the duties of the Office of President as required by the Algerian constitution.

Mr. Secretary,

As we call on you to express America’s support for Algeria during these difficult and delicate times, we also reminded that only a true democracy can enhance Algerian American relations. As you know Mr. secretary, North Africa’s stability is essential to America’s long standing interest in the region. Therefore, as we all appreciate President Bouteflika’s contribution toward maintaining such stability, and wish him a speedy recovery, we are also reminded that the stakes in this up coming election could not be higher. The challenges facing Algeria and the region require a new and a vigilant leadership to continue the struggle for a better, stable and peaceful Algeria. It is in this context Mr. Secretary that America’s role in promoting democracy in Algeria takes into consideration the implementation of the highest standards of political integrity as stated by President Obama when he said:

“We pledge to implement the highest standards of integrity — because those in power must serve the people, not themselves.”

Mr. Secretary,

The Arab Spring has taught us all a lesson that leadership change, with all its set backs, is the only way to promote change and progress and guarantee that the voice of the people is heard.

Mr. Secretary,

As you embark on your tour to North Africa, we would like you to know that the Algerian people appreciate America’s friendship and America’s values of freedom and democracy. Please hear their voice!


aktouf

Omar Aktouf. économiste

«La seule ‘‘stabilité’’ semble être celle des gains et privilèges des gens du pouvoir et de leurs clientèles»

Professeur en management à HEC Montréal (Canada), Omar Aktouf n’est plus à présenter. Dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder, l’économiste connu et reconnu dans le monde entier tire la sonnette d’alarme sur les dangers qui guettent l’Algérie. Pour lui, le chômage abyssal des jeunes sur fond de développement d’une caste d’affairistes et fortunés aux revenus aussi insensés que douteux sont des ingrédients d’une révolte annoncée, d’autant que, regrette-t-il, rien n’indique que le régime actuel ait tiré une quelconque leçon de ce qui est arrivé en Tunisie, Egypte… et aujourd’hui en Syrie ou en Ukraine. Bien au contraire.

-La candidature «muette» de Bouteflika à sa propre succession pour un quatrième mandat a plongé l’Algérie dans un climat d’incertitudes. Pourtant, notre diaspora à l’étranger, loin d’être négligeable, reste étrangement placide. Pourquoi ?

Personnellement, je ne dirais pas que notre diaspora est «placide», mais plutôt qu’elle est (tout comme moi-même, en fait) profondément atterrée et tétanisée devant l’ampleur inouïe de la gabegie et de l’ubuesque qui atteignent aujourd’hui notre pays, devenu la risée mondiale. Je pense aussi que notre diaspora reste les bras ballants devant l’extrême timidité (pour ne pas dire silence total) de ladite «communauté internationale» face à ces tréfonds de bafouage de la démocratie qui frappent l’Algérie (alors qu’elle se déchaîne par ailleurs à propos de ce qui se passe en Ukraine, Iran et autres Venezuela). Notre diaspora me semble également profondément perplexe, sinon au comble de la déception et du désenchantement devant l’apathie (même s’il y a çà et là de relatives protestations et manifestations isolées) dont font preuve nos «élites» de la société civile «établie», qu’elles soient intellectuelles ou, surtout à mon avis, institutionnelles-corporatistes du genre FCE et ses think-tanks, associations «progressistes» diverses, cohortes d’«experts internationaux» nationaux abonnés aux séjours en Algérie.

Ces «élites» qui, souvent, n’hésitent pas à se positionner en parangons de la modernisation de l’Algérie, de sa mise à niveau «démocratique» et «business-stratégique», se voulant au diapason des nations les plus «évoluées», se révèlent finalement (sans généraliser, il y a évidemment des exceptions) bien plus opportunistes et prêtes à s’accommoder de n’importe quel Néron, Staline, Tartarin, ou même fantôme à la tête du pays. Et ce, en plus des cliques, galonnées ou non, qui gravitent autour et qui assurent la pérennité des magouilles, appuis occultes et passe-droits, nid de bien des «affaires» juteuses.

