Articles Tagués ‘Toufik’


 

 

 

 

 

 

Omar Belhouchet, directeur d’El Watan: « Le travail de 20 ans a failli partir en fumée »

 

Dans la soirée de mercredi à jeudi, vers 21h30, une bande de jeunes a tenté d’attaquer l’imprimerie des quotidiens Al Watan et El Khabar à Ain Naâdja (Alger) pour y mettre le feu. La réaction rapide et efficace des travailleurs a fait éviter le pire. Encore sous le choc, le directeur de publication du quotidien El Watan Omar belhouchet contacté en milieu de matinée nous livre ses premières impressions sur ce grave incident.

 

Que s’est-il réellement passé, M. Belhouchet ?

A l’heure où je vous parle, je suis encore sous le choc. Nous sommes passés à côté d’une catastrophe. Si les travailleurs n’avaient pas réagi d’une manière admirable. Je suis totalement ému et admiratif devant leur courage. L’imprimerie et les tonnes de papier – nous avons pour trois ans de stock stratégique – seraient partis en fumée. Aujourd’hui je prends conscience de cela, après y avoir passé la nuit et parlé aux cadres et aux travailleurs.


L’incident a eu lieu vers quelle heure ?

C’était aux environs de 20h30 – 21h00.

 

Est-ce que vous avez des pistes sur l’origine de cette attaque ?

Comme vous tous, nous nous posons des questions. Une soixantaine de jeunes se sont présentés devant l’imprimerie en disant « Nahargouha » (nous allons là brûler). Ils ont voulu escalader le mur. Ils n’ont pas pu en raison du barbelé et des grillages, et de la réaction des gardiens. Mais ils sont passés par la partie commune avec une entreprise voisine, c’est un peu le point faible en matière de sécurité. Ils s’y sont engouffrés, ont contourné les locaux, et derrière, ils ont essayé de pénétrer dans le dépôt de papier et le local abritant les unités d’impression.

 

Il n’y a pas eu de blessés lors des empoignades avec les travailleurs ?

Non, heureusement. Juste quelques légères lésions.

 

Certains parmi vos travailleurs habitent le quartier…

Absolument. A El Watan et à El Khabar nous avons adopté une politique visant à recruter dans le voisinage. Par souci d’aider à régler les problèmes des jeunes, mais aussi parce que les parents viennent nous voir pour nous demander de recruter.


Les services de sécurité ont-il intervenu à temps ?

Les gendarmes sont arrivés une demi-heure après. Ils sont restés avec nous jusqu’à 3h du matin pour sécuriser le site.


Vous allez porter plainte ?

Oui, ce sera fait dans la journée. Avec El Khabar nous sommes aussi en train de rédiger un communiqué et de travailler pour renforcer la sécurité au sein de l’imprimerie qui édite les deux quotidiens mais également Liberté, El Youm et El Khabar Erryadhi.

 

Votre journal établi un lien entre cet incident et l’annonce d’El Watan d’investir le champ audio-visuel.

Oui, tout le monde s’interroge sur le mobile de cet acte. On se pose bien évidemment des questions sur le lien que pourrait avoir le fait de projeter de lancer une chaîne de télévision et la volonté de réduire en cendres les unités d’impressions des deux quotidiens.

J’aimerais insister pour dire que ce sont les travailleurs, les techniciens et les ingénieurs qui ont sauvé l’imprimerie (…). Excusez-moi, je suis très ému. 20 ans de travail auraient pu partir en fumée si ce n’était leur héroïque intervention.

 


Écrit par Abdelkader Zahar (propos recueillis)

Jeudi, 15 Septembre 2011 17:01

http://www.maghrebemergent.com

 

 


Le General Toufik voit en Ouyahia un successeur éventuel à Bouteflika.

Les diplomates américains semblent prêter une attention particulière à ce que peut penser le puissant chef du Département du renseignement et de la sécurité, le général-major Mohamed Mediène, connu sous le nom du «général Toufik».
Dans un câble daté du 14 mars 2007, le nom de Médiene revient à plusieurs reprises. «L’Algérie a longtemps été gérée par des groupes d’hommes connus collectivement comme ‘’le pouvoir’’», écrivent les diplomates américains. Ces dernières années, il est devenu clair que le «pouvoir» aujourd’hui se compose principalement de Mediène et Bouteflika, est-il noté dans le télégramme en question. Les problèmes de santé du président Bouteflika font que, à en croire le câble, Médiene a plus d’influence sur les orientations futures de l’Algérie.

Se basant sur une discussion tenue avec le député du RND, Abdeslem Bouchouareb, présenté comme un «confident de Ouyahia», les diplomates américains croient déceler quelques-uns des plans secrets du DRS.
Ils voient en Ahmed Ouyahia un successeur éventuel au président Bouteflika, car, glisse-t-on, celui-ci jouit du soutien du patron du DRS. Le fait est, notent les diplomates américains, que le RND est le seul parti politique qui n’a pas été déchiré par des dissensions internes. A en croire le câble, le président Bouteflika et le général Médiene chercheraient à scinder la classe politique algérienne en deux courants : l’un conservateur-islamiste, dirigé par Belkhadem et l’autre moderniste-nationaliste conduit par Ouyahia.

• Le lien du câble : http://www.wikileaks.ch/cable/2007/03/07ALGIERS330.html