Articles Tagués ‘santé’


NON assistance a une personne en Danger

& négligence professionnelle !!!

Apres avoir subi des fractures au niveau du bras et des désagréments pneumologiques lors d’un accédant mortel  dans les alentours de la région de Bouira ; la victime A. Alloua est  évacué dans l’immédiat vers l’hôpital Mohamed Boudiaf de Bouira pour se soigner.

Une fois le patient est entré dans l’enceinte de l’Hôpital ; l’équipe médicale a recommandé son évacuation vers le CHU de Tizi Ouzou ou l’hôpital Mustapha.

Mais à notre grande surprise le patient a demeuré deux jours consécutifs sans être transféré au CHU de T.O ni à l’hôpital Mustapha et cela a cause d’un conflit et rejet de responsabilité entres services de l’hôpital ;

-Pour le service des urgences ; après avoir tenter l’évacuation de ce patient vers Alger ; la démarche a échoué suite a une panne de l’ambulance  à 5 km de la sortie de l’hôpital (impossibilité d’évacuation).

– Après 15 heurs de négociations et de retard le dossier médical est retenu par le SAMU  a qui revient la charge de transférer le patient.

Par ailleurs ; au lieu de rassurer la famille de patient, le chef de service du SAMU Dr Mehani s’est versée dans l’insulte et l’intimidation par des mots vulgaires voir intolérables  a l’encontre de cette famille en détresse.

Ensuite, Après avoir été évacuer sur Alger a 11h pour se soigner et dès le retour le patient est laissé seul au placard de l’ambulance, il endure seul sans aucune assistance dont le médecin et l’assistant avaient choisis délibérément de s’asseoir avec le chauffeur et ne pas assister le malade.

Toujours selon les témoignages de ce patient, une fois l’ambulance s’approchait aux portes de l’hôpital de Bouira le médecin de SAMU à quitter sa place au chauffeur pour rejoindre le patient ; une manière abominable et déguisée qui consiste a trompé les responsables de l’hôpital ; en donnant l’image  illusoire  comme quoi il a été a coté du patient depuis son départ.

En effet, nous dénonçons énergiquement ce comportement irresponsable et lâche des ces psudo-médecins ; pourtant payés pour être au service des patients.Un comportement loin de toute déontologie du métier qui n’honore ni le pays ni le citoyen et de plus forte raison la fonction noble de la médecine.

Nous exhortons solennellement les responsables de la santé ainsi que les autorités publics d’intervenir pour mettre un terme à cette négligence professionnelle, à cette anarchie qui dévore le service public de la santé.

  • Copie pour Mr le directeur de la santé de Bouira
  • Copie pour Mr le Directeur de l’hôpital de Bouira
  • Copie pour Mr le Wali de Bouira
  • Copie pour Mr le Ministre da la santé

Comité Citoyens  Bouira


Attaque cérébrale : consommer de l’huile d’olive pour réduire les risques

Info rédaction, publiée le 19 juin 2011

http://www.maxisciences.com

 

 

Illustration

Consommer de l’huile de l’olive réduit chez les personnes âgées de plus de 65 ans les risques d’attaque cérébrale. C’est ce que révèle une récente étude menée auprès de plus de 7.600 personnes en France.

Les personnes de plus 65 ans qui consomment régulièrement de l’huile d’olive ont moins de risques d’être victimes d’une attaque cérébrale que ceux qui n’en mangent pas. Telle est la conclusion d’une étude menée par des chercheurs de l’Institut National de la Santé et de la Recherche médicale (Inserm) de Bordeaux, et publiée le 15 juin dans la revue scientifique américaine Neurology.

Les chercheurs ont suivi pendant cinq ans quelque 7.625 personnes âgées de 65 ans et plus, toutes originaires de Bordeaux, Dijon et Montpellier. Les sujets ont été répartis en deux groupes : ceux qui consommaient régulièrement de l’huile d’olive, et ceux qui n’en utilisaient jamais. Au cours des cinq ans pendant lesquels a été conduite l’étude, 148 attaques cérébrales ont eu lieu parmi les participants. Les chercheurs de l’Inserm ont alors examiné les critères de poids, d’activité physique et de régime alimentaire des sujets, et c’est ainsi qu’ils ont découvert que le risque d’attaque cérébrale chez les consommateurs réguliers d’huile d’olive était 41% moins important que chez les personnes âgées qui n’en utilisent jamais.

« Notre étude tend à montrer qu’une nouvelle série de recommandations alimentaires devrait être publiée pour prévenir les attaques chez les personnes de 65 ans et plus. (…) Les attaques sont très répandues chez les personnes âgées. L’huile d’olive est une méthode peu coûteuse et simple pour aider à les prévenir« , estime Cécilia Samieri, l’un des auteurs principaux de cette recherche.