Le sort du pays et du peuple n’a jamais fait partie de leurs préoccupations en dépit des discours poujadistes-populistes dont ces milieux font preuve à l’occasion, pourvu que soit garantie la continuité de leur confortable affairisme et de leurs intérêts égoïstes immédiats. Ceux-ci sont par ailleurs largement présentés (et opportunément relayés par certains médias aux ordres, vulgate ultra-libérale aidant), comme synonymes de l’intérêt général, de sources de progrès économiques et sociaux, de créations d’emplois, de développement collectif… Sinon de propulsion du pays au rang de «l’émergence» grâce à une miraculeuse éclosion de salutaires héros-entrepreneurs-leaders qui méritent, en plus de leur enrichissement personnel infini, vénération, adulation et reconnaissance (ce dont on voit les résultats par exemple au Mexique où se trouve le second homme le plus riche du monde et 45% de la population en pauvreté absolue).

La persistance de ce genre de pensée chez nos «élites» économiques (ainsi que chez certains médias, certaines franges de la société civile), malgré les cuisants échecs du néolibéralisme — et ipso facto des modes de gouvernance — management qui l’accompagnent —, donne pour nous une amère impression d’aveuglement dogmatique ultra libéral. Dogmatisme devenu non seulement stupide mais désormais criminel (comme le répètent inlassablement, entre autres, des Nobel tels que Stiglitz, Krugman, ou des R. Reich, Al Gore, etc.).

A cette impression d’aveuglement doublée d’ignorance volontaire de toute autre forme de pensée que néolibérale, vient s’ajouter celle de l’emprise d’un pur et simple arrivisme-opportunisme fortement appuyé sur un désastreux (et fort lucratif pour ceux qui en profitent) statu quo théorique et idéologique, s’acharnant à ressasser les mêmes leitmotiv : ce qui fait le boulimique intérêt des dominants ferait aussi, automatiquement et par on ne sait quelle vertu de pensée magique, celui des masses populaires. Faire sans cesse plus de néolibéralisme est non seulement censé guérir les maux issus de ce même néolibéralisme, mais aussi propulser vers de radieux lendemains de «changements et progrès».

Pour finir sur cette question, il me semble qu’il est un autre aspect de fort grande importance : ne pas oublier qu’une partie (largement) non négligeable de notre diaspora entretient de bien juteuses relations de business avec le système Algérie tel qu’il est et a presque toujours été, Bouteflika ou pas : ce sont les intermédiaires de tous poils, les représentants de multinationales, les «consultants» en tout et rien, les innombrables vecteurs de ristournes et rétro-commissions, les omnipotents experts importateurs de «modèles occidentaux avancés» qui viennent donner un salutaire adoubement «scientifique» aux plus douteuses des pratiques d’enrichissements illimités, sinon de lavage d’argent public, d’évasion fiscale, d’exploitation infinie des citoyens et de la nature (la sempiternelle «stratégie de la compétitivité»)… Cette diaspora-là, par ailleurs la plus visible au pays, ne dénoncera jamais ni ne se lèvera contre qui que ce soit au pouvoir en Algérie tant que les poches des uns et des autres se remplissent.

-Qu’est-ce qui fait courir, selon vous, les adeptes du 4e mandat ? Est-ce pour maintenir un système de prédation ou pour, comme ils le prêchent, garantir la stabilité et le progrès économique ?

Un certain Einstein répétait que «Refaire constamment les mêmes choses et clamer ou espérer qu’il en résultera le changement, relève soit de la bêtise soit de la folie». Voilà un des aspects sur lesquels ce régime Bouteflika qui n’a cessé de promettre emplois pour les jeunes, justice sociale, transparence des institutions, Etat de droit, solidarité nationale… a, plus que les autres (car il avait le recul et le temps d’en voir les dégâts mondiaux, et cela jusqu’aux portes mêmes de l’Algérie, en Europe) gravement failli, autant socialement qu’économiquement et politiquement. Il est gravement coupable de ne pas avoir compris (ou refusé de comprendre) que s’imposait d’urgence une totale rupture avec les doctrines néolibérales et un virage radical vers des «modèles» quasiment aux antipodes du modèle libéral-US, et qui ont largement et constamment fait leurs preuves : ceux de l’Europe du Nord et des Tigres et Dragons asiatiques.

J’insiste sur ce point, car partout ce sont les milieux d’affaires-faiseurs d’argent (money makers comme on dit sans hypocrisie ni complexe en langue anglaise) qui sont présentés (et se présentent) comme des super-élites philanthropiques, preux chevaliers sauveurs des peuples, du bon droit, de la démocratie, de l’économie, du bien-être général, du «progrès». Et c’est bien ce que l’on voit chez nous : cette super-élite de money makers est, à grands renforts de triomphants think-tanks et super «experts» made in US ou France…, ainsi présentée et imposée aux Algériens. Le résultat est que notre peuple, intellectuels et institutions de la société civile compris, finit par être dupe de ce discours, et même par s’en approprier les principes idéologiques érigés en haute science.

C’est alors que peuple et société civile apparaissent finalement, et malgré les sporadiques protestations, à la diaspora comme tout aussi tétanisés qu’elle, las, fatigués d’années de violences et de sang, en plus d’être «achetés» par manne pétrolière interposée, embrigadés, muselés, férocement réprimés à la moindre manifestation ; bref, impuissants et n’aspirant qu’à une chose : décrocher un visa pour l’étranger et fuir une patrie qui leur échappe de toutes parts.

-Quel scénario voyez-vous pour l’après-17 avril 2014 ? Un «printemps algérien» serait-il inéluctable ?

Je dirais que personnellement je crains, hélas, autant un avant le 17 avril qu’un après, bien que je souhaite ardemment me tromper. Car, malheureusement, tous les ingrédients (et même plus) qui ont conduit au déclenchement desdits printemps arabes semblent réunis : chômage abyssal des jeunes ; fortunes et revenus aussi insensés que douteux de nos nouveaux super riches (une quarantaine de milliardaires et cinq milliers de millionnaires en euros connus !) dont certains figurent dans les «top 500» du monde ; ampleurs sans précédent des inégalités et injustices qui en découlent ; absence endémique de perspectives pour la jeunesse ; catastrophique Education nationale ; multitudes de diplômés chômeurs ; inflation hors contrôle ; revenus d’exportations (qui ne sont qu’hydrocarbures) en baisse à cause des chutes des prix mondiaux et des produits de schistes ; importations en hausse à cause des spéculations internationales sur tous les produits de premières nécessité ; «Etat» qui n’est plus que chaise musicale de rentiers, scandales, couverture de méga corruption, figuration bureaucratique sclérosée, comité de gestion des intérêts de ses kidnappeurs de l’ombre et de la nouvelle classe dominante d’arrivistes qui s’y accrochent ; agriculture sinistrée ; industrie, infrastructures, PIB… ridiculement anémiques, même comparés à des nains comme la Malaisie ; secteur privé largement extraverti avec des entreprises (statistiques désormais dépassées sans doute) dont 68% des chefs ne déclarent pas leurs salariés aux caisses de sécurité sociale, 72% les rémunèrent en dessous du SNMG, 55% les font travailler 12 heures par jour ; des centaines de jacqueries populaires un peu partout pratiquement tous les mois ; conflits sociaux qui virent aux affrontements ethniques sanglants (région du M’zab par exemple)…

Ne voilà-t-il pas une dangereuse accumulation d’ingrédients d’une bombe à retardement qui n’attend que l’étincelle fatidique ? Craignons, à Dieu ne plaise, que ce ne soit cette grotesque candidature fantomatique, avant ou après le 17 avril. Il est connu en sociologie politique que lorsqu’environ 25% d’une population est spoliée au point de ne plus rien avoir à perdre, la révolution n’est pas loin. Reste à espérer qu’elle ne soit point sanglante, ou que nos «élites» et dirigeants/dominants se mettent de toute urgence à vraiment changer les choses et appliquer ce conseil de Machiavel : «Prince, si tu crains la révolution, fais-la !». Hélas ! Je ne peux être de ceux qui clament «la stabilité» du pays comme synonyme du règne de l’actuelle présidence. Je ne vois personnellement que stagnations et reculs, la seule «stabilité» semble être celle des gains et privilèges de nos gens du pouvoir et de leurs clientèles, autant intérieures qu’extérieures. Nous ne sommes en effet pas du tout à l’abri d’un printemps algérien. Je ne vois nulle part qu’on ait tiré une quelconque leçon de ce qui est arrivé en Tunisie, Egypte… et aujourd’hui en Syrie ou Ukraine. Bien au contraire.

-Ce climat politique délétère ne risque-t-il pas d’avoir des conséquences gravissimes au plan économique, notamment sur la confiance dont notre pays a plus que jamais besoin auprès de ses partenaires étrangers, des institutions et des marchés financiers ?

Le climat délétère dont on parle ne fera, à mon sens, qu’aggraver un manque de confiance déjà «structurel» qui accable l’Algérie depuis des années. Sa cote dans le monde est déjà bien basse : que de lamentables classements dans les indicateurs internationaux de sérieux, de qualité de vie, de gouvernance. Rien de nouveau sous le soleil, si ce n’est d’autres nuages qui s’accumulent dans notre ciel, et dont notre pays se serait bien passé. Ma position sur la question des partenaires étrangers et des institutions internationales (les FMI, Banque mondiale, OMC…) a toujours été limpide : rien de bon pour les pays non nantis et tout pour les pays riches et les riches des pays pauvres.

Ce que le dernier Davos, l’OIT, Oxfam… viennent de confirmer en montrant comment ces institutions et leur néolibéralisme entêté conduisent à la mainmise de la finance sur les Etats, l’aggravation de la pauvreté globale, l’enrichissement insolent des multinationales, le saccage du tiers-monde, l’hyperconcentration stérile des richesses (85 personnes possèdent l’équivalent de l’avoir de la moitié de la planète, 400 citoyens américains possèdent plus de richesses que la moitié de la population US, etc.), la destruction des classes moyennes, la dévastation de la nature… Que ces institutions se tiennent loin de l’Algérie ne me pose aucun problème, au contraire ! Quant aux investisseurs étrangers et aux marchés financiers, on voit bien les résultats de leurs actions un peu partout (à commencer par le chaos argentin de 2003 et à finir par la déroute de l’Europe en voie d’être classée — hors Allemagne —, comme ensemble de «pays émergents» et une France «sous surveillance»).

Les investisseurs ne cherchent qu’à retirer toujours plus que ce qu’ils mettent, quitte à corrompre, spolier, déplacer des populations, polluer, semer la misère, voire la mort et les génocides (région des grands lacs en Afrique subsaharienne, notamment). Les marchés financiers ne sont pratiquement que spéculation, argent sale, évasions fiscales (manipulation de la dette grecque par Goldman Sachs, survaleur titanesque de Facebook, Microsoft, Google…, gigantesques magouilles fiscales et monétaires de McDonald, Starbucks, Barclay…). Pour moi, l’Algérie doit d’abord se sortir de sa tenace image d’absence de sérieux, d’incessant bricolage politico-économique, et ensuite rompre d’urgence avec l’économisme néolibéral et ses sous-produits assassins : le «stratégisme-managérialisme» à l’américaine.

Regardons vite du côté de pays qui ont brillamment réussi «autrement», comme les Tigres et Dragons asiatiques, dont la minuscule Malaisie (double du PIB algérien, moitié de la taille de la France). Cette question renvoie à celle des institutions et leur fonctionnement. Or, ce que l’on voit le plus en Algérie c’est une agitation frénétique autour de l’importation de modes, programmes et diplômes (MBA, DBA…) qui ne sont que techniques, how-to, simples procédures de niveau méso et micro : ce qui se retrouve derrière des théories et pratiques traitant de «stratégie», «management», «gouvernance»… Tout cela n’est que «techniques» ou modalités opératoires absurdes en soi, manquant cruellement de perspective autres que le fait de «prendre soin de l’argent» et le multiplier à n’importe quel prix. Ce dont nous manquons le plus, c’est de vision macro, de paradigme, de finalité, de sens et de raisons quant à ce que nous faisons en guise d’activités dites économiques. Pour qui ? Pourquoi ? Pour quel projet de société ? Quelle communauté humaine ? Quel niveau de vie et pour qui ? Aucun «how-to» ne répond à ces questions fondamentales. La multiplication des écoles de gestion à la US (que du «how-to») et des diplômés de ces écoles temples du néolibéralisme ne feront qu’aggraver les choses, point ! Une constituante serait ici fort utile pour établir un projet de société et dire si notre peuple veut une Algérie à la US ou non.

-L’Algérie est très mal classée dans de nombreux domaines socio-économiques au moment où le Premier ministre Sellal sillonne le pays en louant les grandes réalisation du Président-candiadat. Un changement de cap est-il inélucatble ?

Ce sont des statistiques et des faits dévastateurs pour notre pays. Elles ne font que confirmer ce que l’on atteint à foncer tête baissée dans les affres du néolibéralisme et du désormais létal modèle US qui a été utile et efficace en un temps passé, mais qui n’est plus que criminels boursicotages et châteaux de cartes financiers sur le dos des classes moyennes, de la nature et du salariat (voir Inequality for all de R. Reich et Inconvenient truth de Al Gore…). Ce ne sont pas là les «réalisations» de notre seul Président-candidat actuel, elles découlent de politiques économiques faites de bric et de broc et de fantaisistes revirements d’incompétents depuis quasiment l’indépendance de notre pays.

De plus, depuis l’ère de notre «ouverture» au capitalisme et la mondialisation néolibérale, l’Algérie a tout abdiqué au dieu marché autorégulé («institution qui n’a ni cœur ni cerveau» comme disait le Nobel Paul Samuelson). Ce sera donc ma conclusion : confier le destin de pays et peuples à un prétendu «libre marché» n’est que dénaturation de l’Etat devenu repaire de businessmen et vassal d’un nouveau clergé imposant les desiderata du business comme «sciences», «ordre naturel des choses». Or, les forces du business mènent, lorsque non surveillées et encadrées (elles le sont, avec les résultats qu’on connaît, en Allemagne, Suède, Japon, Malaisie, Corée du Sud…) inéluctablement aux corruptions (les lobbies US ne sont qu’hyper corruption légalisée), aux scandales, aux injustices, aux inégalités, à l’épuisement accéléré de la nature. Il n’est pas trop tard pour l’Algérie pour changer de cap, mais le temps joue terriblement contre nous.

Naima Benouaret
in El Watan, 10 mars 2014


Djamel Zenati

Quelles que pourraient être les évolutions possibles dans le rapport entre les divers acteurs du sérail, le système est désormais arrivé à son terme. Vouloir le prolonger est une hérésie. Quel danger pourrait être raisonnablement invoqué pour différer la transition démocratique ? Le seul danger est justement de la différer

Grave et incertain moment que ce prélude à l’élection présidentielle d’avril 2014. La situation est certes inédite. Elle suggère néanmoins un parallèle frappant avec l’une des séquences les plus sanglantes de la guerre de Libération nationale : l’épisode de la sinistre OAS et du putsch manqué des généraux, en 1961.
Terrifiés à l’idée de devoir quitter l’Algérie, les ultras de «l’Algérie française» se jettent avec l’énergie du désespoir dans une ultime bataille, faisant fortement vaciller les fondements mêmes de la Ve République.
A quelques décennies d’intervalle, avec des acteurs algériens cette fois, l’histoire semble se répéter. Disons plutôt qu’elle bégaie. En effet, affolé par une fin de règne imminente, le clan présidentiel se met à la manœuvre, empruntant les voies douteuses de la diversion et du chantage. Ni le bilan désastreux ni l’œuvre de la nature ne semblent les modérer dans leur soif du pouvoir. Dès leur arrivée, Bouteflika et sa cour se sont peu à peu constitués en véritable système dans le système, satellisant les institutions et enveloppant le pays d’une toile réticulaire maffieuse. Un nouveau pas vient d’être franchi dans cette attitude de défiance arborée depuis peu.
Le conflit ne porte pas sur les idées ou les projets ; il oppose une caste à tout ce qui est de nature à contrarier ses desseins.

Le protégé s’insurge contre son protecteur, expression d’un syndrome de Stockholm inversé. Le clan fustige les agissements du DRS en oubliant de préciser qu’il en est le principal bénéficiaire. Omission qui enlève au propos toute portée crédible et le relègue au registre étroit du règlement de comptes.
De même, la supercherie qui consiste à s’approprier tardivement les thèmes chers à l’opposition démocratique ou à se découvrir de la sympathie pour des personnalités jadis persécutées. Les convictions ne naissent jamais de l’agénésie et de l’hystérie.

Nul ne s’est d’ailleurs laissé abuser, exceptés ceux qui y puisent prétexte à soulager leur conscience d’une collusion secrète encombrante.

Prendre ainsi le risque de diviser l’institution militaire, voire le pays, est une entreprise pour le moins dangereuse. Il ne s’agit nullement d’un alignement ou de quelque parti pris. Notre position sur l’institution militaire ne souffre aucune ambiguïté : nous avons toujours plaidé pour une armée forte, moderne, unie et subordonnée à un pouvoir politique démocratiquement mandaté. L’inquiétude est grande de voir à nouveau notre pays sombrer dans la mésaventure. Surtout dans un contexte régional explosif et une mondialisation qui ne connaît aucune barrière ni ne s’encombre de la légalité internationale A-t-on perdu le sens de la mesure au point de vouloir ériger la déraison en raison d’Etat ? Faire preuve de lucidité et de patriotisme aujourd’hui c’est se rendre à l’évidence que ce débordement inhabituel est révélateur de l’incapacité du système à gérer ses propres contradictions. Choisir l’entêtement et le passage en force, c’est accepter de perdre toute habilitation à dire le droit. Et, du même coup, donner argument et légitimité à l’anarchie et la désobéissance.

Quelles que pourraient être les évolutions possibles dans le rapport entre les divers acteurs du sérail, le système est désormais arrivé à son terme. Vouloir le prolonger est une hérésie.

Quel danger pourrait être raisonnablement invoqué pour différer la transition démocratique ? Le seul danger est justement de la différer. A maintes occasions, invitation a été faite à Bouteflika de graver son nom dans l’histoire en engageant résolument une transition démocratique. Hélas, à la grande œuvre, il préfère la petite histoire faite d’intrigue et d’arrogance, celle-là même qui finit au mieux dans la désuétude et l’oubli.

J’ai honte. J’ai honte pour nos dirigeants. J’ai honte pour nos élites. J’ai honte devant tant d’indifférence et d’impuissance. A travers son histoire douloureuse, le peuple algérien a toujours fait montre de grandeur. Grandeur de l’esprit, grandeur de l’engagement et grandeur dans l’aptitude à surmonter les pires difficultés. Pourquoi vouloir en faire un peuple corvéable, corruptible, colonisable ? C’est incontestablement dans cette grandeur qu’il a puisé ressources et ressort dans sa longue marche pour la liberté et le progrès. Est-il besoin de rappeler qu’un peuple libre, maître de son destin, est l’unique garant de la prospérité et de la souveraineté du pays ? Il est possible de renouer avec l’épopée glorieuse de nos prédécesseurs. Il suffirait de se départir de nos rancœurs et égoïsmes.

Les acteurs du changement et les patriotes sincères, où qu’ils soient et au-delà la diversité de leurs opinions, doivent en urgence se retrouver en congrès national afin d’évaluer la situation et jeter les bases d’un renouvellement de la perspective historique en Algérie. Il s’agit de définir les contours d’une transition pacifique et négociée. Cette initiative ne se pose pas en concurrence avec l’élection présidentielle, qui se tiendra normalement en avril prochain. Au contraire, elle peut en être le complément, l’encadrement nécessaire qui apportera sens et crédit à cette élection. Il suffit pour cela que les candidats s’engagent, en cas d’élection, à mettre en œuvre les recommandations du congrès national. L’articulation de ces deux moments est le fondement d’une garantie mutuelle. Une dynamique à double polarité est le meilleur gage pour une issue pacifique et démocratique à la crise. Ce dispositif offre l’avantage d’aller vers le changement sans violence et sans bouleverser totalement l’ordre constitutionnel ni l’édifice institutionnel.

L’Algérie a besoin de stabilité et de liberté. Elle a tout autant besoin d’un homme du juste milieu, celui qui brisera les chaînes sans dresser les échafauds. Un homme qui saura rassembler et mobiliser les Algériennes et les Algériens autour d’un seul objectif : la reconstruction du pays. Cet homme existe. Il en existe même plusieurs. Les meilleures comme les pires perspectives s’offrent à nous. Il faut désormais choisir.
Djamel Zenati. Militant de l’opposition démocratique